Partagez :

Le fait de faire ou non des remakes de jeux montre à quel point certains éditeurs prennent les joueurs pour des portefeuilles vivants alors que d’autres en profitent pour proposer une nouvelle lecture et/ou un réel travail de restauration. Ratchet & Clank fait partie de cette catégorie.

Sorti à l’origine sur Playstation 2 en 2002, Ratchet & Clank a rencontré un succès critique et un certain succès auprès des joueurs au point d’avoir deux suites. Il n’a pourtant pas eu la même aura qu’un Crash Bandicoot par exemple, malgré de sévère qualité et une certaine modernisation de la plateforme. Aujourd’hui cependant, le Lombax revient sur le devant de la scène avec un film (inspiré du jeu de 2002) en salles depuis le 20 Avril 2016 ainsi qu’un remake du premier Ratchet & Clank lui-même étant une autre vision du film.
En effet l’histoire du jeu est racontée par le capitaine Qwark à ses codétenus sur ses mésaventures et ses interactions avec le Lombax. Tout commence donc par une belle journée sur la planète Veldin où Ratchet travaille dans le garage de Grimroth. Aujourd’hui est un jour spécial car Les Rangers Galactiques ouvrent un recrutement au travers d’un parcours d’entrainement. Ratchet est sur excité car son plus grand rêve est de devenir l’un de ses policiers de l’espace et de devenir comme son idole, le capitaine Qwark, un héros.

Ratchet and Clank Sans trop en dévoiler sur l’histoire, et malgré un humour très enfantin et très (trop) grand public, Insomniac a eu l’excellente idée de se moquer d’eux même mais également du remake du jeu. A plusieurs reprises vous entendrez des blagues des personnages secondaires comme « rendez-vous au prochain remake » ou d’autres clins d’œil assez amusants. Maintenant, pour ceux ayant joué au jeu d’origine, les grandes lignes de ce Ratchet and Clank sont respectées, et les vraies différences entre les deux versions sont principalement liées au graphisme et au contenu.
Ce qu’il faut faire dans un remake
Lorsque l’on compare le jeu d’origine avec ce remake sur Playstation 4, on ne peut que constater et apprécier le fait qu’Insomniac Games ne n’est pas moqué de nous. Le rendu graphique est vraiment très agréable, l’ensemble des personnages et créatures du jeu sont très bien réalisés, avec une forte touche cartoon qui donne un réel cachet au jeu (comme les bestioles bioluminescentes de Veldin la nuit par exemple ou encore les Télépathopoulpes), la distance de vue est bluffante et les différents niveaux grouillent d’activités. Ratchet se déplace de manière assez fluide et avec aucun ralentissement (sauf si on cherche un peu mais c’est très très rare).

Ratchet and Clank Comme expliqué plus haut, Ratchet & Clank est un jeu de plateforme action, c’est-à-dire que vous devez explorer des niveaux à demi ouvert (plusieurs embranchements, une petite liberté de vous balader hors du sentier balisé, etc..) en sautant sur des plateformes, escalader, grimper et utiliser le décor pour avancer. La partie action elle se base sur les combats avec les différentes créatures ainsi (et surtout) contre les troupes du président Drek. Pour vous défendre, vous aurez votre super clé 8000 et gant fusion-bombe (lance grenade pour faire simple). Très rapidement Ratchet pourra améliorer son équipement en dépensant des raritanium dans des bornes Gadgetron, pierres précieuses que vous gagnerez en tuant des ennemis, ou en trouvant des gisements cachés un peu partout. Toujours dans ces bornes, vous pourrez acheter de nouvelles armes contre des boulons, la « monnaie du jeu ».

Ratchet and Clank Le coté amusant de ces armes c’est qu’elles sont toutes plus ou moins loufoques. Entre le Groovitron qui fait danser vos ennemis (pratique pour ensuite sortir le lance-roquette et les massacrer) ou encore le Pixéliseur, qui transforme vos ennemis en pixel de l’époque 8 bits. D’autres armes sont plus vicieuses comme le Moutonator (son nom est suffisamment clair) ou le gant ravageur, qui déploie des petits robots explosifs. Bref Ratchet aura rapidement un arsenal très étoffé pour combattre Drex et ses sbires.
Clank, quant à lui pourra sur de court moment, se déplacer seul afin d’aider son acolyte. Ses phases sont beaucoup plus orientées plateforme et réflexion au travers de la capacité de Clank à se servir de petit robot et de les modeler suivant ses besoins. Chaque session avec Clank se résume à des casse-têtes (pas trop dur non plus) à résoudre pour le faire avancer. Seul au début et à la fin du jeu, Clank devra affronter le méchant Victor à sa manière…

Ratchet and Clank Ratchet & Clank peut se finir en ligne droite en 12-15 heures de jeu, mais ce serait passer à côté de plusieurs activités sympas comme la recherche de cerveaux de télépathopoulpes ou encore les courses d’Overboard sur Rilgar et Kalebo. Finir le jeu n’est même pas une fin en soi car vous débloquez le mode Défi qui vous permet de refaire le jeu (en plus difficile si vous le souhaitez) en gardant vos armes (ainsi que les armes et modifications apportées à ces dernières), et tout ce que vous avez pu récupérer au sein de votre première partie. La composante collection est d’ailleurs très bien pensée (contrairement à certains jeux…). Vous pourrez trouver des Boulons d’or (28 au total), ces derniers débloquant des bonus amusant comme des filtres d’écrans, des masques pour Ratchet ou des options « cheats » comme munitions infinies par exemple.

Ratchet and Clank Les autres collectibles à ramasser sont des cartes de collections appelées holocartes. Ces cartes fonctionnent par types et lorsque vous en trouvez 3 de la même catégorie vous complétez une série et débloquez un bonus (plus de boulons, plus de raritarium, ou une version plus puissante d’une arme dans le mode défi). Si vous récupérez des doublons, vous pourrez en échangez 5 contre un emplacement vide de votre collection. Malin et addictif.
Au final Ratchet & Clank est un excellent remake, très bien réalisé et très agréable à jouer. Malgré un univers plutôt grand public, la difficulté demandera un peu de doigté tout en restant accessible. Le mode Défi permettra de trouver une re-jouabilité intéressante afin de finir le jeu à 100% sans devoir faire XP son équipement qui est pour moi le principal défaut du jeu. Il est un peu fastidieux de devoir améliorer et XP tout son équipement (surtout certaines armes comme Mr Zurkon ou le Mutonator) au vu de la vitesse de consommation des minutions, vous devrez jongler sans arrêt avec toutes vos armes. Mais cela reste un petit détail au vu de la qualité du titre. Un must à prendre les yeux fermés.

NOTRE AVIS

17
20

BONS POINTS

  • Refonte graphique top
  • De l'auto-dérision dans les dialogues
  • Phase en vaisseaux sympas…
  • Armes loufoques…

MAUVAIS POINTS

  • Quelques bugs
  • Armes ennemies à tête chercheuse
  • ... Mais pas assez nombreuses
  • … Mais trop nombreuses

Vidéos liées

Images liées

VOS AVIS

Il n'y a pas de commentaires pour le moment. Soyez le premier à participer !

DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX