Leisure Suit Larry: Wet Dreams Dry Twice

2021, année de toutes les polémiques et débats sur à peu près tous les sujets possibles et imaginables voit donc sortir le jeu le plus improbable du monde, à savoir un nouvel opus de Leisure suit Larry. Comment un jeu qui était déjà politiquement incorrect avant notre philosophie actuelle va-t’il s’intégrer à 2021 ? Réponse dans ce test.

T'as de beaux yeux tu sais!

Pour ceux qui ne connaîtrait pas Larry, petit résumé : c’est le tonton beauf’ des soirées en famille, sauf qu’il n’a pas besoin d’être bourré pour sortir des énormités (comme sa … ahahah on commence) et des paroles gênantes. Resté enfermé dans une idéologie 80’s qui sent bon la « liberté de parole » et la chemise à fleurs de Tom Sellek, tout tourne autour d’un humour lourd et graveleux, soyez en prévenu.

Tout en grâce et en finesse

Leisure suit Larry Wet Dreams Dry Twice est la suite de Leisure Suit Larry Wet dreams don’t dry. Vous aurez donc le droit à un petit résumé au début du jeu sous forme de discussion avec votre futur beau père. Car le jeu démarre ainsi, vous êtes sur une île et sur le point de vous marier avec la plus belle femme de l’île (qui est aussi la seule femme avec sa mère). Cependant, bien vite vous dézippez un fichier sur votre PiPhone et vous apprenez que Faith est probablement vivante et décidez d’aller la chercher.

Un système adapté à la Switch

Vous évoluerez donc dans un point and click tout ce qu’il y a de plus classique, vous devrez observer votre environnement pour récolter des objets à utiliser dans des énigmes. Si l’objet est trop grand, vous aurez la possibilité de le prendre en photo pour justifier de ne pas le trimballer. Je vous laisse donc deviner quelle est la première chose que Larry prends en photo… Et le jeu est un enchaînement d’événements de ce genre. Après vous avoir fait comprendre qu’il ne comptait pas respecter le politiquement correct en vous faisant un quizz demandant le nombre de genres existants ou votre réaction à une blague sexiste d’un de vos collègues, vous enchaînerez les dilemmes comme « vais-je nommer mon radeau Titanique ou Couine Anne revenge ? » ou les réflexions du genre « une bouche qu’on a envie d’embrasser » après avoir mis du rouge à lèvres autour du trou d’un vieux ballons de volley renommé Wilsona. Vous trouverez de nombreuses références à la pop culture remaniées à la sauce blanche Leisure suit Larry.

Le menu comprends la carte et vos applications

Même si l’humour gras est le fondement du jeu, vous aurez quand même un peu de gameplay. En effet, vous devrez parcourir les environnements à la recherche d’objets permettants de remplir vos objectifs. Allant d’une corde de guitare pour le musicien de votre mariage, au traiteur dudit mariage en passant par de quoi crafter un radeau. Car oui, vous aurez du craft dans Leisure suit Larry. Il vous faudra pour cela réunir des objets, combinés ou trouvés dans l’environnement. Notez que le système de combinaison d’éléments n’est pas toujours intuitif, accessible via le bouton « moins » et votre inventaire, il faut sélectionner un objet avec A pour le combiner avec un autre en appuyant sur X.

Si le point and clic s’adapte bien à la version nomade de la switch via son écran tactile, ce n’est pas du tout le cas du stick. Imprécis, trop rapide et sans possibilité de régler la sensibilité, celui-ci sera très vite abandonné quand on veut atteindre un point précis de l’écran pour interagir. Ceci est cependant compensé par les gâchettes qui permettent de naviguer entre les différents points d’intérêts à l’écran.

Des points (and click) noirs

Un petit mot pour préciser que le jeu est en anglais sous titré français, ce qui est dommage pour l’immersion qui vous obligera à lire constamment, ainsi que le fait qu’il soit disponible uniquement en téléchargement, ce qui va sûrement en rebuter plus d’un. Le jeu vous occupera environ 8h selon votre capacité à résoudre les énigmes qui ne trouvent de difficultés que dans le fait qu’on ne comprends pas toujours ce qui est attendu de nous ou par le fait que Larry va refuser d’effectuer une action 3 fois de suite pour finalement se plier à notre volonté sans raison apparente.

Plus c'est gros plus ça passe

Vous l’aurez compris, malgré sa résurrection en 2018, la licence Leisure Suit Larry ne réussit toujours pas à décoller pour retrouver son niveau d’antan et il y a fort à parier qu’avec le contexte actuel, les polémiques qu’il soulève et sa qualité moyenne, il finisse par re sombrer dans l’oubli. Un petit jeu sympathique qui fera sourire par moments, hausser un sourcil ou faussement s’indigner sur de l’humour dont on est pourtant si friands.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Vous pouvez partager nos articles

Bons points

Bons Points L'humour Larry

Bons Points Le tactile

Mauvais points

Mauvais Points Pas de VF

Mauvais Points L'utilisation des stick

Mauvais Points Le craft pas souvent clair

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.