Borderlands 3

Après de longues années d’attentes et un Présequel en demi-teinte, Gearbox revient pour un troisième volet canonique avec de nouveaux héros et de nouveaux méchants. La licence survivra-t-elle sans le Beau Jack ?

Héros orignaux, méchants dans l’ombre de Jack

Borderlands 3 démarre 5 ans après les événements du 2 mais également 4 années après Tales from Borderlands. Lilith la nouvelle chef de la Lance Ecarlate est en recherche de nouvelles recrues pour une quête « épique et pleines de trésors ». 4 chasseurs de l’arche vont répondre à l’appel avec des profils très différents et originaux. Si Amara sur le papier semble récurrente, cette sirène est très orienter corps-à-corps notamment avec ses 6 bras supplémentaires pouvant écraser violemment n’importe qui. Zane qui a un tout petit air d’Handsome Jack est un excellent soutien offensif et défensif avec ces drones et son bouclier qu’il peut projeter devant lui, stoppant les balles et augmentant les dégâts des alliés qui tirent au travers.

Fl4k est un robot chasseur qui a la particularité d’être accompagné d’animaux… domestiques d’une certaine manière. Fl4k est un « faiseur de dégâts » ou DPS assez violent et son côté Beastmaster le rend très polyvalents allant de tank à DPS distance pur en passant par un DOT (spécialisé dans les dégâts sur la durée). Enfin Moze est sans conteste la plus original car elle est capable d’invoquer une mecha de combat personnalisable et destructeur ! C’est donc à bord d’une sorte d’ED-209 que vous déblayerez le terrain à base de lance-flammes et autres missiles. Fait intéressant vos compagnons pourront s’agripper au mécha pour vous accompagner.

Rapidement on découvre les deux nouveaux méchants de l’épisode, des jumeaux sirènes ayant la capacité d’absorber le pouvoir des autres sirènes. A la tête d’une secte interplanétaire les Enfants de l’Arche Tyreen et Troy Calypso auront le même objectif que vous, trouvez une super-arche !

Un vrai gap graphique

Evidemment, plus on avance dans Borderlands 3 plus on constate que les jumeaux n’ont ni la carrure ni le charisme de Jack. Leur ultra-violence et le coté de Tyreen très « Youtubeuse trash » la rend très antipathique à mes yeux (surement une raison de génération) regrettant que Gearbox n’est pas succombé à la facilité en réalisant une pirouette scénaristique pour faire revenir ce méchant que l’on aime tant.

Les premières minutes ressemblent à tous les précédents avec une première phase d’apprentissage avec les mêmes séquences et les mêmes blagues vaseuses de Clap-Trap. C’est clair on se sent à la maison. Graphiquement parlant, Gearbox a réussit à garder la touche de la série tout en profitant de la puissance des derniers modèles de cette génération. C’est chatoyant, détaillé et on voit assez loin. Si on solo on ne souffre d’aucun ralentissement (ou alors très rare) en multijoueur ce n’est pas la même chose et les récentes mises à jour n’ont pas assez amélioré ceci.

Accéder à l’interface du personnage est une vraie gageure tant c’est long, se déplacer en véhicule aussi. Dommage car en groupe cela casse le rythme si vif propre à la série. Comme dans les précédents Borderlands, les zones sont semi-ouvertes et le troisième épisode agrandit encore ces dernières, proposant très rapidement des plaines vastes où les secrets sont nombreux. Via la carte chaque zone répertorie les secrets comme des cadavres de « cousins » de Clap-Trap, des tours de communications à pirater ou encore des monstres élites à tuer.

Les différentes planètes proposent chacune un thème propre qui permet de renouveler sans cesse l’intérêt. Les développeurs nous proposent une planète monastère, une mégalopole ou un bayou (grand classique) par exemple.

Un gameplay nerveux

Globalement l’enrobage graphique est très agréable et c’est vraiment plaisant de découvrir cette suite, d’autant que le gameplay est toujours aussi nerveux. Ici les bases sont toujours présentes. Les fans peuvent être rassurés. De subtils ajouts sont implémentés, parmi les plus sympas on peut trouver les armes à multi-effet élémentaires, les (j’adore ces armes) snipers qui via la touche bas de la croix directionnelle devenir un fusil à pompe !

Toutes les grandes marques d’armes sont là et ont chacune de réelle différence. Les armes Maliwan et Atlas sont très futuristes voir biomécaniques, les armes Jakobs sont puissantes mais plus difficile à prendre en main. Les Torgues toujours centrés sur les explosions (ET L’ECRITURE MAJUSCULE).

Couplés ceci aux millions de possibilités de combinaisons ainsi que les différentes qualités d’armes et vous aurez largement de quoi faire. Comme les anciens opus, chaque personnage à 3 arbres de compétences avec en plus, sur chaque extrémité, une fois un certain nombre de points dépensés dans une ligne de compétences, vous pourrez acheter une compétence supplémentaire à équiper (3 slots maximum.

Le coté intéressant et de pouvoir mixer ses compétences entre les points dépensés dans chaque arbre. Une fois le niveau max atteint, un nouvel écran se débloque. Il remplace les points de Brutasse des autres épisodes, durant votre progression vous réalisez toujours des réussites mais l’accès y est restreint jusqu’au niveau maximum (50). Borderlands 3 serait-il meilleur en tout ? Globalement oui, Gearbox a réussit un jeu d’équilibriste en proposant un jeu solidement campé sur son histoire et ses mécaniques tout en les modernisant suffisamment pour que cela se voit mais sans changer le socle si cher aux fans. Le vrai problème concerne les méchants qui sont peu convaincants.

Etalon du cul ??!! Ou es-tu ?

Avec l’intégration des personnages et de l’histoire de Tales from Borderlands Gearbox avait la possibilité de proposer un méchant digne de ce nom, mais les jumeaux sont plats, leurs manières trop exagérés et peu cohérents finalement. Après un Beau Jack ou nous étions tristes de le tuer, ici les jumeaux ne provoquent aucune émotion. Espérons qu’avec le season pass on puisse trouver un méchant à notre mesure.

En dehors de ce point, Borderlands 3 est excellent, faisant peu de fausses notes et propose un challenge taillé pour le new game + avec là aussi un petit changement sur les modes de jeux. Les modes chaos remplacent les modes chasseurs ultimes, ressemblant un peu aux modes de difficultés élevés des Diablo. Le dernier né de Gearbox est donc une valeur sûre qui ravira le plus grand nombre pour la fin de cette année.

Bons points

Bons Points Enfin un vrai gap graphique

Bons Points 4 nouveaux chasseurs de l’arche au gameplay réellement différent

Bons Points La personnalisation des véhicules

Mauvais points

Mauvais Points Les jumeaux, peu charismatiques

Mauvais Points Le concept de planètes pas assez exploité

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.