Partagez :

Alors que la saison est déjà lancée, c’est au tour d’EA Sports d’entrer en scène sur le plan footballistique. Après un été fort en communication autour de l’arrivée de la Ligue des Champions sur le jeu, il est maintenant de dévoiler le jeu au grand public. Mais tandis que Konami avait musclé son jeu avec une batterie de nouveautés et surtout un gameplay toujours aussi efficace, qu’en est-il du géant américain, leader sur le marché des jeux de football depuis quelques années ? Après un opus 2018 décevant, comment les développeurs ont travaillé pour changer la donne et redonner le sourire aux amoureux du ballon rond ? La réponse dans ces quelques lignes …

On ne change pas une équipe qui gagne ?

Au démarrage de ce FIFA 19, pas de très grandes surprises du point de vue des modes de jeu. Les traditionnels Coup d’Envoi, Aventure ou bien encore FUT sont fidèles au poste. Toutefois, quelques nouveautés font malgré tout leur apparition, notamment au sein du mode Coup d’Envoi.

En effet, dorénavant le mode Coup d’Envoi ne se limite pas qu’au choix de deux équipes qui font s’affronter au cours d’un match amical. Avec la possibilité de changer les règles ou de jouer un match de Ligue des Champions le plaisir est bien différent. Parlons tout d’abord des règles modulables. Ce mode vous permet de choisir parmi quelques possibilités venant altérer les règles de jeu habituelles et standard du football. Vous pouvez ainsi choisir entre un mode sans arbitre, un mode au sein duquel seuls les buts marqués en dehors de la surface comptent, ou bien encore un mode survie qui fait sortir un de vos joueurs du terrain lorsque vous marquez un but.

On ne va pas se le cacher, certains choix de règles sont beaucoup plus intéressants que d’autres, mais cette nouvelle façon de jouer laisse toutefois un sentiment agréable de faire varier les plaisirs. Jouable en solo ou en local, cette nouvelle façon d’aborder le célèbre Coup d’Envoi promet quelques bonnes parties de plaisir entre amis.

Cela ne vous aura sûrement pas échapper, les licences de la Ligue des Champions et de l’Europa League ont glissé des mains de Konami pour atterrir dans la poche d’EA Sports. Vraies grandes nouveautés de cet opus 2019, il est désormais possible, en Coup d’Envoi, de jouer pour remporter la fameuse coupe aux grandes oreilles. Des phases de poule à la grande finale, vous pouvez à votre guise soulever la coupe de votre choix, sous les couleurs de votre équipe préférée.

Tandis que le mode Coup d’Envoi a été revu avec succès, c’est avec une assez grande déception que nous constatons les modes Carrières et Club pro n’ont pas subi de grandes progressions, pour ne pas dire aucune. Toujours aussi prenant le mode Carrière vous laisse la possibilité d’entrer dans la peau d’un manager qui devra mener son équipe à la réussite ou dans la peau d’un jeu joueur prometteur qui devra jouer des coudes pour se faire une place sur la scène internationale. En mode manager, les paramètres financiers ajoutés les années précédentes sont toujours présents, permettant aux gestionnaires en herbe de jouer avec les chiffres, tandis que les amoureux du terrain pourront eux essayer de faire leurs preuves au sein d’une équipe choisie par leurs soins pour, finalement, dominer le football mondial.

Sans grande modification significative, le mode Carrière reste une valeur sûre bien connue des joueurs. S’agissant du mode Club pro, une fois n’est pas coutume, le nombre d’ajout est nul. Toujours aussi sommaire malgré une efficacité certaine, le mode vous permet de créer votre joueur, d’intégrer le club de vos amis et de progresser au sein des différentes divisions. Pourtant très apprécié par la communauté, le mode de jeu est une nouvelle fois boudé – pour ne pas dire oublié – des développeurs. Affublé des mêmes bugs, des mêmes problématiques, le mode s’affiche comme une pâle copie de ce qui était présenté l’an passé, ce qui, on ne va pas se le cacher, risque de profondément décevoir les joueurs les plus assidus.

Alex Hunter, mais que !

Troisième année du mode Aventure d’EA Sports et troisième année de nouveautés. Alors que l’an passé nous avions laissé notre cher Alex Hunter à ses débuts au haut niveau européen, c’est toujours dans ce contexte que nous le retrouvons lui et ses amis. C’est d’ailleurs là la grande nouveauté de cette année : les proches d’Alex Hunter. Vous ne serez plus seulement maître du destin du jeune londonien mais également de sa sœur, Kim, et de son meilleur ami Williams. Les cartes en main, vous devrez donc gérer la carrière de ces trois personnages aux projets bien distincts. Tandis qu’Alex filera au Real Madrid pour soulever la coupe aux grandes oreilles, sa sœur Kim devra redoubler d’effort pour obtenir une place de titulaire en équipe nationale et Danny Williams marquera la Premier League de son empreinte.

Alors que les sauvegardes des précédentes éditions sont reprises par le jeu, les développeurs ont pris soin d’affiner la dynamique du mode. Les personnages se voient affublés d’une véritable histoire et non pas de quelques bouts de match légèrement scénarisés comme cela avait pu être le cas dans les opus précédents. Bien écrite et franchement prenante, cette scénarisation sans fioriture et justement dosée n’aura grand mal à vous attirer dans ses filets, vous laissant profiter d’une bonne douzaine d’heures agréables et surprenantes.

S’agissant du gameplay, on regrette toutefois l’impossibilité de changer la tactique mise en place par l’entraîneur, laissant une impression de jeu trop box to box et une certaine rigidité tant le champ des possibles est réduit et que la composition des joueurs sur le terrain reste figée. A cela s’ajoute une difficulté à appréhender le jeu et à se faire une place, notamment dans la peau d’Alex Hunter, en fonction du poste et de la difficulté choisie.

Une fois passée ces problématiques anecdotiques du gameplay, le mode Aventure reste une valeur sûre de ces trois dernières années. Bien repensée et travaillée, le mode offre une nouvelle fois une chouette expérience de jeu malgré quelques ratés graphiques, surtout concernant la dentition des joueurs, mais passons ! Le mode est bon et saura divertir les amoureux de la scénarisation qui se montre ici réussie.

Restez futé !

Présent et soigneusement travaillé depuis une dizaine d’années maintenant, c’est sans grande surprise qu’on retrouve le mode FIFA Ultimate Team. Au succès incontestable tant les YouTubeurs et streamers ne jurent que par lui, ce mode s’est vu aussi revu pour le nouvel opus, sans pour autant être repensé totalement. Pour les moins connaisseurs, Ultimate Team vous propose de composer votre 11 de rêves en collectant les cartes des différents joueurs. Jouable en solo ou en ligne, c’est surtout la division en ligne et la compétition hebdomadaire nommé Fut Champion qui ont été revus pour l’occasion. Maintenant de pair, ces deux éléments sont regroupés sous ce qui est appelé la Division Rivals. Après quelques matchs en ligne qui serviront à juger de votre niveau, un rang vous sera attribué.

A chaque match vous récoltez quelques points qui vous permettent, d’une part, d’atteindre le rang supérieur, et d’autre part de vous rapprocher de la qualification pour la compétition hebdomadaire. Evidemment, plus votre rang est élevé plus le nombre de points attribués en cas de victoire est grand, et plus les récompenses sont intéressantes. S’agissant des récompenses, celles-ci ne sont plus mensuelles mais hebdomadaires. De plus, le choix vous est laissé. A vous de choisir entre plusieurs récompenses, vendables ou non, dans le but d’améliorer votre équipe et de monter en puissance. La compétition hebdomadaire a elle aussi été repensée, comprenant maintenant 30 matchs et non plus 40, elle promet un rythme bien moins soutenu que ce qui était proposé l’année précédente. Vraie bonne nouvelle pour les joueurs les plus affutés quand on sait que cette compétition exigeait la réalisation de 40 matchs en un week-end …

Si les menus ont été quelques peu fluidifiés afin de permettre de plus rapides transitions, le tout reste plutôt un correctif général du mode qu’une véritable révolution.

Toujours aussi arcade ?

Souvent critiqué pour son aspect arcade plutôt que simulation, c’est bien évidemment sur le plan du gameplay que les modifications sont attendues. EA Sports n’avait d’ailleurs pas hésité à communiquer sur le sujet puisque l’ajout d’un tout nouveau menu tactique et la nouvelle gestion des duels avaient été présentés au cours de sa compagne de promotion. Et comme vous pouvez vous en douter, ces ajouts sont loin d’être anecdotiques et permettent vraiment une nouvelle approche du jeu. Tandis que le nouveau menu des tactiques est bien plus clair et facile à prendre en main que le précédent, les duels sont beaucoup plus convaincants et laisse vraiment apparaître une sensation de bataille pour le ballon. Les animations accompagnant ces contacts ont également été retravaillées, se montrant maintenant plus fluides et un poil plus réalistes que ce qui nous était proposé auparavant.

Ces modifications dans les duels sont bienvenues, certes, mais laisse toutefois place aux très malheureusement célèbres contres favorables. Encore plus présents que dans l’opus 2018, ils s’accompagnent maintenant d’une capacité à intercepter les passes un peu trop prononcée. Difficile donc de progresser le terrain tant les joueurs sont dotés d’échasses qui récupèrent tous les ballons et que les contres sont toujours en votre défaveur. A cela s’ajoutent une palette de gestes techniques encore plus grandes, des contrôles franchement foireux et imprécis, des passes lasers, et des gardiens à la ramasse.

A tout cela viennent s’ajouter des problèmes que les joueurs connaissaient déjà dans le cru 2018 : des engagements beaucoup trop formatés qui font monter rapidement votre bloc, provoquant ainsi une occasion de but incontestable, des passes en profondeur toujours plus précises, des corners au premier poteau toujours aussi précis et dévastateurs, et pour couronner le tout, le cru 2019 amène son lot de retournés acrobatiques aussi improbable qu’impromptu … En bref, si certaines promesses ont été tenues elles laissent toutefois un goût amer qui ne tant toujours pas le jeu vers la simulation comme parvient à la faire Konami avec PES 2019.

S’agissant du nouveau système de frappe nommé « frappe synchronisée », on ne va pas se le cacher, il s’avère utile en cas de reprise de volée ou tête plongeante, mais sur le reste il est bien secondaire. En effet, si votre joueur est en bonne position et sur son bon pied, l’issue de la synchronisation reste la même que vous ayez ou non maîtrisé ce paramètre. L’utilisation des frappes simples et habituelles reste la meilleure solution bien que la synchronisation laisse apparaître de nouvelles possibilités pour les joueurs les plus assidus et les plus doués.

Solide mais pas infaillible

Une nouvelle fois, EA Sports nous propose une expérience footballistique séduisante et dense. Avec des modes de jeu repensés et bien travaillés, le champ des possibles est décuplé pour un jeu qui n’a jamais été avare de possibilités. Graphiquement bien fichu, la Ligue des Champions a entraîné une refonte des menus placés sous les couleurs de la célèbre coupe aux grandes oreilles. Optimisés pour être plus efficaces et plus ergonomique, les interfaces sont toujours aussi propres et soignées, un peu à l’image de l’ambiance retranscrite au cours des matchs.

Si le jeu star du ballon rond est toujours aussi solide graphiquement, le gameplay laisse toujours un arrière-goût de déjà-vu, comme si le tout n’était pas encore totalement abouti. Avec des interceptions trop présentes, des gestes techniques très présents et des petits couacs sur les engagements et corners, c’est avec un grand intérêt que les joueurs attendent d’ores et déjà un patch day one ou une mise à jour pour corriger le tir.

En d’autres termes, malgré des efforts et modifications appréciables, FIFA 19 reste dans la droite lignée de son prédécesseur, sans s’en démarquer grandement. Si la gestion des tactiques et des duels était bienvenue de la part des développeurs, quelques éléments restent encore à peaufiner pour offrir une expérience de jeu prenante et non frustrante.

NOTRE AVIS

16
20

BONS POINTS

  • La ligue des Champions et l'Europa League
  • Le mode Coup d'Envoi repensé
  • Des interfaces plus fluides
  • Une nouvelle gestion des tactiques agréable
  • Une ambiance de folie dans les stades
  • Des graphismes soignés

MAUVAIS POINTS

  • Le mode Club Pro à l'abandon
  • Un manque d'équilibre sur le terrain
  • Des problèmes de gestion des oppositions
  • Des bugs de gameplay récurrents
  • Des commentaires toujours aussi lourds ...

Vidéos liées

Images liées

VOS AVIS

Il n'y a pas de commentaires pour le moment. Soyez le premier à participer !

DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX