[Preview] Warhammer ChaosBane

Publié par le 11 mars 2019


Encore un jeu Games Workshop ! Il est vrai qu’avec Martyr en Aout dernier, et Battlefield Gothic II, voir Warhammer ChaosBane se pointer pourrait ressembler à du matraquage, surtout sur le fait qu’il se met en concurrence directe avec la version de NeocoreGames.

La paix n’est qu’ephémère

La bêta privée permet de faire le premier chapitre du jeu avec 2 des 4 classes disponibles. L’humain guerrier et le mage haut-elfe. Le tueur nain et le « Scout » Elfe seront également sur le jeu final. L’introduction diffère pour chaque héros mais la résultante est la même, vous vous retrouvez à affronter des hordes du chaos avec Magnus qui deviendra Empereur, et vous son lieutenant.

Malheureusement un soir d’orage, votre château est attaqué par un culte démoniaque et malgré votre passage en force, vous arrivez trop tard à la salle du trône. Un mystérieux sorcier a déjà maudit Magnus et tente de vous tuer. Vous vous réveillez aux mains des sinistres chasseurs de sorcières qui vous accusent du triste sort de votre ami. Ce ne sera que grâce à l’intervention de Tectis, l’Archimage, que vous serez sauver du bûcher. Vous voilà donc parti pour enquêter sur ce culte, découvrir leurs ramifications dans les égouts de la ville, jusqu’à affronter Le Moissonneur lui-même, l’avatar de Nurgle.

Un bon élève… un peu rebelle

Warhammer ChaosBane est le concept même de l’élève qui mimétise son prof préféré, le jeu respire le Diablo, pense comme un Diablo mais n’est pas Diablo. Si graphiquement le jeu reste assez joli, la zone des égouts a une palette assez terne et le (trop) peu de mission en extérieur montre que la diversité apporte beaucoup à un jeu, encore plus dans un D-RPG (ou Diablo-like).

La diversité est d’ailleurs l’un des principaux défauts du jeu car durant toute la démo la diversité des ennemis n’était pas très présente et seuls les gros monstres apportaient un peu de fraîcheur (enfin pour des bestioles de Nurgle).

Même punition pour l’équipement qui diffère bien trop peu (surtout pour le guerrier) sans pour autant être très joli. Bien sur c’est une question de goûts et de cohérence avec l’univers mais l’un des points importants de ce style de jeu est l’envie constante d’améliorer son personnage et dans ChaosBane le plaisir n’y est qu’à moitié.

Enfin, le jeu propose un système de missions/zones ressemblant à Warhammer 40k : Martyr c’est-à-dire que vous prenez votre mission dans votre Hub (ici le château de Magnus), vous entrez dans les égouts et réalisez votre mission. Le jeu n’est (dans la démo du moins) pas en monde ouvert comme un Diablo. C’est un choix qui est avantageux pour pouvoir faire de courtes sessions mais cela implique des niveaux, encore une fois dans la démo, qui se ressemblent trop.

Chaque fin de mission vous octroie de l’argent, qui pour le coup ne sert qu’à ressusciter, de l’XP et débloque des avantages, comme le marchand de « donation » ou encore l’arbre de divinité. L’histoire comme les missions ne sont que des excuses pour sauvagement massacrer du cultiste et du streums de Nurgle. Comme dans Diablo votre héros a deux bulles, l’une pour votre vie et l’autre pour vos compétences.

Un système de personnage intelligent

L’attaque de base augmente votre bulle de compétences, ce qui vous permet de déchaîner des techniques puissantes et elles le sont toutes. Il faut dire que la difficulté est assez élevée et augmente (trop ?) vite, pouvant frustrer certains joueurs. Si le guerrier humain est un « sac à pv » correct et tape assez fort, le mage lui est plus fun à jouer, mais également plus complexe car déplacer manuellement la boule électrique avec le joystick droit tout en affrontant d’autres monstres demande un peu de doigté.

Dans Warhammer ChaosBane votre personnage peut équiper jusqu’à 7 compétences (affiliée à toutes les touches sauf L2) plus 3 compétences passives. Vous avez un pool de points qui vous permettent de personnaliser votre personnage suivant les techniques que vous préférez. Attention car le pool est commun pour tout et dépenser 5 points pour monter une technique au niveau 2 peut vous empêchez de prendre un skill passif.

Heureusement niveaux et récompenses de quêtes monteront ce pool de points. Enfin, quasiment à la fin de la bêta vous débloquerez un arbre divin, symbolisé par une constellation en forme de boule de feu. Dans le même principe que le légendaire Sphérier de Final Fantasy X, chaque point coûte des fragments (lâchés par les monstres, attention ils servent aussi à revivre !) débloquant points de vie, attaques ou de nouvelles compétences !

Peu mieux faire

Bref vous l’avez compris, le système de personnalisation de personnages est très bien pensé et suffisamment diversifié pour trouver ce qui vous convient le mieux. Le principal problème de Warhammer ChaosBane est que l’on ne se s’amuse pas vraiment. On enchaîne les missions avec de régulières frustrations parce que le personnage est trop rigide, les quelques rares bonus de vie disparaissent trop vite et la différence de puissance entre les monstres standards et évolués n’est pas logique.

Maintenant ChaosBane a encore quelques mois pour s’améliorer et il n’est pas dénué de charme non plus, mais s’il veut exister derrière le monstre de Blizzard, ou simplement celui de Neocore Games, les développeurs d’Eko Software vont devoir mettre les bouchées doubles. Rendez-vous en Juin !

Pseudo :

Rôliste, Metalleux et jouant aux jeux vidéos depuis trop longtemps pour le chiffrer, je reste passionné par ce média, particulièrement les RPGs sur lesquels je me suis bâti une solide expérience. Chez moi pas de préférence. Ce sont les jeux qui font la console et pas l'inverse !

Playstation Lucian_Blight

Succés XBox Lucian Blight

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.