OnRush

Le développeur et éditeur britannique Codemasters ne se présente plus, il est le papa de séries de jeux vidéos de courses automobiles assez tournées simulation telles que DiRT (dont dernièrement DiRT4, que nous avons pu tester), Colin McRae ou encore F1. Cette année, le studio est de retour avec un jeu toujours dans le même domaine, la course, mais effectue cette fois un virage à 180 degrés en s’oriantant vers un jeu très arcade: OnRush. Pari gagnant?

Sans foi ni loi

Comme je vous l’ai donc dis juste au dessus, Codemasters s’éloigne de ses routes fétiches pour s’engager dans les sentiers battus. Avec OnRush, il propose un jeu complètement à l’opposé des règles honorables. Il n’y a jamais d’arrivée et tout se joue toujours en équipe de 6; les courses se jouent aux points ou au temps selon les modes de jeu. Vous serez donc amené à faire plusieurs tours de pistes avant de terminer la course dans les 4 types de course qui vous sont proposés: Overdrive (enchaînez les turbos et les RUSH pour gagner des points), Countdown (le temps défile, passez dans les portes pour faire gagner quelques précieuses secondes à votre équipe), Switch (chacun des coureurs a 3 vies, à vous d’exploser celles des adversaires tout en sauvant votre peau) et Lockdown (marquez des points en capturant la zone en mouvement). Pour prendre part à la compétition, vous aurez le choix parmi 12 personnages à incarner (dont vous pouvez personnaliser la tenue et le signe de victoire) 8 véhicules (également personnalisables grâce à 64 couleurs différentes par véhicules) et une dizaine de cartes différentes. Selon les courses, vous serez limité ou non à un ou plusieurs types de véhicule.

Pour avancer dans le mode Superstar, vous devrez gagner des courses et remplir les objectifs optionnels pour marquer des étoiles qui vous serviront à débloquer les épreuves suivantes. Au total, une 50aine d’épreuves vous attendent découpées dans 6 compétitions distinctes. Pour gagner, il faudra en général utiliser le turbo (démolissez des adversaires et des IA et faites des sauts pour en gagner) et utiliser votre RUSH que vous chargerez en boostant autant que vous pouvez, soit pour marquer des points, soit pour être plus rapide que vos adversaires à compléter un objectif. Lorsque vous gagnez, vous pouvez débloquer des caisses d’équipements, qui vous offriront 3 items de personnalisation dont la rareté va de commun à épique, en passant par rare. Ainsi vous pourrez débloquer des crashtags (une sorte de bannière de joueur), des pierres tombales (ce qui restera de votre pauvre carcasse après vous être explosé dans un rocher) des tenues, figures ou attitude de victoire pour les personnages ou des couleurs et motifs pour les véhicules. Au total, ce sont 1390 items qui sont à collectionner (oui je me suis amusée à compter).

Le fair-play? Nan, j’connais pas

Dans OnRush oubliez toutes les règles que vous avez pu apprendre, tout est permis. Sur ce point, il ravira sans aucun doute les joueurs qui adorent pousser les autres parce qu’ils sont mauvais (coucou les nuls!) puisqu’il faudra dégommer vos adversaires assez souvent, de n’importe quelle façon. Du moment que vous en déglinguez, tout va bien. C’est aussi un bon défouloir, idéal pour dégommer un adversaire en imaginant que dans cette voiture c’est le trou du cul qui vous a fait une queue de poisson dans le giratoire ce soir en rentrant du boulot. Mais il est aussi assez frustrant, notamment à cause des réactions parfois pas très logique des voitures. Bon, quand je fonce de moi même dans un mur, que  je sois éliminée, ok, j’en conviens, maiiiiiiis, il y a des fois où tu as simplement envie d’envoyer voler la manette avec la voiture… Notamment quand c’est toi qui va taper une voiture adverse pour l’envoyer dans le décor, mais que c’est toi qui est mis KO. Allez comprendre… Petite mention spéciale à cette course où j’ai du me faire éclaté bien 5 fois d’affilé, parce que je respawnais, je faisais 5 mètres, boum je me faisais démolir. Mais bon, je vous l’ai dit, il n’y a aucune règle, donc hop, on ronge son frein, on sert bien fort sa manette pour pas qu’elle apprenne à voler (mais pas trop non plus pour pas la briser dans nos mains quand même) et hop, on continue!

Un beau bordel

Dans l’ensemble, il n’y a pas grand chose à dire de plus. Les parties solos et multijoueurs fonctionnent de la même manière l’une comme l’autre. Graphiquement, on n’est pas sur la claque visuelle de l’année, mais le jeu n’en reste pas moins joli sur Xbox One X. En pleine partie, malgré l’action, le bordel et les 20 véhicules qui courent dans tous les sens je n’ai constaté aucune baisse de framerate, aucun bug désagréable. Seuls 2 freezes sont tout de même à déplorer. OnRush est un bon défouloir, mais il n’en reste pas moins qu’on a vite l’impression d’en faire le tour assez rapidement, il devient presque redondant et lassant au bout de quelques courses, notamment parce qu’il manque de mode de jeu varié, et que les pistes se suivent et se ressemblent pas mal.

Pseudo :

Une date à retenir : 26 octobre 2018. Ouaaaaaaaaaaaaais ouais !♥

Playstation Goldiie54

Succés XBox Goldiie54

A propos de ce test

Jeu fourni par : Codemasters

Testé sur : Xbox One X

Bons points

Bons Points Un bon délire

Bons Points Un bon défouloir

Bons Points Idéal pour les joueurs sans foi ni loi

Mauvais points

Mauvais Points Des réactions de voitures parfois frustrantes

Mauvais Points Vite redondant et lassant

Mauvais Points Que 4 modes de jeux différents.

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.