The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel III

La saga Trails of Cold Steel n’est pas la plus connue dans le monde du J-RPG mais elle a trouvé via ses deux premiers épisodes (sortie sur Playstation 3 en Janvier 2016 pour le premier et novembre 2016 pour le second en France).

Ce troisième épisode, sorti initialement sur Playstation 4 en octobre 2019 arrive sur Switch. Le portage est-il de qualité ? Que vaut le jeu de Nihon Falcom ? la réponse ci-dessous…

Poudlard futuriste

Comme pour les deux précédents opus, vous suivez les aventures de Rean Schwarzer, connu sous le nom de Chevalier Gris, diplômé de l’académie militaire de Thors et affecté en tant que professeur d’une nouvelle académie construite très rapidement avec pour objectif de former la nouvelle génération de la classe VII.

Trails of Cold Steel III se passe un an et demi après l’épisode précédent et si vous n’avez pas joué à ces derniers vous risquez d’être vite perdu tant les premiers chapitres y font référence.

Heureusement, Nihon falcom a prévu le coup et propose un résumé complet des épisodes précédents dans les options. Lourd et long à lire, il reste important si vous voulez bien comprendre.

D’ailleurs le jeu commence par une attaque de la forteresse de Junon et vous contrôlez un groupe d’élèves (de niveau 35). Même si des écrans de didacticiel apparaissent régulièrement sur cette séquence d’introduction, le style de combat et les possibilités étant très nombreuses, les non-initiés à la licence et/ou les débutants seront largués. Il aurait été plus simple de faire démarrer le jeu par la suite plutôt que de cette manière. 

Les premiers combats restent très simple et même en faisant n’importe quoi, on arrive aisément à avancer. L’affrontement avec les Valkyries sera plus ardu, mais le jeu vous accompagne un peu plus pour vous aider. L’erreur coûtera néanmoins cher.

Les premiers chapitres vous montrent les différentes séquences de jeu qui rappellent fortement le dernier Fire Emblem avec un découpage à la journée (ou semaine), des entraînements (notamment aux maniements des Panzers), et des phases libres avec quêtes annexes, et cut-scènes avec les élèves pour augmenter votre jauge d’affinités.

Un professeur proche de ses élèves

Cette phase de liberté vous permet de faire du shopping dans les boutiques, pour vous équiper ou améliorer votre Orbalis, sorte de gros smartphone ayant la capacité d’y insérer des Quartz vous octroyant des pouvoirs spécifiques. 

Elle vous permet également de réaliser des quêtes secondaires, ou plus tard de répondre à des requêtes de vos élèves et collègues. Elles sont importantes car elles augmentent votre affinités avec les autres personnages (utile en combat via le “link”) mais également améliore le statut de l’académie ainsi que votre niveau de professeur. Plus ce dernier sera élevé plus vous aurez de possibilité.

Enfin, vous aurez la possibilité de discuter avec les autres personnages, en dépensant vos points “sociaux” à cette fin. Ces derniers étant très limités au début vous devrez choisir avec soin. Certains dialogues donneront des points supplémentaires, d’autres se débloquent sur certaines conditions et enfin, quêtes et dialogues peuvent être cachés, attendant que vous les trouviez…

D’autres activités annexes, assez classiques, sont présentes comme réaliser des plats via des ingrédients à découvrir et cultiver, ou la pêche. 

Vous l’avez compris, Trails of Cold Steel est très complet, et si les premiers chapitres sont assez frustrants car constellé de dialogues limitant fortement vos actions, les suivants seront plus permissifs et laisseront le loisir de jouer les professeurs aimant envers vos élèves (parfois même très (trop ?) proche d’eux).

L’académie est très bien équipée et possède un centre d’entraînement géré par une vieille connaissance de Rean, vous y ferez régulièrement des tours avec vos élèves ou d’anciens camarades afin de permettre au professeur de récolter des données, mais également apprendre des possibilités de combat avancées.

Un style de combat original et dynamique

Votre Orbalis tactique ARGUS II est plus performant et multi-fonctions. Un Quartz cardinal donne votre style primaire de combat et les autres (au départ 1 emplacement) ajoutent des Arts, pouvoirs magiques divers et variés.

Chaque personnage est équipé d’une arme spécifique et de Crafts associés. Si le terme est mal choisi (skill aurait été moins confus), ces derniers seront très puissants.

Dans Trails of Cold Steel, vous aurez deux types d’affrontements. Les combats classiques entre vos personnages (élèves de la classe VII avec ou sans Rean) et les combats de Panzers, sorte de mecha à la Gundam.

les combats  classiques seront assez nombreux (normal dans un J-RPG), les monstres étant visibles en jeu, vous pourrez déclenchez des avantages si vous arrivez à les assommer en les frappant (créant un avantage) ou carrément faire une super attaque et déclencher le combat en triple avantage. Attention les monstres peuvent faire de même.

Le ou les avantages donnent des bonus et réduisent la barre de protection des mobs (celle sous la barre de vie, symbole du bouclier)

Cette barre se réduit à chaque coup reçu et une fois vide paralyse l’ennemi 1 tour et affaibli fortement sa défense. Chaque personnage joue à son tour (dans l’esprit de FF X par exemple) et chaque action coûte du “temps”. Si une attaque simple ou déclenchez un Craft (coûtant des PCs) est instantané, lancer un Arts n’est pas forcément immédiat, vous pouvez néanmoins anticiper via la barre en haut à gauche indiquant l’ordre d’action. Attention donc à pas déclencher un soin trop tard par exemple.

D’autres techniques avancées sont disponibles comme les ordres, utilisables contre des points BP (comme les CP ceux-ci sont donnés en attaquant ou subissant des dégâts).

Complexe et complet

Les Ordres seront vitaux contre les boss, tellement ces derniers tapent fort comparés aux monstres de bases. Couplés ceci avec les “Liens” que vous pouvez mettre entre vos personnages, eux aussi importants car débloquant des enchaînements possibles si vous réalisez des coups spéciaux (frapper l’ennemi avec sa faiblesse par exemple). Contre 1 BP vous déclenchez un enchaînement, ou simplement une attaque gratuite. Un personnage peut prendre un coup à la place de l’autre ou donner un coup fatal gratuit à l’ennemi. Enfin les Crafts spéciaux, très coûteux en PC seront à rentabiliser au bon moment pour faire un maximum de dégâts.

Toujours pas mal au crâne ? Les Arts eux dépensent des PE, et comme toute magie dans un RPG permettra de soigner, buffer ou simplement infliger dégâts et affaiblissement sur l’ennemi. le petit plus est que certains sorts sont mono-cible et d’autres à air d’effet. A vous de bien positionner vos combattants pour toucher un maximum de cibles et surtout bien inclure la résistance de chacun pour utiliser la bonne technique sur la bonne cible.

Vous l’avez compris, il faudra un certain temps d’adaptation pour bien assimiler toutes les possibilités du jeu. C’est également son principal point fort, cette richesse est vraiment plaisante et même si les combats sont assez nombreux, l’aspect stratégique d’un bon équilibre entre attaque et défense évite la monotonie du “farming de monstres”.

Les combats en Panzer sont similaires mais avec quelques spécificités. Lorsque vous attaquez un Panzer ennemi, vous pouvez cibler votre attaque (tête, corps, bras). A force vous aurez la possibilité de “démanteler” cette partie, c’est dire de pouvoir déclencher une attaque fatale gratuitement (même principe que les enchaînements via le Link).

Sympa mais dépassé techniquement

Dans le même principe, vous avez une aide en combat indiquant quel Panzer ennemi ciblé les vôtres et la possibilité de vous défendre contre leur Craft (skill). Indispensable à bien placer pour éviter de prendre trop de dommage.

Passons maintenant à la partie qui fâche. Trails of Cold Steel était déjà limite sur Playstation 4 question graphisme, mais sur Switch, que ce soit en mode portable (mais surtout) sur écran, le jeu est aliasé et sommaire graphiquement.

Il n’est pas moche, mais même sur la console de Nintendo on a déjà vu bien mieux et si vous êtes équipés d’un bon écran de télévision (OLED par exemple), ce ne sera pas super agréable.

C’est vraiment dommage parce que autant sur le scénario, que l’intrigue, Nihon Falcom a fait du bon boulot en nous laissant constamment en haleine via une distillation des informations toujours constante, notamment sur ce qu’a fait Rean entre l’épisode II et III. Les touches d’humour y sont nombreuses et les ceux qui ont joué à l’épisode précédent seront ravis de voir que le jeu revient constamment dessus avec un retour de bâton plus ou moins drôle à chaque fois.

C’est aussi son principal défaut, ceux qui commenceront la saga avec celui-ci seront perdus et frustrés car le sentiment de private joke constante pour les habitués donne presque un sentiment d’exclusion et à moins de se farcir les résumés des épisodes précédents à 100% on entre moins dans l’histoire. Dommage

Pour autant  Trails of Cold Steel est un excellent J-RPG sur Switch, très complet avec un excellent système de combat, une traduction de l’ensemble des textes en français de qualité. Bref, un très bon RPG de plus sur Switch..

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Vous pouvez partager nos articles

Bons points

Bons Points Système de combat

Bons Points Nombreuses activités et quêtes annexes

Bons Points Scénario riche et bien distillés

Mauvais points

Mauvais Points Graphiquement d’un autre temps

Mauvais Points Ça cause beaucoup

Mauvais Points Excluant pour ceux n’ayant pas fait les précédents

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.