Forza Horizon 4 sur Xbox One

S’il y a bien une série qui règne sans conteste sur sa catégorie, c’est bien Forza. Depuis bien longtemps, aucun concurrent ne lui arrive à la cheville, Gran Turismo ayant raté le virage il y a quelques années, et trop peu de candidats se sont présentés à la reprise du flambeau. Pour moi les jeux de conduite sont comme les Just Dance ou les Let’s Sing, je suis totalement nul, mais j’adore ça. La branche Motorsport de la série est donc bien trop simulation pour moi et la branche des Horizon, bien plus arcade me convient beaucoup mieux. N’en ayant pas fait depuis un rapide test de Forza Horizon 2, je débarque un peu comme un néophyte sur ce Forza Horizon 4. Que vaut donc ce nouvel opus? Arrive t il à garder son niveau d’excellence? Convient il à un débutant comme moi? Les réponses dans les prochaines lignes.

Accessible et immédiatement épique, on démarre à 100 à l’heure

Histoire de se mettre immédiatement dans le bain, le jeu démarre sur les chapeaux de roues sur fond de musique électronique en vous mettant dans la peau de pilotes rejoignant le lieu du rassemblement de Forza Horizon 4. Pour cela, 4 rapides parties de circuits, une pour chaque saison, la nouveauté de cet opus. Immédiatement, 2 remarques me viennent à l’esprit: Oh mon Dieu que c’est beau et Oh mince, on conduit à gauche. En effet, cet opus de Forza Horizon vous proposera de parcourir la Grande Bretagne et donc, la conduite se fait à gauche. Bon au final, c’est pas comme si on respectait le code de la route de toute façon, alors ça ne sera pas si dérangeant. Et donc, graphiquement, ça arrache la rétine, mais nous y reviendront plus tard. Une fois arrivé sur le lieu du rassemblement, vous êtes mis au fait de l’histoire, vous êtes un jeune conducteur qui va devoir faire ses preuves pour se qualifier pour les différentes épreuves saisonnières et vous hisser au sommet des pilotes pour obtenir le bracelet d’or, reconnaissance ultime de votre talent. Bonne nouvelle, le titre est accessible aux novices comme aux initiés, de par le choix de tout un tas d’aides à la conduite. Outre le classique tracé coloré vous indiquant si vous devez ralentir l’allure avant un virage, vous aurez la possibilité de choisir les classiques boite auto, aide au freinage etc. Les désactiver vous permettra d’obtenir plus de récompenses. Le système de progression est lui aussi classique, vous donnant un niveau dans l’épreuve que vous venez de remporter et un niveau global de réputation pour le festival. Si vous êtes aussi mauvais que moi, pas de soucis les développeurs ont pensés à vous, un carambolage rapporte des points de prouesses, percuter un arbre rapporte un bonus « bucheron » etc. Ainsi vous pourrez obtenir de la réputation et des points à dépenser pour améliorer vos voitures même sans faire des courses parfaites.

Vous aussi ça vous arrive souvent?

Un univers copié de la réalité.

Comme dit plus haut, les graphismes sont tout bonnement somptueux et la modélisation des 450 voitures disponibles est inattaquable. De la Lotus Elise GT à la Subaru Impreza en passant par l’Aston Martin de James Bond, la variété des modèles est incroyable. A vous de choisir votre préférence pour parcourir la Grande Bretagne. Là aussi, les décors ont subi un soin tout particulier et les lieux sont représentés de manières totalement hallucinante. Les rues d’Édimbourg n’ont jamais parues aussi réelles. Les Panoramas sont absolument divins et la recherche de lieux pittoresques se fait avec d’autant plus de plaisir que le mode photo de Forza Horizon permet de souligner encore plus la grandeur de ces lieux. Seul petit regret, Grande Bretagne oblige, la diversité n’est pas forcément au rendez-vous, mais l’immersion et le réalisme permettront de pardonner ce petit point noir. Les effets de lumières, l’alternance des saisons nous donne envie de revenir encore et toujours dans les même lieux pour les redécouvrir une nouvelle fois sous leur plus beaux auspices. Le soucis du détail a été poussé jusqu’à modéliser des scènes de vie à l’intérieur des immeubles qui se dévoilent la nuit tombée, une fois les lumières intérieures allumées.

On se croirait sur place

Un contenu absolument vertigineux.

Coté contenu, on évoquait déjà le nombre impressionnant de véhicules, mais ce n’est rien comparé à la multitude d’activités réparties sur la carte. Que ce soit les missions principales, réparties en chapitres de catégories comme le scénario de cascadeur (les souvenirs de Stuntman me reviennent) , ou les épreuves de conduites sur terre, ou encore les défis de drifts, ou bien tous les « à côtés » comme les panneaux de réputation, les routes à découvrir, les panneaux de danger à percuter, un peu à la Burnout, les zones de vitesses, les radars et j’en oublie surement encore une bonne partie. Ajoutez encore les trésors de Grange, les défis Dragster et les défis « Laracer » permettant de replonger dans les scènes mythiques de jeux vidéo de voitures et vous commencez à entrapercevoir la durée de vie monstrueuse de ce Forza Horizon 4. Et nous ne parlons même pas de complétion à 100% tant la tache semble titanesque. Pour vous aider à parcourir tous ces défis et vous faciliter la navigation, vous pourrez trouver des panneaux de voyages rapides qui feront diminuer le coût de celle-ci quand vous ne voudrez pas passer une dizaine de minutes à traverser la carte.

Les champs colorés du printemps

Les nouveautés de cet opus.

La nouveauté de cet opus semble donc être l’alternance des saisons. Véritable prouesse graphique, cette dernière est aussi un ajout de gameplay non négligeable. En effet, la saison influencera votre manière de conduire, voire le véhicule que vous choisirez d’utiliser. De plus, elle amène une dimension « stratégique » à ce Forza. En effet, si une zone de drift vous résiste, revenez en hiver où l’adhérence sera moindre. A l’inverse, si une course vous pose problème en hiver, retentez la au printemps ou en été. Chaque saison a ses spécificités, l’automne étant plus boueux, l’hiver plus glissant etc… Chaque rassemblement est un pur plaisir, et les courses des purs moments d’adrénaline. On enchaîne les quatre saisons comme l’opéra de Vivaldi et on a hâte de voir ce que réserve la prochaine saison à peine celle-ci terminée. Sachez aussi que Forza s’est mis à la mode du tout connecté, en effet 72 joueurs peuvent se retrouver en même temps sur la carte dans le mode partagé. Cela permet de rendre un peu plus vivant une carte qui est, avouons le, quand même parfois vide de trafic. Cependant, le jeu a pensé aux dérives qu’implique de nombreux joueurs sur la même carte (coucou le multi de GTA) en désactivant les collisions de base. Les interactions sont limitées aux bases, klaxon, mini chat et, à moins d’inviter vos rencontres, celles-ci resteront fugaces et éphémères. Ceci dit, il vous est possible de lancer toutes les activités en coopération ou bien contre des fantômes drivatar, toujours dans cette optique de monde perpétuellement connecté. Il ne tiendra qu’à vous de vous afficher auprès des autres joueurs et de leur montrer un style flashy ou un flegme so british grâce aux nombreux éléments de personnalisation de votre avatar que vous pourrez débloquer lors des tirages de loterie que vous gagnez en passant les niveaux. Enfin, parce qu’aucun jeu n’est parfait et qu’il faut bien finir sur un bémol, seul les chargements parfois longuets et peut être un peu trop présent viendront ternir une expérience à 200 à l’heure sur les routes de la Grande Bretagne.

Les lieux pittoresques offrent des panoramas à couper le souffle

En se payant le luxe d’être abordable pour les novices et assez exigeant pour les initiés, Forza Horizon 4 rend une copie quasi parfaite, cumulant des graphismes à tomber, un contenu titanesque, des scènes d’anthologie, du réalisme, du fun. Bref une fois de plus, la série assoie sa position de leader et on voit mal qui pourrait la détrôner.

Pseudo :

Joueur depuis la NES et ayant possédé toutes les consoles sauf la regrettée Dreamcast, jouant a tous les styles de jeux et chasseurs de trophées compulsif

Playstation Archangejulien

Succés XBox JusticiaOmnibus

A propos de ce test

Jeu fourni par :

Testé sur : Xbox One

Bons points

Bons Points Des Graphismes à couper le souffle

Bons Points La Modélisation des villes et des véhicules

Bons Points Un contenu affolant, que ce soit en terme de voitures ou d'activité

Bons Points Une prise en main accessible et exigeante à la fois

Mauvais points

Mauvais Points Pas de nouvelles épreuves.

Mauvais Points Les chargements trop longs

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.