Donkey Kong Country Tropical Freeze

Parmi les mascottes et les licences phares de Nintendo, nous avons bien sûr Mario (que nous avons eu le plaisir de retrouver dans un bon Mario Odyssey), Samus Aran (dont nous attendons des nouvelles impatiemment pour son retour dans le très attendu Metroid Prime 4), et il y a aussi notre ami singe, j’ai nommé Donkey Kong. S’il est depuis très longtemps en opposition avec Mario et lui sert souvent de faire valoir et en attendant de le voir débarquer dans Super Smash Bros, le voici de retour dans son propre jeu avec le portage de la version Wii U de Donkey Kong Country Tropical Freeze. Quels sont les apports de cette version Switch? Que vaut le jeu? Est il toujours aussi dur que son grand frère? Nous allons tenter de vous apporter les réponses à ces questions dans les prochaines lignes.

Le mode Funky permettra de jouer sans trop s’arracher les cheveux

Une fois n’est pas coutume, nous allons commencer par parler de l’histoire. En effet, celle-ci ne présentant rien de transcendant et ne servant de prétexte que pour parcourir les niveaux et taper sur la tête des ennemis, autant nous en affranchir tout de suite. D’étranges Vikings ont envahit l’île paradisiaque et ensoleillée de Donkey Kong. Fini la bronzette et les smoothies à la banane sur la plage les doigts de pied en éventail, la température a dangereusement chuté. Vous devrez donc parcourir les mondes et les niveaux pour écraser ces envahisseurs et rétablir votre havre de paix. Pour cela, Donkey Kong pourra compter sur ses soutiens: Diddy, Dixie et Cranky. En solo, ces derniers vous apportent leurs compétences comme aide pour réussir à traverser les mondes. Car ce Donkey Kong Country Tropical Freeze est dans la digne lignée de ces prédecesseurs, un retour au plateformer parfois hardcore. Autant les niveaux classiques se passeront sans trop de difficultés si vous ne voulez que finir le niveau, autant les passages un peu plus originaux demanderont un minimum de talent et de réflexes. Je pense essentiellement aux niveaux en wagonnet qui mettront vos réflexes et vos nerfs à rude épreuve.

De même, si vous souhaitez finir chaque niveau à 100% il vous faudra probablement de nombreux essais et une connaissance parfaite avec un timing précis, surtout pour les niveaux en wagonnet. En effet, chaque stage vous demandera de trouver les quatre lettres de « Kong » ainsi que toutes les pièces de puzzle cachées. Dans les niveaux classiques, cela s’apparentera à fouiller un peu chaque recoin qui vous parait un peu louche, un anneau sortant du sol, un angle de camera qui semble camouflé un coin de décor, une plateforme qui n’a rien à faire là etc. Cependant, dans d’autres niveaux cela demandera juste une connaissance parfaite du niveau et un timing précis voir une pression définie sur le bouton pour gérer la longueur de votre saut, à la manière d’un Die and Retry. Récupérer ces lettres et pièces de puzzle vous apportera, outre la satisfaction personnelle, la possibilité de débloquer des extras comme des figurines, des images, des musiques et des Dioramas.

Plus on est de fous, plus on rit!

Mais comme je le disais plus haut, Donkey Kong n’est pas le seul présent et en mode solo, les autres Kong vous apporteront un soutien non négligeable grâce a leurs habilités: Diddy vous permettra de flotter dans les airs avec son jet-pack tonneau, Dixie permet une sorte de double saut avec sa couette et Cranky avec sa canne permet de passer sur les pics. Des habilités fortes utiles en solo, et bien plus encore en coopération. Cependant, le mode coopération réussi l’incroyable défi d’être encore plus dur que le mode solo à cause de trop nombreuses imprécisions, bugs et ralentissements inopportuns.

Cependant, vous pourrez aussi, d’après le jeu, vous faciliter la progression en optant pour le mode Funky. Cela vous permettra de manier Funky Kong. Ce dernier possède plus de cœurs, vous permet d’acheter les objets moins chers et ceux-ci gagnent en efficacité. De plus, il combine toutes les habilités de Kong précédemment citées en possédant un double saut, en flottant avec sa planche de surf qui vous protège aussi des pics. Cependant, c’est aussi un gameplay à maîtriser en plus, ce qui ne m’a pas facilité la tache personnellement, son aptitude à flotter entrant souvent en conflit avec la volonté d’effectuer un saut plus important en maintenant la touche de saut, par exemple. Cependant, il pourra s’avérer utile pour les plus jeunes joueurs et pour ceux voulant faire le 100% sans trop se prendre la tête, en effet en mode Funky, les lettres amassées sont conservées à la fin du niveau, même si elles n’ont pas été toutes trouvées. Il vous suffit alors de refaire le niveau pour récupérer celles manquantes, facilitant ainsi la récupération dans les niveaux avec le Rhinocéros ou les Wagons miniers.

Des niveaux absolument divins

Concernant les graphismes, c’est très propre et hors coopération, aucune baisse de framerate et aucun soucis n’est à déplorer. D’un point de vue direction artistique on alterne entre le génie et le divin. Tout le long du jeu on est pris entre l’envie de ne pas bouger pour contempler les paysages et celle de rusher le niveau pour découvrir le prochain. Entre les mangroves et les forêts tropicales, vous trouverez des niveaux en ombres chinoises de toute beauté. Les niveaux sous marins qui font leur retour seront cependant un des points faibles en terme de gameplay dû à l’inertie de Donkey Kong bien trop importante. Globalement, on ressent bien l’amour des développeurs pour les épisodes originaux de Donkey Kong Country et la volonté de respecter l’esprit original avec un plateformer hardcore à l’ancienne, mais certains petits défauts rendent certains niveaux ridiculement compliqués. Par exemple, certains checkpoint beaucoup trop éloignés et placés de manière un peu aléatoire vous obligeront à recommencer parfois assez loin de votre échec, pour une crise de nerfs assurée.

De votre talent variera la durée de vie

Coté durée de vie, celle-ci est assez hallucinante. Conséquence bien sur de la difficulté de chaque niveau mais aussi du contenu. En effet, chacune des six îles est séparées en une dizaine de niveaux avec chacune son boss final, sans compter les niveaux bonus, les niveaux cachés et les pièces de puzzle et lettres à trouver. Sans compter les « DK » du tonneau final à réussir à obtenir avec le bon timing. Le temps passé dépendra donc énormément de votre talent et de votre réussite. A noter que le soft ne prends pas en charge les amiibos.

La fidélité est au rendez-vous

En conclusion, ce portage est très fidèle à son grand frère, à savoir un must have du plateformer exigeant, parfois un peu trop pour les plus jeunes et les joueurs ne voulant pas se prendre la tête malgré des volontés de rendre le jeu plus abordable avec le mode funky par exemple. On regrettera une coopération plutôt ratée et deux trois soucis rendant le jeu plus compliqué que nécessaire mais la plupart du temps compensé par du génie de level design et une direction artistique enchanteresse.

Pseudo :

Joueur depuis la NES et ayant possédé toutes les consoles sauf la regrettée Dreamcast, jouant a tous les styles de jeux et chasseurs de trophées compulsif

Playstation Archangejulien

Succés XBox JusticiaOmnibus

A propos de ce test

Jeu fourni par : Nintendo

Testé sur : Nintendo Switch

Bons points

Bons Points La direction artistique fabuleuse

Bons Points Le level design qui relève du génie

Bons Points Le retour du vrai plateformer

Bons Points La durée de vie et le contenu

Mauvais points

Mauvais Points La difficulté parfois abusive

Mauvais Points La coopération

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.