Railway Empire

Et j'entend siffler le train

Railway Empire est une bonne combinaison de simulation et de gestion. Le compromis est-il à la hauteur de ce qu’on attend tous de ce genre de jeu ?

Je vous répondrais oui et non.

Avant d’aller plus loin, découvrons les différents modes que nous propose cet opus. 

Le mode :

  • Campagne
  • Scénario
  • Jeu libre
  • bac à sable

Je vous conseille de débuter immédiatement par le mode campagne qui est en fait un didacticiel assez bien fait pour l’essentiel  mais incomplet. La majeure partie de ces didacticiels se passent en Amérique. On traverse les époques allant du début de la révolution industrielle jusqu’à la fin de l’ère du charbon. 

Ce début de partie reste simple : construction de gares sur 2 villes ou industries que nous devons joindre par des rails. Puis on en vient avec la conception d’un train et définir son trajet pour transporter courrier, marchandise ou voyageur. Je ne vous cache pas que tout ceci à un coup qui peut vite être exorbitant en fonction, par exemple, des travaux pour poser les rails. J’entends par là que poser des rails sur une plaine n’aura pas le même prix qu’un pont au-dessus de l’eau ou un tunnel. 

Mais la balance est bien maîtrisée dans le sens ou si on gère bien les ressources, on engrange bien plus d’argent.

un train vaut mieux que deux tu l’auras.

Mais comment ?

Comme je vous le disais, les jonctions ne se font pas qu’entre villes mais aussi aux industries alentour. Que se soit le bois, le tissu, le bétail, les mines… tout est utile. Chaque ville a aussi ses spécialités et ses demandes. 

Par exemple, une ville a besoin de vêtements et on a une industrie de coton pas loin, il ne faut pas bêtement relier les 2 et mettre un train qui fera le transport. Il faut transformer le coton en tissu puis le tissu en vêtements avant d’envoyer les vêtements soit 1 industrie et 3 villes. Mais attention, les villes ont aussi besoin de ressources pour se développer. Et pour corser le tout, quand la ville se développe, les ressources changent. La gestion des rails et des trains est primordiale. Surtout que dans ce premier chapitre, le choix des différentes modalités et réglages est restreint. Les trains ne peuvent pas se « traverser ». Il faut prévoir un double sens de circulation avec des feux stop et de direction. Il faut aussi prévoir de quoi ravitailler le train en sable et eau entre 2 destinations bref, il faut bien réfléchir à ses dispositions surtout que c’est limité dans le temps en mode Campagne.

Vous l’aurez compris, on ne se contente pas que d’admirer le paysage à bord de son train tout fraîchement posé sur les rails ou de le piloter.

Une fois le premier chapitre terminé (et oui tout ça dans un chapitre), on peut entamer de nouvelles perspectives de gestion.

 

Le joueur qui parlait à la cheminée des trains

La gestion des trains, des villes, des concurrents, des employés, des actions en bourses… 

Cette partie est vraiment importante et peut influencer sur la partie en cours. On ne peut pas, comme pour certains jeux, se contenter de construire et de laisser l’IA faire tout le reste… Dans ce jeu, tout est sujet à vous faire perdre. Si vous laissez de côté la gestion et la transaction des actions en bourses, vous pouvez vous faire racheter et ainsi perdre la partie.

D’ailleurs je vous conseille dès le départ, après avoir construit au moins une voie commerciale, d‘acheter entre 20 et 35 % d’actions pour vous assurer le bon fonctionnement de votre partie. De plus, la plupart des quêtes à faire tournent autour de la valeur de vos actions. 

Pour continuer dans la gestion, on peut assurer le bon fonctionnement de nos trains en employant du personnel, en s’assurant du bon entretien mécanique et surtout de pouvoir débloquer de nouvelles pièces/wagons pour votre train grâce à la recherche. Car en début de partie, on n’a qu’un simple moteur sur roues motrices.

Mais ne vous emballez pas, même si on parle de gestions, on n’a pas vraiment la mainmise sur tout.

En effet, on ne peut pas vraiment définir la marchandise à récupérer ou livrer, on n’a pas la possibilité d’agir sur le prix d’achat ou de vente de la marchandise ou de billets de train… À la fin de chaque chapitre, vous aurez un classement en fonction de vos quêtes, du temps passés, de vos ressources… Vous aurez un statut allant du simple stagiaire au président. Libre à vous de passer au chapitre suivant ou de continuer pour faire exploser le score et atteindre la perfection.

Globalement, quand on finit par maîtriser les bases et à comprendre le bon fonctionnement des actions à acheter et aux demandes des villes, on s'ennuie ferme. Le côté redondant des quêtes fait en sorte qu'on arrive à anticiper les quêtes. Heureusement que nos concurrents à l'IA fourbe sont là pour rehausser le ton ainsi que le mode réaliste qui annule le fait que les trains peuvent circuler sur la même voie sans risque de collision. On s'amuse au début mais une fois la mécanique bien huilée, on peut remettre le jeu dans sa boîte. Espérons que le prochain opus s'en sortent mieux car c'est bien parti pour.

Yakudark

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Bons points

Bons Points construction simple (une fois la prise en main complète)

Bons Points Très bonne durée de vie

Bons Points Gestion ferroviaire

Bons Points Gestion économique

Bons Points choix réaliste ou pas (gestion de collision)

Bons Points accessible et amusant mais...

Mauvais points

Mauvais Points des bugs de conception des rails

Mauvais Points répétitif

Mauvais Points ...Moins complet que d'autres simulateurs

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.