Dry Drowning

Sorti un peu dans la discrétion en fin de mois dernier, Dry Drowning comptait ramener le style visual novel sur le devant de la scène. Nous avons pu nous essayer à ce jeu qui nous fait prendre le contrôle de Mordred Foley. Qu’en est il une fois la console allumée ?

Un Futur pas si lointain.

Hé oui, tu l'as dit bouffi, il pleut tout le temps!

Pour commencer, on va vous parler légèrement du scénario. Car tout bon visual novel se doit pour captiver ses joueurs d’avoir un scénario capable de vous tenir en haleine jusqu’à la fin du jeu. Nous incarnons donc un détective privé du nom de Mordred Foley. C’est le genre un peu aigri et bourru, de ceux qu’on peut voir par exemple dans Blade Runner. Et il a de quoi puisqu’il vient de gagner son procès durant lequel il était accusé d’avoir envoyé à tord deux innocents sur la chaise électrique suite à sa poursuite d’un tueur en série il y a quelques années. Évidemment malgré sa victoire, son image n’est pas en odeur de sainteté auprès de l’opinion publique. Pour autant, une nouvelle affaire lui parvient à son cabinet, et c’est le fil déclencheur de l’histoire que nous allons suivre.

Tout d’abord, ne vous attendez pas à un jeu joyeux. Non, comme je l’ai noté plus haut, le jeu reprends certains codes de films tels que Blade Runner, puisque non seulement il se situe en 2066 dans un univers dystopique en la ville de Nova Pelemos: une citée coupée du reste du monde ou on a l’impression qu’il fait toujours nuit et que la pluie tombe en permanence (vous la voyez la référence ?). Bien entendu pour parachever le tableau, la ville est plus ou moins dirigée par des clans et la corruption y est régulière.

Le scénario reste finalement basique: une ville où il fait bon vivre (of course), un détective dont la notoriété est en berne et une affaire qui va lui permettre de potentiellement redorer son blason, ou au contraire partir en déchéance totale.

La narration au centre de l'enquête.

Alors n’y allons pas par quatre chemins, si vous êtes allergique à la langue de Shakespeare, passez votre chemin! En effet le jeu est totalement en anglais… Je vais encore faire mon râleur, mais je ne comprends pas qu’aujourd’hui en 2021, TOUS les studios de développement n’allouent pas de budget aux jeux pour qu’ils soient localisés dans les langues des pays où les jeux sont commercialisés, c’est quand même rageant et je trouve que ça les ferme à une grosse partie de la population qu’ils sont censés toucher. Bref, passons.

Visual Novel oblige donc, vous allez devoir vous palucher (enfin en vérité il faudra les lire hein), un bon nombre de lignes de dialogues tout au long de l’aventure de notre détective. Vous rencontrerez tout un tas de personnages qu’il vous faudra interroger afin de faire avancer votre enquête.

La narration est relativement fluide malgré l’anglais et certains éléments vous permettront de savoir si les personnes en face de vous sont honnêtes ou non dans leurs déclarations. En effet, Mordred possède une « faculté » permettant de savoir si quelqu’un lui dit la vérité, ou si au contraire la personne en face de lui est en train de lui mentir. Cette faculté se matérialise par le biais de masques qui apparaissent sur la tête des personnes qui cachent la vérité dans leurs réponses à notre détective.

Tout l’enjeu du scénario se situe là, dans la faculté de notre ami à dénouer le vrai du faux. Et c’est là qu’intervient ce que les développeurs ont appelé le « Living Nightmare system ». Par moments dans le jeu, vous devrez confronter vos interlocuteurs, ceux que vous savez qui vous cachent la vérité, afin de faire tomber leur masque et ainsi vous révéler la vérité.

Pour ce faire, vous devrez leur présenter les faits par rapport aux indices que vous aurez collectés, de façon à ce qu’ils vous avouent réellement ce que vous avez besoin de connaître. Mais attention, pour chaque question posée pendant cette phase, vous aurez le choix entre 4 possibilités. Chaque erreur de choix que vous ferez vous pénalisera, et au bout de 3 erreurs votre enquête sera terminée.

Alors certes ce système a ses limites puisque même si vous faites les 3 erreurs, il vous suffira de recommencer au début de la séquence en retenant les bonnes réponses. Au final comme le jeu vous propose de revenir au début de la scène quand vous perdez, la difficulté n’est pas énorme puisqu’il vous suffira juste de retenir les  bonnes réponses au fur et à mesure que vous les trouverez.

Une exploration restreinte.

Les lieux à visiter se débloqueront au fil de votre enquête, et seront relativement restreint. Pour faire simple, même s’il n’est pas dirigiste, le jeu vous guide vers la destination suivante où vous devez aller. Encore une fois, il n’y a pas de réelle difficulté dans l’avancée du scénario.

Le schéma est basique: vous arrivez dans un lieu, vous discutez avec les personnes présentes, ou partez à la recherche d’indices sur l’endroit où vous êtes à l’aide de la fonction « investigate ». Et cette fonction comme toutes les autres font partie du « système d’exploitation » du jeu, appelé Aqua OS.

C’est via cette interface que tout se déroulera, vos investigations, vos déplacements, les objets et indices que vous aurez récoltés et même par la suite un petit jeu. Pour en revenir à l’exploration, sachez aussi que lors de vos questionnements aux personnes que vous rencontrerez, certaines réponses serviront à avancer dans l’histoire. Celles-ci sont inscrites en rouge dans les choix possibles lors de vos interrogations. Les autres réponses ne serviront pas à avancer le scénario, mais peuvent toutefois vous donner des éléments de réponses sur des choses qui pourraient ne pas être claires.

Lors de vos investigations sur les lieux non plus vous ne pourrez pas trop rater ce qui vous permettra d’avancer dans le scénario. En effet, tant que vous n’aurez pas trouvé tous les indices présents sur les scènes où vous serez présents (scènes de crime ou non), vous devrez chercher celui qui manque. Et c’est seulement à ce moment là que Mordred vous dira grosso modo que vous avez tout trouvé dans le lieu en question et qu’il faut aller voir ailleurs.

Je schématise un peu, mais dans les faits c’est un peu comme ça que ça se passe. Comme je l’ai déjà noté plus haut: on fouille/on interroge et on change de lieu et on recommence. C’est un peu basique et au final un peu répétitif. Heureusement, par moment, le scénario vous imposera de faire un choix entre 2 possibilités. Selon ces choix, vous pourrez accéder à l’une des trois fins que propose le jeu. Côté re-jouabilité c’est plutôt une bonne nouvelle même si pour cela vous aurez à vous retaper des tas de dialogues et d’explorations.

Le fait aussi que certains de vos choix puissent impliquer la mort ou la vie de certains protagonistes rajoute aussi un côté re-jouabilité, puisque selon vos choix, vous ne verrez pas le développement de tel ou tel personne puisqu’elle sera soit vivante, soit tuée en amont.

A la fin de chaque chapitre, il vous sera fait un récapitulatif de ces choix et de ceux que vous avez décidé de suivre.

Je passe rapidement sur le petit jeu que vous obtiendrez à un certain moment de l’histoire, car celui-ci consiste en fait à résoudre des puzzles afin de faire en sorte que tous les éléments soient illuminés. Personnellement je me suis pris à ce petit jeu et si vous aimez les jeux de logiques, il pourra vous tenir en haleine pendant un bon moment.

Dry Drowning est un visual novel relativement bien fait. L'ambiance donnée au titre est bien représentée dans chaque lieu que vous visiterez et le côté enquête vous tiendra en haleine un bon moment.
Malheureusement le jeu souffre de n'être qu'en anglais et je persiste et signe, mais il aurait gagné en notoriété d'avoir été traduit dans notre belle langue de Molière.
Cependant, pour le petit prix, c'est un jeu qui vaut le coup d'être essayé si vous aimez le style graphique fixe et les visual novel de manière générale.

Stephtoonz

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Vous pouvez partager nos articles

Bons points

Bons Points Le style graphique plutôt léché

Bons Points Le rythme constant du scénario

Bons Points La bande son sobre et discrète qui se mèle bien

Bons Points L'univers sombre et mature

Mauvais points

Mauvais Points Tout en anglais

Mauvais Points Les personnages manquent d'émotions dans leurs poses

Mauvais Points L'obligation de faire le jeu bonus pour avancer

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.