Asterix & Obelix XXL Romastered

Dans la rubrique des jeux remastérisés, la liste est longue, et Microïds compte aujourd’hui remettre sur le devant de la scène un jeu sorti sur nos PlayStation 2 (mais pas que) voilà 17 ans: c’est Asterix & Obelix XXL qui revient donc sur nos consoles actuelles. Nous y retrouvions nos deux amis gaulois dans une toute nouvelle aventure. Désormais en 2020 c’est dans un titre affublé d’un « Romastered », que nous retrouvons les deux héros. Alors est ce que le dépoussiérage est à la hauteur des attentes ? Essayons de voir tout ça ensemble.

Par Jupiter, un peu d'histoire!

« Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ. Toute la Gaule est occupée par les Romains… Toute ? Non ! Car un village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste à l’envahisseur. Et la vie n’est pas facile pour les garnisons de légionnaires romains des camps retranchés de Babaorum, Aquarium, Laudanum et Petibonum… »

Bien évidemment tout le monde connait ce bout de phrase par lequel commence invariablement tout les albums de nos amis Gaulois. Et c’est par cette phrase que nous allons évidemment démarrer ce test. Alors pour être honnête d’entrée, ce Astérix & Obélix XXL Romastered coche tous les points qu’il ne faut pas faire si on souhaite faire un remaster réussi.

Maintenant que le décor est planté, je vais expliquer le pourquoi du comment. Et pour cela retournons 17 ans en arrière et rappelons nous du jeu de base. Adapté sur nos consoles par Atari, le jeu était déjà, pour l’époque un jeu plutôt moyen. Même si l’univers d’Uderzo et Goscinny était globalement bien représenté, le jeu était relativement creux et sans saveur. Ce sont ces même mauvais points que nous retrouvons dans cette adaptation made in 2020.

L’histoire du jeu est en somme toute simple: Astérix et Obélix sont comme à leur habitude dans la forêt avec leur fidèle compagnon à 4 pattes, en train de chasser du sanglier en vue de se faire un copieux festin en rentrant au village. Mais le soucis, c’est que César profite de ce moment là pour attaquer par surprise le village, et réussi à s’emparer de la potion magique, et à déporter tous les villageois aux 4 coins du globe. On va donc devoir naviguer de la Gaule en passant par la Grèce, l’Helvétie ou encore l’Egypte afin de retrouver nos amis et par la même occasion, coller quelques baffes bien senties à nos chez romains.

De la refonte, par Bélénos!

Classique
Romastered

Commençons par ce qui saute le plus aux yeux, les équipes de Microïds ont mis du cœur à l’ouvrage afin de dépoussiérer les graphismes de 2003 pour les adapter à nos consoles actuelles. Sans pour autant être moche, le jeu est relativement sympathique à l’œil, mais on voit malgré tout de même une grosse différence avec Astérix Et Obélix XXL3: le Menhir de Cristal sorti l’année dernière et que nous avions d’ailleurs aussi pu tester.

Et malheureusement c’est l’un des rares points positif du jeu… Astérix & Obélix XXL Romastered bénéficie tout de même des voix officielles de notre regretté Roger Carel pour Astérix et celle de Pierre Tornade pour Obélix.

Et la refonte s’arrête là… En effet pour tout ce qui est mécanique de jeu, rien n’a été amélioré par rapport à l’œuvre originale. C’est à dire que les phases de jeux sont strictement les mêmes qu’il y a 17 ans, les graphismes améliorés en plus. Pour faire simple, pour avancer dans le jeu vous aurez 2 phases principales.

La première, coller de bonnes paires de baffes aux hordes de romains qui viendrons en découdre avec vous, et ce sera sûrement le plus gros challenge du jeu. Non pas que les romains soient vraiment dangereux bien sûr, car chaque ennemi pris en solitaire sera rapidement battu, et ce même si vous aurez plusieurs type d’ennemis plus ou moins résistants. La vrai difficulté réside en fait que par moments vous vous retrouverez avec pas loin d’une centaine d’individus à combattre et que d’arriver à gérer les baffes pour tout ce petit monde sans subir trop de dégâts ou tout simplement être vaincus. Et c’est là le premier gros point noir de ce jeu: la caméra! Totalement ingérable, c’est bien simple j’ai régulièrement dû arrêter mes sessions de jeu car elle me donnait des nausées… Par contre le fait de se retrouver assailli par des nuées de romains colle parfaitement à ce que les BD peuvent nous retranscrire, on aurait plaisir à baffer tout ce joli monde si la caméra n’était pas aussi capricieuse et si le maniement de nos héros n’était pas si laborieux.

La seconde phase se traduit par des « énigmes » à résoudre afin d’avancer. La plupart du temps ça va se traduire par mener une torche enflammée d’un point A à un point B, ou de faire en sorte qu’Astérix aille d’un point A à un point B avec l’aide de son comparse. D’ailleurs à ce sujet, le jeu ne vous permettra de switcher entre les deux personnages qu’en de rares occasions prédéfinies et pas en permanence. C’est bien dommage car la liberté d’action aurait été bien plus grande je trouve si on avait eu le loisir de pouvoir switcher entre Astérix et Obélix à notre guise.

Par Toutatis, on aurait pu avoir mieux!

L’IA reste toute de même relativement bonne puisqu’elle vous donnera des coups de mains parfois salvateurs. Même si souvent tarter du sanglier alors que notre vie est pleine n’est pas forcément ce qui est le plus important, votre acolyte sera tout de même présent lors des combats.  Vous aurez aussi l’occasion d’utiliser Idéfix, le compagnon à 4 pattes de nos amis afin de vous défaire plus facilement des « gros » ennemis en lui intimant l’ordre d’aller gentiment leur mâchouiller le postérieur. Astérix et Obélix XXL Romastered est un jeu de plate-forme, et en tant que tel vous aurez des phases ou vous devrez trouver le moyen d’avancer à l’aide des compétences de nos deux amis gaulois. Comme je l’ai noté plus haut, le switch entre les deux sera dirigé, et vous devrez alterner par exemple entre un Astérix sur une plate-forme que notre môssieur enveloppé devra tirer pour le mener à un autre endroit à atteindre.

Vous aurez aussi en de rares occasions, la possibilité de croiser un marchand, caché dans une caisse en bois prêt à déballer sa marchandise en échange de casques romains. Lesdits casques seront à trouver soit en cassant des caisses sur votre trajet, soit en bottant les fesses des romains et autres ennemis, soit tout simplement en ramassant ceux qui traînent, disséminés ça et là dans les niveaux. Vous pourrez aussi parfois croiser des multiplicateurs de score pour ces casques, allant du x3 au x10, vous aurez possibilité de les cumuler afin de multiplier d’autant le nombre de casques que vous ramasserez (il m’est arrivé d’atteindre un x80). Ce marchand vous permettra donc contre casques sonnants et trébuchants donc de pouvoir acheter certaines améliorations de combos, ou tout simplement de vous rajouter des boucliers (équivalents aux cœurs de vie dans d’autres jeux), ou des gigots pour remonter lesdits boucliers afin de pouvoir aborder les niveaux plus sereinement.

Malheureusement la maniabilité du jeu pêche elle aussi, et les commandes imprécises feront que vous recommencerez souvent une action avant de réussir à atteindre votre objectif (en gardant toujours en tête que la caméra ne vous aidera pas non plus de ce côté là). La durée de jeu est globalement bonne pour ce type de jeu, on approche de la dizaine d’heures de jeu si on fait le jeu sans trop s’attarder. Vous pourrez rajouter certainement quelques heures si vous souhaitez récolter tous les collectibles plus ou moins bien cachés, et si vous souhaitez relever les défis que vous pourrez croiser dans les niveaux. L’un des points que je n’ai pas soulevé et qui mérite malgré tout d’être salué, c’est que le jeu permet à tout instant de pouvoir jongler entre les graphismes de 2003 et ceux de 2020 à l’aide de la touche R2.

Très mal exploitée dans ce jeu lors de sa sortie en 2003, la licence Astérix ne suffira malheureusement pas à relever le niveau de ce Astérix et Obélix XXL Romastered. Entre une caméra totalement aux fraises et vraiment mal fichue, et un jeu qui n'aura eu de réelle évolution que celle de ses graphismes, les joueurs qui le terminerons ne reviendrons très certainement pas dessus, sauf si l'envie de le platiner vous vient.

Les quelques bons points du jeu ne suffisent pas à relever le niveau et li est dommage de voir que le travail effectué sur la refonte du jeu n'est guère allé plus loin que de remettre les graphismes plus ou moins au goût du jour, sur ce point là le jeu est bien fichu tout en permettant de pouvoir revivre l'aventure en mode graphismes de l'époque.

Conclusion

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Vous pouvez partager nos articles

Bons points

Bons Points Les voix de Roger Carel et de Pierre Tornade

Bons Points On peut switcher quand on veux entre graphismes remaster et graphismes d'origine

Bons Points Coller des baffes aux romains

Mauvais points

Mauvais Points La caméra, tout simplement horrible

Mauvais Points Illisible quand trop d'ennemis sont présents

Mauvais Points On ne peux pas switcher quand on veux entre les héros

Mauvais Points Le gameplay daté

Mauvais Points La redondance du gameplay

Mauvais Points Il manque la touche humour caractéristique de la BD

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.