FIFA 22

Après un opus 2021 qui a fortement déçu les fans, la saga FIFA tente de se refaire une virginité à l’occasion de son premier épisode spécialement conçu pour les consoles de nouvelle génération. Est-ce que le pari est réussi ou FIFA 22 continue-t-il une nouvelle relégation qui pourrait dangereusement le placer dans le collimateur de la DNCG ?

FIFA débarque dans la Next-Gen

Pour se donner les moyens de ses ambitions, ce nouveau cru de la simulation de foot signé EA Sports laisse tomber ses anciennes habitudes pour se parer d’une nouvelle technologie qui a pour ambition de profiter pleinement de la puissance offerte par la PlayStation 5 et Xbox Series X.  Bonjour à l’Hyper Motion Technologie qui veut reproduire le plus justement possible le jeu d’équipe omniprésent dans le foot. Alors que par le passé, chaque joueur était enregistré de manière indépendante, FIFA réalise désormais des Motion Capture d’équipe entière afin de faire disparaitre certains bugs de collision récurrente et comportement incompréhensible de l’IA.

Manette en main, ce changement se constate immédiatement, car le titre franchit un nouveau cap graphique vis-à-vis de la mise à jour Next-Gen offert l’an dernier pour la sortie des nouvelles consoles de salon. Mais de plus, si on prend pleinement le temps de scruter toutes les parties du terrain lors d’un replay, on se rend rapidement compte que chaque joueur présent sur la pelouse multiplie les différents gestes et animations, même si le ballon est loin de lui. On peut ainsi assister à différents accrochages entre coéquipiers en cas de mauvaise gestion d’une phase de jeu précédente ou bien encore voir certains joueurs se congratuler. Autant vous dire que cela aide grandement au réalisme d’un match de foot.

Lors des différentes séquences de jeu, on constate aussi que les animations de courses, protections du ballon ou changement de direction sont nettement plus soignées que par le passé et que le studio aux commandes de la saga fait tout pour tenir ses promesses. Le tout couplé à un rythme de jeu nettement plus lent que celui proposé par FIFA 21, tend à nous rapprocher un peu plus de l’aspect simulation qui avait été l’apanage d’Electronic Arts durant une longue période avant d’être abandonné au profit du foot spectacle prôné par les acheteurs. Alors que la franchise revient de loin avec cette remise en question du rythme et des mouvements du joueur, il suffit de quelques matchs pour comprendre que certaines incohérences répondent cependant toujours présentes. Dans un premier temps, nous sommes stupéfaits de voir qu’un joueur comme Ronaldo est capable de placer des accélérations aussi fulgurantes que Mbappé malgré son âge avancé. On comprend rapidement que les oppositions du type PSG vs Manchester United seront légion dans cet opus afin de profiter des deux monstres que sont Messi et CR7.

Autre point noir que nous constations depuis des années au niveau du gameplay, la réalisation des gestes techniques qui semblent être une véritable sinécure pour la majorité des joueurs et qui peuvent rapidement mettre une défense dans le vent. On apprécierait que la saga délaisse son aspect FIFA Street en ce qui concerne les matchs sur gazon et ne le conserve uniquement pour son mode Volta. Mis à part ces deux écueils un peu trop récurrents pour la licence, on constate également deux améliorations majeures qui nous changent de nos bonnes vieilles habitudes. Les gardiens ne sont plus les passoires d’antan et nous pouvons enfin dire adieu à nos parties de tennis lors des matchs de saison.

Un gardien enfin à la hauteur

Le dernier rempart porte fièrement son nom dans cet épisode et réalise des arrêts incroyables qui vont nous devoir réapprendre à jouer et perdre nos habitudes de l’an dernier. Mais il est dommage de constater que si les frappes de l’intérieur de la surface sont l’occasion d’assister à une multiplication d’arrêts réflexes, que les frappes provenant de l’extérieur on trop souvent tendance à prendre à défaut le goal. Une fois cette subtilité saisit, il est facile d’enchainer les buts sans trop de difficulté et on espère que la situation sera rapidement patchée afin de ne pas gâcher toutes les bonnes choses entrevues dans cet opus. Dernière amélioration notable sur le terrain, le comportement de l’arbitre qui siffle beaucoup moins les fautes inexistantes et qui profite de l’absence des collisions fantômes pour trouver une véritable cohérence et ne plus multiplier les pénaltys bidon.

En plus de faire peau neuve sur le rectangle vert, FIFA 22 dépoussière également ses menus pour nos offrir une refonte qui tape à l’œil et permet de voir une véritable amélioration. Chaque arrivée dans l’interface principale du jeu est saluée par la présence d’une vedette de la compétition et l’arrière-plan avec ses néons violets donne rapidement un esprit festif qui donne envie de se lancer dans une nouvelle partie. Les statistiques à la mi-temps et à la fin des matchs profitent également d’un nouveau look avec l’apparition de graphiques qui permettent rapidement d’analyser la situation. Le tout est plutôt bien pensé et nous permet d’être confrontés à un jeu qui fait clairement plus moderne que par le passé. Pour accompagner tout ça, le titre conserve ses nombreux modes de jeu, même si certains subissent quelques retouches qui pourront décevoir les joueurs.

Volte-Face pour Volta

On retrouve ainsi le mode Volta qui délaisse totalement son aspect solo scénarisé pour un virage vers la compétition en ligne. Désormais, il faut donc créer son joueur, lui choisir une capacité et aligner les matchs afin de glaner des récompenses permettant de compléter son arbre de compétence à l’image d’un RPG classique. Pour assumer pleinement son aspect arcade, ce mode instaure une nouvelle jauge de style qui permet par la suite de multiplier le score par trois en cas de but. Même si l’idée est plutôt bonne en soi, on se retrouve souvent à jouer avec des inconnus qui cherchent juste à enchainer les tricks pour booster leurs stats et on se demande souvent ce qu’on fait là. Pour varier les plaisirs, le jeu offre également des mini-jeux arcade en cinq manches afin de défier les joueurs Volta du monde entier. Même si l’idée est bonne à l’image du tennis-ballon, nous pouvons regretter que certaines consignes d’épreuves se montrent assez brouillons et donnent lieu à une véritable cacophonie manette en main. Il sera donc préférable d’enchainer les parties en ligne avec nos amis pour que le plaisir arcade de Volta ne soit pas gâché par l’individualisme de certains.

Le mode Carrière qui était déjà ultra complet parvient à faire encore mieux en nous offrant le total contrôle sur la création de notre équipe avec la gestion de notre budget, de notre équipement et de nombreux points clefs qui nous permettent de nous impliquer encore plus dans la gestion de notre effectif maison. Le mode Pro pour sa part nous permet de créer un joueur, mais également une joueuse cette année en nous donnant même la possibilité de créer des équipes mixtes. Afin de faire progresser notre joueur, on retrouve également l’apparition d’un arbre de compétence similaire à ce que propose le mode Volta. Un bon moyen de pousser le joueur à enchainer les matchs pour débloquer de nouveaux attributs. Pour finir, le mode FUT répond toujours présent et continuera de faire pester les joueurs qui souhaitent ne pas sortir la carte bleue pour progresser. EA Sports fait tout son possible pour multiplier le nombre de cartes disponibles et inciter les joueurs à investir pour posséder ces dernières dans leur meilleure version. Même si ce choix est critiquable d’années en années, il faut constater qu’il semble marcher pour l’éditeur américain, car FUT est sans aucun doute le mode phare de FIFA depuis des années.

Bien mais peut mieux faire

Au niveau de l’habillage du jeu, on peut constater que l’arrivée de ce premier épisode dédié aux consoles de nouvelle génération est l’occasion d’un nouveau bond en avant sur le plan graphique. Nous pouvons totalement dire adieu à l’aspect plastique de certains visages et profiter d’une modélisation des stades sublimes. Les différents habillages des enceintes sous licences sont à couper le souffle et nous avons vraiment l’impression de retrouver les prises de vue que nous avons l’habitude de suivre à la TV chaque week-end. Au niveau du son, on retrouve une playlist qui n’a rien à envier à un certain NBA 2K qui est pourtant le maitre en la matière. Seul petit bémol du point de vue sonore, la présence d’un seul commentateur aux manettes est une situation qui semble avoir été gérée dans l’urgence. Hervé Mathoux conserve les mêmes répliques de l’an dernier et comme Pierre Menes n’est plus là pour lui donner la réplique, il donne trop souvent la sensation de se répondre à lui-même. Il serait grand temps qu’EA Sports s’attarde sur cette partie de son jeu. Il est également dommage que le jeu veuille impressionner avec une introduction regroupant de nombreuses vedettes telles que Mbappé ou Henry, mais que ces derniers ne profitent pas de leurs voix officielles, un choix assez douteux qui vient ternir cette belle intention. On pourra également noter que même si le nombre d’équipes présentes dans la base de données est impressionnant, certaines présentes l’an dernier ne le sont plus cette année et que cela pourrait gêner certains fans.

Dans l’ensemble, FIFA revient de loin et même si cet épisode 2022 n’est pas exempt de tout reproches, il remonte doucement la pente et permet aux amoureux de la franchise de repartir sur de bonnes bases. Il faut néanmoins espérer que les différents patchs qui seront appliqués tout au long de la saison iront dans le bon sens à l’image de la correction du bug des tirs lointain et ne feront pas retomber le titre dans ses travers. De bonnes bases semblent être posées en vue de la saison prochaine, mais il faudrait qu’EA donne un vrai coup d’accélérateur avec un vrai nouveau mode de jeu qui marque les esprits au lieu de miser sur les mêmes éléments années après années et en surfant sur la rentabilité de FUT.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Vous pouvez partager nos articles

Bons points

Bons Points Une interface moderne

Bons Points Une vraie version Next-Gen

Bons Points Amélioration des gardiens

Bons Points Hyper Motion

Mauvais points

Mauvais Points Le doublage vocal de la séquence d'introduction

Mauvais Points Les commentateurs

Mauvais Points Le Pay to Win de FUT

Mauvais Points Un contenu qui n'évolue plus

Mauvais Points Le mode Volta orienté Online

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.