Partagez :
Date de Sortie
Développeur
Plateformes
Éditeur
Genres
25 février 2022
Lancarse, FuRyu
PlayStation 4/5, PC, Switch
FuRyu, Nippon Ichi Software, NIS America
J-RPG
Synopsis

Devant vous se trouve une barrière séparant le campus du reste du monde extérieur.

Dans l’enceinte de l’académie se trouvent la Brume induisant la folie, des appels téléphoniques cryptiques qui se connectent à l’Autre Monde et sept Porteurs du Pacte – chacun avec sa propre Autorité Démoniaque dirigée par son Ego.

Pour défier l’irrationalité qui vous entoure, vous acquérez l’Autorité de la Vanité, un pouvoir démoniaque qui subsiste de votre Ego et de votre folie.

Que vous soyez Shin Megami Tensei ou Persona, vous ne serez pas dépaysé avec Monark. On retrouve exactement la même ambiance si propre aux deux opus cités. Il faut dire qu’il s’agit de la même team à l’origine.

Comme à l’accoutumée, tout commence avec une scène d’un autre monde. On se retrouve catapulté directement dans un combat nous laissant dans l’ignorance totale, sans tuto. Ce n’est pas sans surprise que nous perdons ce combat. Je dois bien vous avouer que je n’avais pas deviné la subtilité du scénario. En effet, en connaissant le style de jeu et sa difficulté abusive, j’ai bien été dégouté.

Une voix d’outre-tombe nous sommes de répondre à 15 questions. Les réponses définiront notre personnalité qui se traduiront par une répartition en points dans l’une des branches des 7 péchés capitaux :

l’orgueil,

la gourmandise,

la paresse,

la luxure,

l’avarice,

la colère,

l’envie

Loin de moi l’envie de vous parler des Seven Deadly Sins, mais ça m’a fait sourire. Une fois terminé, on se retrouve… devinez où…🥁… dans une école. Ayant la maladie du Shin Megami Tensei, nous sommes amnésique. Entouré d’autres étudiants et d’un médecin, on essaye de trouver un soupçon de mémoire mais rien à faire. De plus, une brume enveloppe l’école et s’est introduit dans divers endroits à l’intérieur du bâtiment. Lorsqu’on s’aventure un peu, on s’aperçoit qu’une jauge MAD augmente à mesure du temps. On apprend par la suite, qu’on devient fou si on reste trop longtemps. 

L'autorité morale : point clé d'un monark

Par-delà les nombreux dialogues, il arrive un étrange phénomène, le téléphone sonne. Amis joueurs de Persona, devinez la suite ! Bingo, on se retrouve dans un autre monde. Plus précisément, sur un champ de bataille. Ainsi commence les phases de tuto.

Aidé par un être venu de nulle part, Vanitas, un animal en peluche en forme de lapin noir, il débloque en nous un pouvoir insoupçonné face à la mort. (Je pense que vous l’avez compris, je ne vais plus faire allusion aux persona et SMT). La particularité de notre pouvoir, autre que notre équipement de combat instantané, est d’invoquer des êtres démoniaques qui se battront à vos côtés. Le système de combat est assez spécial : un savant mélange entre J-RPG au tour par tour et du T-RPG. On se déplace sur le champ de bataille, on effectue des actions, on se fait aider mais….un gros mais… la défaite de notre personnage enclenche un gros Game Over. 

Globalement, on alterne entre dialogues incessants, tests psychologiques, découvertes, énigmes, combats et du loop en masse. On répète inlassablement tout ça dans un espace restreint. Sans compter la difficulté bien connue qui demandera du farm. Mais heureusement qu’il y a un bon côté dans la gestion des personnages et des Fiends qui combattent à nos côtés. 

Une gestion monarkale

Outre les classiques systèmes de combat, la gestion est une partie majeure de Monark en alliant les phases importantes des dialogues. Il arrivera que les choix des dialogues interagissent avec le système des 7 pêchés capitaux et donc de la gestion et du recrutement des êtres démoniaques. Quelques tests psychologiques viendront agrémenter tout ça. D’ailleurs ce qui est bien, c’est qu’à la fin du test, il y a un compte rendu global en fonction de vos réponses en plus de la répartition des points par péchés. C’est assez marrant à lire. 

En fin de combat et de test, on vous octroie des points d’esprits. Vous ferez tout avec : achats et gestion des personnages dans le développement de sa grille d’artes personnelle. Ces points sont très importants pour débloquer des artes plus puissants et de développer certaines stats. Tout le monde y passe : équipiers et êtres démoniaques. Chose intéressante, les équipiers et nous-même ne possédons pas d’équipements à gérer. Seul l’aspect physique est modifiable avec des « costumes ». Par contre, vos fiends, eux, en possèdent. Il est d’ailleurs possible de les personnaliser. 

Lors des combats, ces artes n’usent pas vos PM mais plutôt, pour certains arts, vos PV et votre jauge MAD. Si elle est pleine, vous deviendrez fou et vous attaquerez vos alliés, ce qui impactera votre rang de combat. Chaque action vous coutera des points et influencera votre Rang de Combat (S, A, B, C, D…). Meilleur sera votre rang et meilleur seront vos récompenses. Par contre, si vous devenez fou hors combat, c’est retour à l’infirmerie de l’école (n’oubliez pas que la jauge MAD augmente en fonction du temps passé dans le brouillard).

Toute la gestion se fera à partir du téléphone et celui-ci vous mènera à certains moments sur des champs de bataille. Ce qui est pratique pour farmer vos persos.

La durée de vie est encore une fois difficile à jauger. On s'y reprend à plusieurs reprises dans certains combats et surtout vis-à-vis des boss qui n'hésiteront pas à vous enlever la moitié de vos vies en un coup. Tout l'aspect Tactical est omniprésent , il faudra un petit moment pour assimiler certains rouages. Vous développerez vos propres astuces de combat par la suite. Outre ses multiples fins, ses dialogues en anglais et sa difficulté, on est accompagné de musiques assez reconnaissables dans le genre des jeux déjà cités et c'est un plaisir à l'écoute. Monark se détache vraiment sur la gestion et les combats mais malheureusement tend vers une identité qui ne lui sera pas propre. Les idées sont là mais il aurait fallu couper le cordon ombilical et se lancer dans une aventure autre correspondant à l'idée novatrice du système de combat.

Yakudark

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Vous pouvez partager nos articles

NOTRE AVIS

14
20

BONS POINTS

  • Un bon chara design
  • Les tests psychologiques...
  • Du pseudo tactical
  • Une bonne durée de vie et donc plusieurs fins
  • Une difficulté croissante...

MAUVAIS POINTS

  • ... mais en anglais
  • quelques soucis labiales
  • très long à démarrer ! beaucoup de dialogues
  • ... parfois trop dur ! Farm oblige
  • La mort du personnage principal c'est un game over.

Vidéos liées

Images liées

VOS AVIS

Il n'y a pas de commentaires pour le moment. Soyez le premier à participer !

DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX