[Critique] Tomb Raider le Film

Publié par le 19 mars 2018

L’adaptation d’un jeu vidéo ou d’une saga vidéo-ludique est toujours un événement attendu et redouté par tous les gamers que nous sommes. Tiraillés entre l’espoir fébrile et la crainte souvent justifiée que l’on touche à nos passions et nos séries préférées. Même si de bonnes surprises ont parfois lieue, force est de constater que la plupart des adaptations sont des plantages complet. Alors quand on s’attaque à un monument comme la saga Tomb Raider, il faut en avoir une sérieuse paire. Voici donc notre avis sur ce film Tomb Raider made in 2018.

Pour commencer, je vais surement m’attirer les foudres d’une partie de l’audience, mais je trouve les Tomb Raider d’Angélina Jolie mauvais. De bon gros navets. Et en plus, je n’aime pas du tout l’interprétation de cette actrice. Voila, comme ça je pose les bases d’emblée, cette critique n’étant après tout que mon humble avis personnel. Afin de se démarquer des épisodes d’Angélina et pour surfer sur l’actualité, le film a décidé de se baser sur le reboot de 2013. Alors encore une fois, je pose les bases, j’ai adoré ce nouveau départ et ce renouveau de la série. Mon préféré étant Tomb Raider 3 (et surtout le passage du Désert du Névada) mais j’ai trouvé ce reboot ainsi que le Rise of Tomb Raider très rafraîchissant. C’est donc avec impatience que j’attendais ce film et les différentes bandes annonces m’avaient beaucoup attirées. Le contexte étant posé, on peux donc maintenant parler du film.

Si l’on parle scénario, nous découvrons une jeune Lara dont le père a disparu depuis sept ans mais qui comme toutes les petites filles qui aiment leur papa refusent d’accepter sa mort. Elle ne jouit donc pas de la fortune des Crofts et fait de la livraison à vélo pour gagner sa vie entre deux cours de boxe. Au moment où elle allait se résigner à accepter que son père ne reviendrait pas, elle obtient un casse tête possédant en son sein une clé et une énigme que la belle résout sans soucis, découvrant ainsi la véritable nature de Richard Croft, l’aventurier. C’est ainsi qu’elle décide de partir à la recherche de son père ou du moins sur les traces de sa dernière expédition: Himiko, la reine de la mort. Bien sûr, cela se passe sur une île soit disant déserte au milieu de la mer du diable, mais cela ne freine pas une Croft. Ce qui devait arriver arriva, et elle se retrouve échouée sur l’île pas très accueillante. Si vous avez fait le jeu, vous n’aurez quasiment aucune surprise sur le scénario du film tant ce dernier est fidèle au jeu, et le peu que vous pourriez avoir, nous vous laissons le découvrir. 

Concernant les acteurs, Alicia Vikander a été très critiquée et de manière injustifiée. Son physique colle bien au personnage du reboot et son jeu d’acteur dans le film est plus qu’honorable. On ressent bien l’évolution de la psychologie du personnage, de la petite fille un peu casse cou jusqu’au début de l’aventurière que l’on connait. Son interprétation est juste et certains passages sont vraiment réussi, comme son premier assassinat. Les défauts du personnage sont cependant les même que dans le jeu avec une évolution peut être trop rapide après ce passage justement. Daniel Wu, Walton Goggins et Dominic West qui complètent le casting principal sont eux aussi très juste dans les rôles de Lu Ren, Matthias Vogel et Richard Croft. Walton Goggins ne réussissant visiblement pas à se détacher des rôles de méchant comme dans The Shield, Django Unchained ou les Huits Salopards.

Les deux heures de films sont bien rythmées et l’introduction de la jeune Lara plutôt bien dosée, permettant aux novices de se faire une idée de la psychologie du personnage et aux initiés de ne pas s’ennuyer dans une introduction trop lente ou trop longue. Si l’on pourra reprocher peut être au film de tomber parfois un peu dans la démesure, c’est aussi un effet négatif d’avoir voulu trop coller au jeux vidéo. Avec la caméra dynamique lors des séquences de courses, cela sera pour moi les deux seuls reproches que j’aurais à faire au film. L’action étant bien rythmée, la narration maîtrisée et une Lara qui n’est a aucun moment sexualisée.

Tomb raider vient exactement là où on l’attendait, collant parfaitement au reboot, parfois un peu trop. Alicia Vikander montre que si elle n’a pas le buste pour reprendre l’ancienne Lara, elle à au moins les épaules pour supporter la nouvelle et il me tarde de la voir dans le prochain épisode.