Poison Control

Des esprits se retrouvent prisonniers de manifestations empoisonnées de leur propre désespoir, et seuls Poisonette et son Soul Mate sont capables de les purifier ! Aventurez-vous dans les différents Belles’ Hells pour vaincre des ennemis, découvrir les récits d’âmes déchues et d’autres Poisonettes et vous frayer un chemin jusqu’au Paradis dans ce jeu d’action et de tir élégamment retors !

Si vous voulez savoir ce qu’il se passe dans notre esprit quand on est pris de tourmente ou de remords ou autres joyeusetés, je vous propose de me suivre dans cette aventure rocambolesque mais… 

Nos émotions : un véritable poison pour notre esprit

Ce qui m’a le plus frappé dans cet opus, ce sont les clins d’oeil et les pseudos-similitudes avec d’autres jeux tels que Disgaea ou Persona 5 par exemple. On reconnaît facilement tellement c’est flagrant. Mais est-ce vraiment suffisant à calmer notre déception ou au contraire notre enthousiasme débordant..

La base du scénario reste la même que les 2 jeux cités précédemment. On parle d’enfer, de prison ou d’empoisonnement de l’esprit et d’un héros qui se retrouve projeté dans ce monde sans qu’on lui demande son avis. 

Sous forme de squelette, on apparaît en enfer guidé par un esprit appelé poisonnette. Après le choix judicieux et personnalisable de votre avatar, vous récupérez votre corps qui aura pour conséquence de transformer votre poisonette de façon désagréable pour elle : elle fusionne avec votre bras pour devenir une arme (cobra, megaman…). Elle ne se cachera pas de vous montrer sa déception. Comme tout jeu de Nis America, l’humour est bien présent. 

On se retrouve à déambuler dans des niveaux générés par l’esprit de certaines personnes et on doit de se fait nettoyer la zone de son poison et la libérer de ses maux.

Le gameplay et sa vision poisonesque

Si je vous parle de vision, il s’agit ni plus ni moins qu’un système de visée façon FPS. Dans poison control, on élimine le poison de l’esprit de 2 manières différentes et récurrentes. 

Le premier est d’éliminer les ennemis à l’aide de notre arme. Le système de visée est horrible. L’ennemi ne bouge pas, on l’a dans son viseur, on tire… et on le loupe alors même qu’il est verrouillé. C’est vraiment le gros point noir de ce jeu. On dispose d’un pourcentage de nettoyage par zone ou d’ennemis éliminés. Une fois atteints, tous les monstres encore présents dans la pièce disparaissent. 

Comme moyen d’attaque, on dispose d’armes diverses et variées en munitions très limitées qui peuvent être augmentées moyennant finance. On peut trouver une mitrailleuse ou une bombe, des tris groupés.. mais ça s’épuise vite et on ne peut emporter que 3 styles d’armes. Certaines se rechargent avec le temps et d’autres avec des items. Face au boss, il faut donc agir prudemment. 

Mais ce n’est pas la seule manière d’occasionner des dégâts. Sur la map, on peut voir des zones roses qui sont en fait des nappes de poisons. Si on marche dessus on est empoisonné. Pour éviter ceci, une simple pression d’une touche et on se retrouve à diriger la poisonnette, en temps limité, pour qu’elle nettoie la zone ciblée. Si un ennemi se trouve sur sa route, lorsque le poison se dissiper, il occasionne des dégâts. 

C’est aussi une des missions requises pour terminer un niveau. Il faudra donc atteindre un pourcentage minimum de nettoyage requis pour terminer un niveau. 

Entre-temps, on assiste à des dialogues entre le héros et poisonnette mais aussi avec des esprits présents sur place. 

À la fin de chaque mission vous aurez l’opportunité d’intervenir sur vos compétences, comme renforcer l’empathie, la confiance, l’intelligence, la synergie.. Des éléments qui vous aideront à vous améliorer au fil des batailles. Comme je vous le disais aussi plus haut, on dispose d’un arsenal équipable et upgradable moyennant finance sous forme d’esprit réparti en 4 catégories. Par soucis de spoile, je vous laisse le soin de le découvrir par vous-même. 

Globalement le gameplay de Poison Control se résume par un choix de niveau façon Persona 5. On attaque ou nettoie les zones de poison. On parlote un peu avec le dénouement final de la personne soignée et on recommence. 

Poison Control possède quelques éléments intéressants d'un point de vue gameplay comme les attaques de zone grâce à Poisonnette. Malgré certains défauts de visée, le système d'attaque est bien pensé nous menant dans un gameplay FPS/RPG. Le problème est de n'avoir approfondi aucune de ces mécaniques et d'avoir bourré le jeu d'un récit long et redondant, typique des stéréotypes japonais. On appréciera le fait de vouloir imiter Persona 5 ou encore de faire de joli clin d'oeil à Disgaea mais malheureusement, il manque certaines choses qui auraient pu diversifier le jeu et le rendre plus attrayant.

Yakudark

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Vous pouvez partager nos articles

Bons points

Bons Points Le gameplay d'un nouveau genre et plaisant mais...

Bons Points Les scénettes avec notre Poisonette

Bons Points Des clins d'oeil à d'autres opus de Nis America

Mauvais points

Mauvais Points ... vite répétitif et lassant

Mauvais Points Le scénario

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.