F1 2020

La F1 a repris cette année le 5 juillet sur le circuit Red Bull Ring en Autriche avec la victoire de Valtteri Bottas. À l’occasion du Grand Prix de Styrie (victoire de Lewis Hamilton) qui a eu lieu le 10 juillet, Codemaster nous propose à nous aussi de commencer la compétition sur le jeu F1 2020. Après un épisode 2019 accueilli plus que favorablement par la critique et les joueurs, que vaut ce nouveau cru ? On s’arrête au stand et on vous décrypte tout ça !

Une écurie en béton !

Nous sommes dans les starting-blocks, prêts à partir sur les pistes pour devenir le prochain champion F1 de cette année, mais on va commencer par ronger le frein et y aller par étapes. L’année dernière, Codemasters nous proposait seulement un « Mode Carrière », cette année en plus de celui-ci nous avons le droit à un « Mode My Team » et il est beaucoup plus complet. Nous débutons donc notre aventure en tant que propriétaires de la onzième écurie, et il s’avère aussi que nous en sommes le pilote. Nous allons devoir progresser au cours des différentes courses qui nous attendent, le tout aidé par un coéquipier que nous aurons recruté tout au début.

Les tâches de l’écurie sont diverses et variées permettant d’être autant dans la gestion que dans de la conduite : passant ainsi du calendrier à gérer… aux contrats de parrainage (pas vraiment utiles on va se le dire clairement hormis celui servant d’outils de financement). À travers tout cela, le but étant de renflouer les caisses de façon rapide ainsi que de faire connaitre l’écurie. L’assez gros avantage étant que cette double casquette nous tient en haleine tout le long du jeu.

Cette année, la vitesse ne nous permettra pas d’aller plus vite dans les évolutions, car le pourcentage de réussite sera faible, l’attente et la patience seront donc les maîtres-mots afin d’augmenter vos chances d’évolution.

L’arbre de recherche déjà présent en 2019 sera cette année plus élaboré. Si vous souhaitez aller plus vite que la musique pour améliorer vos moteurs avant le grand prix du weekend il vous coûtera 1000 crédits avec seulement 30% de réussite, contre 60 si vous êtes plus patient. Ce mode a plus qu’évolué avec le temps, rajoutez à ça les mises à jour du règlement, mais aussi la possibilité de recruter vos futurs équipiers via des enchères, sans oublier le remplacement des pièces usées du moteur et vous aurez un mode parfait !

Le Mode Carrière ou la désagréable désillusion...

Certaines modifications tel que la possibilité d’une saison de F2 avant d’arriver en F1 avec pour les deux la possibilité de choisir le nombre de courses permettent d’améliorer la version 2019. Il est possible de gérer la gestion du calendrier et de la R&D comme cela est le cas avec le « Mode MyTeam ». Alors certes cette nouvelle version est mieux qu’en 2019, mais il y a quand même quelques déceptions : Les passages scénarisés de l’année dernière on oublie et on laisse place à des interviews. Les journalistes, vous posent tout un tas de questions, ils vous laissent le choix dans les réponses et selon les réponses données cela va déterminer votre popularité auprès des fans mais aussi de votre écurie; le soucis étant que ces questions sont souvent les mêmes.

Au diable les fuyards ou les pros focus… ici règne franchise et honnêteté ! À vous de choisir les bonnes réponses afin de gagner en popularité ! Mais ce n’est pas tout : « Mon Écurie » et le « Mode Carrière » apparaissent assez ressemblants… une déception de plus ! Il reste certes toujours mieux que celui de l’année dernière, mais cela est dommage de ne pas avoir essayé de différencier les deux !

Une conduite au poil !

Malgré un bug lié à l’IA (qui a d’ailleurs été corrigé), il y a tout de même des améliorations fines telles que le graphisme. En ce qui concerne la conduite, celle-ci était déjà très agréable sur la version précédente, elle l’est encore plus cette année. La sensation de conduite est telle que nous avons réellement l’impression de conduire une F1 à toute vitesse.

D’autre part, nous découvrons l’arrivée de nouveaux circuits : Zandvoort et Hanoï. Une autre nouveauté annoncée cette saison se nomme le « Podium Pass » qui est un système de monnaie virtuelle en ligne. Celui-ci vous permettra de débloquer différents émotes de victoires, mais également d’autres éléments.

En ce qui concerne les autres modes de jeux nous retrouvons le « Mode Contre-la-montre », le « Mode Championnat », le « Mode Grand Prix » et pour finir le « Mode Online ». À savoir d’ailleurs que le multijoueur en ligne n’a malheureusement pas été aussi bien optimisé que le « Mode Solo ». Et pour finir, il nous faut vous parler du « Multijoueur Local », car oui le « SplitScreen » est de retour !

Pour les habitués de la licence, ceux-ci n’avaient plus vu l’écran partagé depuis F1 2014. Il est important d’en parler, car les joueurs n’avaient de cesse de réclamer la possibilité de jouer en « SplitScreen » et cette année Codemasters les a enfin écoutés !

De retour à l'écurie !

Il est temps de conclure ce championnat, en pole position. Codemasters nous a montré encore une fois qu’il ne se repose pas sur ses lauriers et nous propose un nouvel épisode plus que peaufiné. Certains cherchaient un bon jeu de formule 1 ? Ne cherchez plus il est là et il vous promet de belles heures de conduite !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Vous pouvez partager nos articles

Bons points

Bons Points Le Mode My Team

Bons Points Le SplitScreen signe son retour

Bons Points Une conduite plus que réaliste

Mauvais points

Mauvais Points Le Mode Carrière moins abouti que le Mode My Team

Mauvais Points La récurrence des journalistes

Mauvais Points Le Mode Online

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.