El Hijo – A Wild West Tale

Le voyage commence lorsqu'une agricultrice et son fils "El Hijo" sont attaqués par des bandits qui rasent leur ferme. La mère décide de laisser "El Hijo" dans un monastère isolé afin de le protéger. Cependant, "El Hijo" décide que la vie monastique n'est pas pour lui et décide de s'échapper.

Un jeu oublié

Il avait été annoncé au PC Gaming Show en 2019 mais il est passé au travers avec toutes les autres annonces. On est resté un an sans avoir de nouvelles. Pourtant il avait de quoi marquer les esprits avec de belles couleurs et une belle animation. Le gameplay était prometteur et pouvait casser le rythme des jeux au gameplay pas souvent novateur. Votre humble serviteur l’avait complètement oublié et c’est en parcourant la toile et en traitant de communiqué de presse que je l’ai revu et surtout prêt à sortir sur consoles.

C’est ainsi que ni une ni deux, j’ai effectué un test sur Playstation 4. Que vaut-il ? 

El Hijo, 6 ans, face à un bouleversement

Vous avez eu un petit aperçu de son histoire au-dessus. On prend la direction d’El Hijo au pied de son lit dans un ranch. On rejoint sa mère pour aller sur la tombe de son père. Tout le chemin fait office de tutorat où l’on apprend les bases du gameplay. 

Une fois tout ceci terminé, ils retournent au ranch qui est en flamme. Une bande de hors-la-loi en sont les responsables. La mère et son fils fuient la scène et ainsi commence leur voyage. Il se termine au pied d’un monastère et s’ensuit une scène déchirante où la mère enterre son passé (des objets) et laisse son fils aux mains des moines avant de se faire capturer plus tard par des bandits.

Ainsi commence la folle aventure d’El Hijo mais des questions se posent tout de même. Pourquoi un tel acharnement contre cette famille ? 

El Hijo, en mal, ne va pas rester les bras croisés. Il va donc s’enfuir du monastère. Mais est-ce aussi facile que ça ?

Gameplay furtif qui fait son effet

On dirige un enfant de 6 ans donc ne vous attendez pas à de la violence à tout va. Tout le gameplay lié à cet enfant est purement furtif. On déambule dans le monastère en usant de stratagème pour éviter d’être attrapé par les moines. On dispose de plusieurs éléments dont le simple caillou pour attirer l’attention ailleurs.

Chaque moine dispose d’un angle de vision. Il faut donc les éviter. Comment ? En se déplaçant dans les zones d’ombre, derrière des caisses ou des tonneaux. Si vous ne pouvez pas passer, il suffit de jeter un caillou et de passer tranquillement. 

Bien sûr, ce n’est pas aussi facile que ça. Les moines ne fonctionnent pas tous pareils, entre ceux qui sifflent et donc ne peuvent entendre le caillou, ceux qui lisent, ceux qui balaient, ceux qui travaillent en déplaçant des caisses et ceux qui marchent vite ou au contraire bloquent un passage.. Il faut donc chercher partout un moyen de passer. Plusieurs passages sont disponibles. Libre à vous de choisir le chemin qui vous semble accessible à votre gameplay. Il peut arriver qu’en choisissant un chemin, on se retrouve au début du niveau. C’est là qu’on se rend compte qu’on aurait pu passer par là. Plus tard, on gagne différents objets pour faire diversion comme un soldat mécanique par exemple. 

Ces différents chemins offrent aussi la possibilité de croiser d’autres enfants et de les inspirer. Ce seront les collectibles du jeu qu’il faudra découvrir (69).

Le problème majeur est la gestion de l’IA des moines. Pour les mêmes protagonistes, pour la même action, ils réagiront de manière différente et imprévue que ce soit par le bruit ou le champ de vision. D’autres soucis viennent dans la précision des commandes comme la commande de furtivité avec la touche Carré qui est mal gérée. 

L’aspect graphique est très agréable à voir. Il est certes simple mais fait tout son effet. La direction artistique est très réussie et rend hommage à l’époque far west. C’est sans dialogue qu’on s’immisce dans cette histoire laissant libre court à votre imagination. Un moyen comme un autre de développer sa propre histoire et de s’identifier au héros. Mon fils, 9 ans, a totalement accroché et attend patiemment le week-end que je lui laisse la manette tellement il a apprécié le visuel.

Le passage de scénario entre la mère et l'enfant est très agréable tout en conservant la politique de furtivité sans violence. Chaque niveau offre des chemins et des perspectives différentes qui tendent à taquiner notre intellect dans les 30 niveaux du jeu.

Yakudark

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Vous pouvez partager nos articles

Bons points

Bons Points Le graphisme

Bons Points La bande-son

Bons Points histoire prenante à multiples directions

Mauvais points

Mauvais Points Commandes parfois capricieuses

Mauvais Points L'IA parfois trop... bête

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.