Maneater

Dans la marée des jeux vidéo à sortie annuelle ou au classicisme démesuré, il est toujours possible de trouver une bulle d’air, un jeu différent. Que ce soit des goat simulator, octodad, untilted goose game ou encore I’m bread, les jeux qui sortent du lot sont toujours intriguants. Aujourd’hui nous allons nous pencher sur un jeu qui sort de l’eau (Je donne le thon du test!): Maneater. Simulateur de requin dont le but est de manger tout ce qui vous tombe sous la nageoire, le jeu promet du fun et du gros défouloir. Manette en main, se sent on comme un poisson dans l’eau?

Tu vivras ta vie, sans aucun sushi

Abordons rapidement le mode histoire. Tourné comme une télé réalité, on suit un chasseur de requin sur son bateau lors de petites scènes de reportage, ce qui introduit notre personnage. En effet, lors d’une chasse au requin, il en attrape un et le tue, puis l’éventre pour vous extirper. Vous lui permettez alors de faire un cosplay du capitaine crochet plus réaliste avant de vous échapper. Vous commencez alors votre aventure en tant que Baby shark ( toutouloulou). Vous allez donc devoir survivre dans le bayou en échappant aux alligators et en mangeant du poisson. Cela vous permettra de grandir pour devenir un Shark(N)adolescent.

Gloire a Cthulhu

Tu veux jouer au poisson-chat?

Tout le principe du jeu est ici résumé: tout dévorer pour évoluer du baby shark ( toutouloulou) au Magalodon. Pour cela il faudra suivre toujours le même schéma. Manger du mérou, manger du mérou, manger du mérou. Vous avez mangé trop de mérous, le super prédateur du coin est apparu. Manger des Hommes, manger des Hommes, manger des Hommes. Vous avez mangé trop d’Hommes, les chasseurs vous traquent. Vous avez mangé trop de chasseurs, le super chasseur vous traque. Une fois débarrassé du super prédateur et du super chasseur, vous aurez une petite cinématique du reportage sur notre ami chasseur de requin puis vous pourrez changer de zone pour reproduire la même routine.

Le menu du jour

My name is Bond, James Bond

Tout comme le méchant cultissime de James Bond, dents de requin, vous aurez la possibilité de changer de mâchoire. Et même plus précisément de vous customiser. En effet, le jeu se présentant comme un jeu d’aventure aux composantes 
RPG, vous aurez la possibilité d’équiper votre requin avec des mâchoires, des nageoires, des ossatures et des organes particuliers. Ceux-ci vous donneront des bonus comme des dégâts électriques, de poison ou encore un effet renforcé sur les bateaux.

Pour obtenir ces améliorations, il vous faudra éliminer les super chasseurs, les super prédateurs ou bien tout simplement monter de niveau. Sachez aussi que ces équipements sont upgradables avec les nutriments et minéraux que vous récoltez en déchiquetant vos proies.

Un bisou?

Mérou sont-ils?

Sachez aussi que vous débloquerez des équipements en trouvant tous les collectibles d’une série dans chaque région. Ces collectibles sont les lieux d’intérêt, modélisés par des panneaux de signalisation (souvent des références à la pop culture), des plaques d’immatriculation ou bien encore des caisses de nutriments. Ces dernières sont donc des éléments cruciaux pour l’amélioration de votre Squale. (non, pas le héros de FF8, suivez un peu!)

Cependant, votre exploration sera entravée par des grilles plus ou moins solides, et nécessitant donc une évolution plus ou moins avancée de votre requin. Une progression un peu dans la veine d’un Metroid Prime.

C'est parti pour le farm

Do a barrel roll

Passons au gameplay, il est ultra simpliste. L1 pour donner des coups de queue, R1 pour esquiver, R2 pour mordre, L2 pour boost de vitesse. X vous permet de sauter hors de l’eau et R3 de recentrer la caméra. Et si on a déjà aborder l’ultra répétitivité du soft. C‘est bien là son deuxième défaut majeur. N’ayons pas peur des mots, c’est le foutoir. La précision des hitbox est plus que grossière, pas de système de lock pour compenser, la caméra est bordélique, bref la traque et la défense sont une horreur.

Il ne sera pas rare de lancer une attaque et de passer au travers de la cible, ou bien de sauter pour attraper un chasseur et de finalement attaquer le bateau. On ne parle même pas des combats contre des adversaires vifs que vous perdrez souvent de vue, quand ils ne disparaîtront pas purement et simplement dans le décors. Globalement, la technique du soft est à la ramasse, même s’il ne se vend pas comme un AAA. Notons aussi que le jeu est en VOSTFR avec les sous titres qui ne s’affichent parfois pas du tout. A noter aussi qu’au moment du test, le jeu était déjà en version 1.03.

Le diner est servi

En conclusion, si l’idée d’un défouloir à l’idée plutôt originale nous emballait, la technique et l’ultra répétitivité du titre n’encourage pas à faire des sessions de plus d’une heure sans se lasser. Idem, vous attendrez surement une baisse de prix pour tenter l’expérience.

Les bons points
Un concept qui change
Pas de censure
Les mauvais points
La caméra
Le gameplay
L'ultra répétitivité

Bons points

Mauvais points

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.