Wasteland 3

Les Rangers vont mal, ils ont faim et ont besoin d’équipement. L’Arizona se porte mal également et nos justiciers ont besoin d’aide. Seul le Patriarche, seigneur autoproclamé de l’état “voisin du Colorado” peut les aider…

Ca caille ici !

Le jeu commence par une embuscade ultraviolente contre le convoi des Rangers par une secte. Vous êtes les seul rescapés et votre chef, juste avant de mourir a force d’empêcher ses tripes de sortir de son ventre, vous demande de poursuivre la mission.

Une fois arrivé aux abords de Colorado Springs, dans un bâtiment inoccupé, vous rencontrez le Patriarche, qui a subi lui aussi des attaques de cette secte sanguinaire. D’ailleurs il a un prisonnier avec lui et votre premier choix (parmi un grand nombre dans le jeu) s’impose à vous.

Wasteland 3 a pris un sérieux coup de jeune et c’est pour le mieux (On retrouve la vue type “3D isométrique) par sa vue au dessus. Graphiquement le jeu arrive à réunir le côté rétro des anciens épisodes et la modernité sur les effets. Cela donne un rendu agréable, sans fioritures.

Wasteland 3 a été conçu pour tous les niveaux (contrairement au second épisode) et sa localisation en français le rendra accessible à tous. Avant de commencer vous devez choisir soit un duo de personnages créés soit de faire vos propres avatars. S’ensuit le niveau de difficulté. Si le mode “histoire” ne propose aucun challenge (ce n’est pas son objectif) il faut aller en hard pour activer le friendly fire. Attention cependant, en normal certaines techniques toucheront quand même vos alliés (tous les dégâts de zone coniques ou rond par exemple).

Attention donc à ne pas faire le gros bourrin en tirant au lance-roquettes sur vos camarades de combat ! Même s’il reste globalement plus accessible que ces prédécesseurs, même en difficulté normale, faire un erreur risque de coûter cher, et ce même avant la phase de combat !

Oh un canard en plastique !

Wasteland 3 est un jeu adulte et ne s’interdit rien. L’humour y est omniprésent comme les situations malsaines ou gores (comme dans le Little Vegas avec la chèvre…) et c’est l’un des principaux atouts du jeu. Son univers est riche et on prend plaisir à lire les descriptions des objets, lire les messages sur ordinateurs ou dans les livres, écouter les enregistrements audio ou la radio.

L’histoire aussi est très bien écrite avec au début du jeu un “drame familial” à la sauce post-apocalyptique et un désir de sauver l’Arizona, mais rapidement vous allez vous retrouvez dans une imbroglio de conflits avec des conséquences sur les choix que vous prendrez.

Si on retrouve les possibilités classiques et facilement identifiables du pourri absolu ou du paladin défenseur de la veuve et de l’orphelin, Wasteland 3 propose de nombreux choix plus subtils dans le texte mais aussi sur votre manière de jouer. Chaque quête ou missions peut se réaliser de plusieurs façons. 

L’approche bourrine sera rude et violente, consommatrice en munitions et soins mais au moins vous êtes sûrs de pas répondre à côté ou de dire des bêtises. Par exemple pour accéder au “centre commercial” Bizarre, vous devez obtenir un laisser-passer ou vous faire sponsoriser par un marchand déjà à l’intérieur. Allez-vous aider une marchande à créer la couleur parfaite pour intégrer le commerce ? Ou Choisirez-vous le dentiste fou qui semble avoir ce qui vous intéresse ?

Outre l’approche, les moyens aussi seront différents suivants la manière dont vous aurez spécialisé vos personnages car bidouiller un générateur pour désactiver une tourelle ennemie sera-t-il plus utile que la pirater en combat ? 

Le jeu pousse l’interaction assez loin pour se permettre de prendre le temps de réfléchir avant d’agir, avec parfois des résultats très gratifiant !

UN RPG à l’ancienne

La gestion des personnages n’est pas en reste avec des caractéristiques et compétences à monter et des pouvoirs à choisir, débloqués après un certain niveau de compétence obtenu.

Chaque fois que vous montez d’un niveau vous aurez des points à dépenser. La première section modifie drastiquement certaines caractéristiques comme votre précision ou votre chance, mais également vos points de vie ou votre commandement (donnant des bonus aux autres personnages autour de vous). 

La seconde section elle permet de monter vos compétences dans le maniement des armes, découpée en type (arme de poing pour les pistolet et fusil à pompe par exemple) mais également votre capacité à crocheter les serrures ou pirater les ordinateurs.

Cette section est très importante car cela vous permettra d’appréhender les missions de plusieurs manières. Pensez à bien avoir une équipe complémentaire ou spécialisant chaque membre des Rangers.

La seconde section a un petite particularité, plus vous êtes fort dans une compétence plus cela coûte cher de monter d’un cran supplémentaire. Attention donc à ne pas déséquilibrer un personnage.

Enfin la dernière section permet d’apprendre des “pouvoirs”. Ils se débloquent en rapport avec votre niveau de compétence de la seconde section. Certains sont des pouvoirs actifs qui coûteront des PA en combat, d’autres sont passifs (par exemple, vos cibles perdent 25% de couvert)

Armes et armures sont personnalisables en trouvant des Mods et en les installant. Les compétences Modification d’armes et Modification d’armures permet d’équiper du matériel perfectionné (un seul personnage du groupe suffit pour modifier tout votre équipement), mais votre équipe également le sera ! Plus tard dans le jeu vous aurez la possibilité de transformer vos héros en cyborg !

Si je tire sur le baril rouge ça fait quoi ?

Le système de combat de Wasteland 3 est un grand classique dans ce genre de jeu mais il est toujours aussi efficace. A l’instar de jeux comme X-COM une phase de combat se joue au tour par tour. C’est à dire que vous jouez tous vos personnages et ensuite, c’est au tour de l’IA.

Première spécificité, si vous tirez le premier (via la touche L3) vous déclenchez une “embuscade” permettant à tous vos personnages de jouer en premier. A l’inverse, si vous vous faites repérer (via les cercles rouges et l’icône de l’oeil qui se remplit), c’est vous subirez une embuscade !

Lorsque c’est votre tour, vous pouvez jouer vos héros dans n’importe quel ordre, chacun ayant un certain nombre de PA à dépenser (ce nombre augmente avec une caractéristique). Se déplacer a un coût, tirer également, comme recharger ou utiliser un objet. Lorsque vous avez fini vos actions à votre personnage et qu’il lui reste des PA, en appuyant sur B vous aurez la possibilité d’augmenter votre défense, reporter les points restants pour le prochain tour ou (si vous en avez assez) passer en Vigilance.

Cette option est très utile car, lors du tour de l’adversaire, si un de ses personnages passe à portée et dans votre champ de vision, votre personnage lui tirera dessus ! Activé de manière appropriée et vous pourrez stopper une charge et renverser le cours du combat.

L’interaction avec le décor est aussi importante, au travers des différents éléments de protection, certains partiels et d’autres complet, mais aussi ceux destructibles. Ajoutez ceci avec les barils explosifs, conteneur cryo et autre joyeusetés, sans compter des armes et grenades soit amusante (comme celle qui rétrécit les gens) soit mortelle (le cocktail molotov est toujours aussi efficace) et vous obtenez là aussi un grand champ des possibles pour que chaque combat (potentiellement nombreux suivant votre façon de jouer) aient une grande variété de gameplay.

Un incontournable

Wasteland 3 réussit le pari de proposer un jeu old-school dans son enrobage (les menus sont un peu austère, mais les descriptifs des compétences sont pour la plupart sympa à lire) et moderne dans ses mécaniques et son graphisme. résultat on ne voit pas le temps passer et on s’amuse vraiment.

La difficulté et la non traduction de son prédécesseur ne sont plus des freins pour profiter de ce petit bijou de RPG. Seul défaut inhérent à ce style de jeu, des résultats de tir parfois injuste dans les deux sens (taux de réussite à 78% qui rate et un coup ennemi à 20% de probabilité qui réussit en critique), les habitués ne seront pas surpris et les autres passeront rapidement outre. Bref, vous l’aurez compris, un excellent jeu pour cette fin de vacances !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Bons points

Bons Points Ambiance post-apo riche et bien conçue

Bons Points Richesse dans l’exploitation de notre équipe de Rangers

Bons Points Localisation fr et difficulté adaptée pour tous les types de joueurs

Bons Points De nombreuses missions fixes et événements dynamiques

Mauvais points

Mauvais Points Système de pourcentage des combats parfois injuste

Mauvais Points Gestion de l’inventaire perfectible

Mauvais Points La caméra parfois pénible

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.