Dark Crystal : Age of Resistance Tactics

Un jeu tiré d’une série sur Netflix, il fallait le faire ! Comme chaque sortie de jeu à licence, le “spectre de la bouse” plane sur Dark Crystal Tactics, surtout que En Masse Entertainment est un studio peu connu du grand public, ce qui peut inquiéter. Voyons ce que cela donne.

Dark Crystal Tactics propose de (re)vivre la saison 1 de The Age of Résistance, soit les événements précurseurs du film de 1982 (vous suivez ?). Petit rappel pour ceux et celles qui ne connaissent pas le monde de Thra. C’est une planète avec en son cœur un cristal. Un peuple venant d’une autre planète (UrSkeks) est descendu sur Thra et a brisé le cristal, divisant ce peuple en deux espèces différentes. D’un côté les Skeksès (Skeksis en Vo), espèce de rapace flétri mais très puissant qui regroupe presque tous les vices possibles au point d’avoir trompé Hogra, la gardienne de Thra.

De l’autre les Mystiques (UrRus en Vo) calme est sage sont l’exacte opposé des Skeksès. Au milieu de tout ca vivent d’autres races natives de Thra, notamment les Gelflings et les Podlings. Les premiers, persuadés que les Skeksès sont d’origines divines car gardiens du Cristal les servent sans réserve, les seconds, étant très souvent considérés comme des attardés. Les Skeksès ont comme quête ultime la vie éternelle, ils sont prêts à tout pour y parvenir, y compris à absorber l’énergie vitale des Gelflings ! Manque de chance le jeune Rian a découvert la supercherie et une chasse à l’homme se lance…

Si vous ne connaissez ni le film ni la série, vous allez découvrir le premier défaut du jeu, celui de ne pas expliquer le contexte historique ou simplement qui est quoi. Il vous lâche dans l’histoire sans ménagement. Dans le cas contraire vous constaterez avec plaisir que En Masse Entertainment a été très fidèle, ne prenant des libertés que pour étoffer les scènes de combats possibles. Le design des personnages est globalement fidèle hormis sur les transitions en format bande dessinée, qui déforme certains héros, rien de bien méchant.

Mécaniquement parlant Dark Crystal Tactics coche toutes les cases des T-RPG à l’ancienne. Des zones de combat en 3D isométrique avec déplacement en case, un système de tour par tour suivant la valeur d’une caractéristique dédiée (et donc modifiable via des techniques, sorts et équipements) et différentes classes allant du tank au soigneur en passant par le pur DPS (Damage Per Second). Chaque héros (l’équipe s’étoffera au fur et à mesure de la réunification des clans Gelflings), a accès aux 3 classes primaires (soldat, éclaireur et réparateur). Une fois niveau 10 vous débloquez les 2 classes avancées de chaque branche. Pour débloquer les dernières classes (comme le Barde), le travail sera plus long car il faudra monter plusieurs branches. Pour l’exemple du Barde il faut être Gardien de rang 5 et Pisteur de rang 5, ces deux classes avancées sont chez l’Eclaireur et le Réparateur.

Vous devrez donc “reroll” (recommencez à zero, ou presque) vos personnages pour obtenir la classe souhaitée. La difficulté sera de jongler entre le niveau du personnage (qui est global) et celui de ses classes car l’ennemi lui ne fera pas de quartier ! A partir du niveau 10 (du personnage) vous aurez la possibilité de choisir une classe secondaire, celle-ci ne montera pas en niveau mais vous permettra d’avoir 2 compétences actives en adéquation avec le niveau de cette classe (un classique dans les T-RPG), plus les 3 capacités actives de votre classe primaire et vous aurez l’ensemble de vos compétences disponibles en combat. Votre choix sera déterminant. Concernant les techniques des classes de personnage, elles oscillent entre le classique et l’original, comme le cuistot pour les Podlings ou la particularité des zones d’effets de la magie, les développeurs ont fait un bon travail pour qu’elles soient cohérentes avec le monde de Thra.

La carte du monde affiche les différentes zones de combats au fur et à mesure de votre avancé dans l’histoire. Un bref résumé vous indiquent la taille maximale de votre groupe pour cet événement ainsi que le niveau minimal souhaité. Cette dernière valeur est plutôt optimiste car la difficulté est plutôt mal dosée. Les combats importants impliquant un Skeksès (Chambellan ou le Chasseur notamment) sont bien plus difficiles que le reste (ces piafs tapent vraiment fort). Même punition si un personnage est hors combat pendant une bataille, pas de risque de le perdre définitivement, mais il ne gagnera aucun xp, vous obligeant par moment à farmer pour rattraper son retard (car l’IA concentrera ses attaques sur lui à la moindre occasion).

Comme dit plus haut dans ce test, la difficulté est mal dosée dans Dark Crystal Tactics, principalement sur les missions où il faut se déplacer d’un point A à un point B, ou tuer un monstre précisément sachant que lui et ses copains sont 2-3 niveaux au dessus de celui conseillé. Méfiez-vous donc et n’hésitez pas à farmer dès que possible. Ceci est le propre du T-RPG et dans Dark Crystal, pour une raison que je ne comprends pas trop En Masse a décidé de le limiter via quelques missions Confrontation (qui fait gagner plus de Perles que la moyenne) ou en affrontant des monstres dans des zones déjà faites, mais le gain est vite peu rentable, sauf pour les Perles, monnaie du jeu. Les Perles seront d’ailleurs assez rares tout au long de la partie mais pourtant vitales pour bien équiper vos personnages. Chaque héros (hormis le clébard que vous débloquez avec Brea) pourra s’équiper d’une arme d’une armure et d’une babiole. Chaque classe ayant ses spécificités, la babiole elle octroie un bonus (immunité au poison par exemple).

La première grosse erreur des développeurs est d’avoir considéré les compétences passives au même niveau que les actives. Comme leurs noms l’indique elles auraient dû être activées par défaut. En devant choisir, cela rend certaines classes comme le Gardien complètement inutile. Ses compétences passives lui donnant le réel rôle du tank (il joue presque toujours parmi les derniers).

Vu la montée crénelée de la difficulté, le fait de ne pas bénéficier des compétences passives des classes primaires et secondaires comme cela devrait l’être, on passe beaucoup trop de temps à revoir cette configuration, cassant le rythme déjà pas ultra dynamique du jeu.  Malgré tout ça Dark Crystal Resistance a ce petit charme qui fait que l’on continue d’avancer, le fait d’apprécier le film et la série ajouter un facteur de plaisir non négligeable. D’ailleurs la note finale de ce test est clairement rehaussé par ce facteur me concernant. Si vous ne connaissez pas Dark Crystal ce T-RPG sera un peu léger de par sa construction et son contenu. Maintenant, à 20€ il reste tout à fait acceptable et vous fera patienter entre 2 jeux.

Lucian Blight

Besoin de crédit pour l'acheter?

Bons points

Bons Points Un T-RPG, c’est pas si courant

Bons Points Globalement bien fait vu le budget alloué

Bons Points L’univers Dark Crystal

Mauvais points

Mauvais Points La rosace des skills est peu précise

Mauvais Points Difficulté en dents-de-scie

Mauvais Points Les skills passifs considérés comme les actifs !

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.