Crysis Remastered

Le petite histoire

Crysis est un jeu de 2007, développé et distribué par Crytek. Au fil des années et encore aujourd’hui, ce titre est devenu un symbole et une référence de la puissance des PC de jeu partout dans le monde. On se prêtait à dire alors que s’il « faisait tourner Crysis », alors c’était une bonne et puissante machine.  Le jeu, créé avec le moteur graphique CryENGINE 2 à l’époque, est arrivé quelque temps plus tard sur Xbox 360 et PlayStation 3, avec l’utilisation du CryENGINE 3.

On suit les aventures du lieutenant Jake, nom de code « Nomad ». L’équipe Raptor, dont il fait partie, a été envoyé en mission sur une île des Philippines pour collecter des informations et sauver un groupe d’archéologues. Celui-ci a été pris en otage par l’armée coréenne. À peine le largage aérien effectué que des problèmes surgissent. On comprendra par la suite que l’armée ennemie est loin d’être le vrai danger à affronter. L’avantage tactique et surtout la nano-combinaison sera des atouts majeurs pour la mission. Mais est-ce que ce sera suffisant face à cette double menace ? Let’s go !

La puissance d'antan dans un remastered !

Pour résumer, c’est un échec ! Pourquoi ? 

Prenons par exemple les versions remasterisées des deux Modern Warfare qui sont généralement cités pour l’aspect technique d’un remastered réussi à chaque sorti d’un FPS remastered. On sent un engagement de production parfois surprenant, qui implique et même améliore le système ludique. Tandis que dans un style complètement différent de jeu, je l’admets, on a la collection Devil May Cry HD de Capcom qui est à l’opposé  d’Activision avec des interventions de très faible impact. Et bien le remastered de Crytek est à mi-chemin entre ces deux extrêmes, proposant une série d’interventions qui, bien qu’intrigantes d’un point de vue technologique, ne génèrent pas les résultats escomptés.

La définition de «remaster» esquisse une gamme très précise de paramètres à respecter pour offrir au public une réédition de qualité, principalement liée au secteur technique tel que la résolution, la texture et les technologies de post-traitement. Ils doivent donc être retravaillés dans le but de «rajeunir», plus ou moins, un titre pour justifier son retour sur le marché. Des lignes directrices qui laissent aux études une grande marge de manœuvre, qui se traduisent par des résultats très différents en termes de qualité. Je vous passe les différentes phases de Ray tracing avec la résolution et la fréquence d’image dont j’avais pu lire sur différents forums quand il y a eu les sorties PS3 et XBOX 360. 

Bien qu’il fût un titre qui a été, pendant des années, un point de référence pour les puristes du graphisme sur PC, Crysis a tendance à générer des problèmes supplémentaires, tels que des phénomènes de scintillement ou des retards importants dans le chargement des effets.

On peut constater aussi des problèmes avec le comportement de l’ennemi qui ne sera pas toujours optimal. Il m’est arrivé d’être très loin d’une troupe ennemie et d’être repéré. Et d’un autre côté, d’être très proche, limite devant eux, et d’être perçu comme invisible. Et cela vaut aussi pour les tirs. On se retrouve face à un expert de la balistique d’un tireur d’élite hautement qualifié et la capacité d’attention d’un ivrogne malvoyant. Il en va de même pour les menaces extraterrestres avec un déplacement et une attaque qui suivant le même schéma cyclique donc prévisible et on côtoie l’ennui. 

Des disparitions inquiétantes... en plus de nos archéologues

On rallonge la liste avec la disparition de l’avant-dernière mission dans laquelle Nomad combat la menace extraterrestre à bord d’un avion VTOL. On peut dire que le remastered est issu des versions PS3/XBOX 360 qui ne possédaient pas non plus cette mission. Elle avait été retiré à cause de la limitation matérielle par rapport au titre PC. Mais avec nos consoles d’actualité, c’est assez surprenant qu’ils ne l’aient pas remise. C’est une broutille certes mais c’était une bonne mission.

Pour nos amis les puristes du multi, il n’y a pas de session multijoueur (les serveurs ont fermé en 2014).

Et pour clôturer tout ça, on ne retrouvera pas non plus l’éditeur disponible pour modifier les cartes et les niveaux. 

Un gameplay bien pensé mais....

Mais ça, c’était avant.

Outre les divers problèmes mentionnés plus haut comme des latences et une IA mal jaugé, on peut constater des freezes lors des sauvegardes automatiques de zones. Ce qui est assez déstabilisant surtout quand rentre dans une zone de combat avec très peu de vie par exemple. On va se retrouver dans une boucle de mort perpétuelle. 

On ne va donc pas parler de l’IA avec les problèmes de détection à notre encontre ou encore leur capacité balistique diverse et variée.

Dans les mouvements de notre personnage, ils sont classiques : saut, course, tir, visée.. mais avec une option non négligeable liée à la nano-combinaison. En effet, celle-ci booste les capacités à la GANTZ pour les connaisseurs. Elle permet de courir plus vite, de supporter les chutes normalement mortelles, une puissance de charge plus élevée, de sauter plus haut et surtout de générer un champ de force protecteur et la capacité à se rendre invisible. Comme toutes bonnes choses ont une fin, je vous annonce qu’il y a une barre d’énergie qui s’épuise en fonction de vos faits. Par exemple, l’armure voit son énergie diminuer aux impacts de balles ou grenades.

Cela offre une approche tactique différente en fonction de vos besoins. Sans oublier qu’on peut allier tout ceci avec la capacité de modifier ses armes en temps réel (silencieux, plus de munitions, plus ou moins de portée..). On retrouve donc la possibilité de jouer dans 2 classes différentes : bourrin ou invisible.

Autre chose bien apprécié à l’époque, c’était les dégâts d’environnement comme les chutes des arbres, les bâtiments, les véhicules.. mais là encore on se retrouve avec des bugs sans précédent comme se retrouver coincé dedans ou apercevoir un soldat en lévitation au-dessus de quelque chose qui aurait dû se trouver là. En l’occurrence pour mon cas, c’était une mitrailleuse. Il était en position comme si je n’avais pas détruit le bâtiment et l’arme. 

Il y a 13 ans, on était émerveillé par cette prouesse. Ce remastered, c'est comme revenir 13 ans en arrière avec un mod Lisse. Rien de nouveau, qui comporte les mêmes soucis de l'époque qui pourtant sont répertoriés.. Je conçois bien qu'on ne parle pas de remake mais quand même. Rien ne les empêchait de corriger certaines choses. J'ai passé quand même un bon moment car le scénario apporte pas mal d'intrigues et cette nano-combinaison rappelle de bons souvenirs mais malheureusement, ce remastered ne trouvera bonheur majoritairement qu'auprès des nostalgiques.

Yakudark

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Vous pouvez partager nos articles

Bons points

Bons Points La Nanosuit

Bons Points l'histoire

Mauvais points

Mauvais Points Des bugs d'IA

Mauvais Points Des bugs d'affichage

Mauvais Points Latence et freeze surtout pendant les sauvegardes

Mauvais Points Un vieux jeu qui reste vieux

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.