Rustler

Difficile de détrôner Gran Theft Auto 5 de son piédestal tellement le jeu est connu et apprécié pour son gameplay ainsi que pour la richesse de son immense open world. C’est pourtant ce que veux tenter de faire Rustler avec son GTA-like à l’époque médiévale. Voyons ensemble ce qu’il en est réellement.

Un jour j'irais à cheval avec toi.

Bien évidemment, qui dit époque médiévale, dit exit les voitures. Il aurait été inconcevable de se balader en voiture dans une ère où elles ne sont pas censées exister. C’est donc à pieds ou à dos de cheval que nous nous baladerons dans le monde de Rustler. Je vais aller droit au but, la maniabilité à cheval est vraiment horrible. Vous avez la possibilité d’avancer au trot ou au galop, mais le galop est vraiment très mal optimisé.

En plus de cela, les collisions avec le décor étant fréquentes, on aurait aimé à ce que la maniabilité du cheval soit exemplaire. Il n’en est rien car combien de fois je suis resté coincé contre un arbre ou contre une montagne parce que le cheval refusait de reculer. Car oui vous pourrez faire avancer ou reculer votre cheval, mais le recul est vraiment horrible à utiliser.

Ceci dit, quelques petits clins d’œils sont sympa malgré tout, en particulier lorsque vous volerez le cheval d’un représentant de la loi, ces derniers sont équipés de gyrophares (oui oui). Il n’aurait manqué que le deux tons et le boucle aurait été bouclée.

Plusieurs catégories de chevaux existent dans le jeu, avec chacun leur spécificité. Ceux de la police sont rapides au galop et assez endurants, d’autres sont très rapides mais très peu endurants, et d’autres encore c’est l’inverse. A vous de voler ou trouver le cheval qui vous siéra le mieux.

Pour l'humour du risque.

Il y a un point sur lequel vous ne pourrez pas échapper dans le jeu, c’est son humour. Que ce soit dans les dialogues fortement fleuris, ou encore certains tags que vous croiserez au fil de vos pérégrinations, l’humour est une base du jeu. Ne cherchez pas côté sérieux au jeu, il n’y en a pas.

De nombreux clins d’œils viendront aussi vous rappeler la saga de Rockstar, comme la possibilité de « pimper » son cheval pour échapper aux forces de l’ordre. Évidemment le premier qui saute aux yeux est la vue de dessus volontairement choisie afin de rendre hommages aux premiers épisode de GTA.

Le jeu se pare d’une dimension légèrement RPG dans le fait que le personnage gagne en expérience et une sorte d’arbre de compétences permet de pouvoir l’aider à affronter l’histoire. Avec la possibilité entre autres d’avoir plus de vie ou encore de pouvoir appeler un cheval n’importe quand, c’est un élément qui lui permet de se distinguer de la saga de Rockstar.

Cependant tout comme elle, les activités annexes seront présentes. Si vous souhaitez oublier un peu le cheminement de l’histoire, vous aurez la possibilité de vous frotter à des courses de chevaux, ou encore à vous battre en duels contre des ennemis avec de nouveaux challenges à chaque combats réussi par exemple. Ce ne sont évidemment que quelques unes des activités annexes.

Certains titres de quêtes vous feront très certainement penser eux aussi à des films ou séries. Les répliques de certains personnages vous seront elles aussi familières. Le jeu joue à fond la carte de l’anachronisme et parfois ça fonctionne totalement, et parfois c’est un peu lourdingue.

Le jeu dans son ensemble est assez simple à prendre en main, ce qui le sera moins ce sera comme je l’ai dit plus haut, le pilotage des chevaux, qui je le répète est vraiment horrible. Les combats contre d’autres méchants seront eux assez brouillons et on aurait aimé avoir une sorte de lock quand tout un tas d’ennemis sont autour de nous afin de pouvoir arriver à se focaliser sur un ennemi en particulier.

Le scénario du jeu est des plus simple. Vous incarnez Guy, le bad boy de bas étage du coin, qui n’aspire qu’à une seule chose : vivre de plus passionnantes aventures et se sortir de sa condition de pauvre. Son objectif avec son pote Buddy sera de s’inscrire à un tournoi de chevalerie afin de pouvoir battre légalement d’autres hommes tout en charmant les donzelles qui seraient présentes dans la foule.

Les quêtes, qu’elles soient principales ou annexes sont assez basiques et rapidement redondantes. On va passer notre temps à aller d’un point A à un point B soit pour voler quelque chose et le rapporter, soit pour tuer quelqu’un. FedEx n’existait pas au moyen âge, et bien que nenni, Rustler l’a inventé avant l’heure.

En terme de durée de vie, le jeu s’en sort avec une petite dizaine d’heures pour le terminer en intégralité.

Rustler aurait pu être une bonne alternative à GTA, l'idée de base de faire d'un GTA médiéval partait avec pleins de bons points et de bonnes idées sur le papier. Malheureusement ce ne sera pas celui qui détrônera le roi de son siège doré.
Les combats brouillons, et la maniabilité à la limite du supportable lors des phases à cheval n'aiderons pas les joueurs à trouver de la sympathie pour ce titre.
C'est fort dommage car sans cela, avec son humour caustique qui frise le lourd par moments, et les petites activités annexes, le titre avait de beaux atouts à mettre en avant.

Stephtoonz

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Vous pouvez partager nos articles

Bons points

Bons Points En français dans le texte.

Bons Points Le côté déjanté du soft.

Bons Points L'univers médiéval.

Mauvais points

Mauvais Points La maniabilité à cheval totalement horrible !

Mauvais Points Les combats répétitifs.

Mauvais Points Le côté FedEx de l'histoire et des quêtes annexes.

Mauvais Points Les personnages baragouines.

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.