SaGa Frontier Remastered

Il fut un temps où les J-RPG étaient légion dans les années 90. On a tous plus ou moins connu la saga des Final Fantasy, Xenogears, Dragon Quest ou encore Suikoden. Mais une SaGa a tenté de percer parmi les pontes sans grande réussite.. du moins en Europe. Il aura fallu presque attendre 24 ans pour pouvoir enfin y jouer.  Il est le septième opus de SaGa. Frontier est le nom du jeu à proprement parler. (un peu comme avec les Xeno.. xenogears, xenosaga..). Cette saga a une particularité qui pourrait en rebuter plus d’un. Est-ce donc judicieux de sortir un remastered sur un jeu sorti il y a plus de 20 ans quand on est bercé par des J-RPG depuis l’enfance ? C’est ce que nous allons voir dans le test et vous comprendrez cette particularité unique à SaGa.

Un concept très différent des J-RPG "classiques"

Le concept est donc très différent de nos amis les Final Fantasy ou Dragon Quest. Là où les autres se concentrent sur un groupe soudé faisant face à la misère du monde et combattant le mal absolu ensemble, Frontier se veut libre de toute contrainte scénaristique. On coupe brutalement le cordon ombilical et on se retrouve propulsé dans un univers sans.. guide.  On oublie les tuto, les petites aides pour nous montrer le chemin, les liens fraternels d’un seul et même groupe..

Dans Frontier, on commence par choisir l’un des 8 protagonistes proposés en début de partie. Chacun possède sa propre histoire, ses propres compétences et son degré de difficulté mais surtout son propre univers dans le système solaire.

Chaque personnage a son lot d’événement unique et en fonction de vos choix et actions, vous serez accompagné par de nouveaux personnages. Certains scénarios se regroupent et on peut assister à d’événement différent ou du moins sous un angle différent. 

Ce qui est un ennemi pour l’un est l’allié pour un autre. Ainsi on a les 2 aspects d’une même histoire. Concrètement, une histoire de frère dont l’un d’eux devient l’ennemi pour l’autre se révélera être un allié pour une tierce personne.

Les 8 histoires de Frontier sont complètes aussi bien dans le contexte global que dans le scénario unique. Il convient que cette liberté de mouvement et le regroupement rare de scénario peuvent en déstabiliser plus d’un. On pourrait presque dire qu’il s’agit de 8 jeux différents. 

Faut-il commencer avec l'un ou avec l'autre ?

Il n’y a pas de bon ou de mauvais ordre. Tout dépendra de votre ressenti avec le personnage. Certains préféreront diriger un robot, d’autres un magicien ou guerrier aguerri.. c’est pour cela qu’il est difficile d’y répondre. Il faut y aller au feeling. Il faut savoir que les résultats obtenus dans un scénario n’influencent pas dans les autres.. sauf les bonus de stat de certaines personnages rencontrés qui ont un lien entre les scénarios. Ce qui pourrait être un problème de progression dans un scénario sera plus aisé pour les autres grâce à des bonus de stat. 

Il n’y a donc aucune contrainte de choix hormis un personnage : Fuse Il n’est pas sélectionnable dès le début et il s’agit d’un rajout dans la version remastered. Il donnera la possibilité de recruter tous les protagonistes de toutes les histoires. 

Un petit conseil quand même, choisissez Emilia ou Red pour avoir un scénario solide et une aisance de progression qui facilitera votre gameplay dans les combats. 

En parlant de gameplay

Même si j’ai longuement insisté pour le scénario, le gameplay en sera tout aussi jouissif et important et différent.

C’est aussi bizarre que le cadre narratif de chaque personnage. Les équipements et les compétences ont une place bien plus importante qu’on ne peut le croire. Je ne vais pas comparer indéfiniment avec les autres J-RPG alors je vais plutôt vous en expliquer les grandes lignes. 

Chaque parcelle de statistiques est augmentée mais surtout de manière aléatoire en fin de combat. On peut oublier les XP gagnés en fin de combat avec les leveling pour être plus fort. Ici tout repose sur une augmentation semi-aléatoire (on peut quand même compter sur les équipements pour ça, d’où le « semi-aléatoire »). En fin de combat on peut avoir une augmentation de force ou de PV pour certains et pas pour d’autres. C’est la grande surprise. Il est donc très judicieux, et j’insiste, de sauvegarder assez régulièrement car on tombe vite au combat.

Heureusement qu’on peut compter sur les combos entre les personnages. Il n’y a pas de formations ou de mécaniques propres. Il suffit d’expérimenter sur le terrain en usant de techniques. Il suffit qu’on utilise une technique pour l’un et une technique pour l’autre pour admirer un travail d’équipe et d’assister à un combo. Une fois le combo découvert, il reste acquis et vous pourrez les utiliser plus facilement. 

D’ailleurs les compétences ou techniques sont liées à l’arme. Plus on les utilise, plus le personnage sera inspiré et utilisera une autre technique à la place. Là encore, une fois acquises, elle sera sélectionnable et utilisable. 

Je conçois que c’est assez confus. Il m’a fallu pas mal de temps d’adaptation pour en découvrir toute l’essence.

Chaque personnage, selon sa classe et sa race, aura des équipements différents. Certains auront les classiques armes, armures.. d’autres n’auront que des amulettes. Chacun peut tout, ou presque, équiper. Il n’y a pas  de limite de classe. Un magicien peut être un excellent gunner par exemple. Comme tout apprentissage, cela demandera des efforts supplémentaires pour acquérir les compétences des armes. Ainsi avec un bon équipement, on peut pallier la faiblesse d’une classe en apprenant de bonnes compétences. Petit bonus : on dispose de 3 groupes accueillant 5 personnages chacun, je vous laisse imaginer le temps à passer dessus. Par contre, il y a certains point qu’on ne peut transgresser ! Si vous basculez dans la magie blanche, vous ne pourrez accéder aux sorts de magie noire. 

Pour conclure le gameplay et le scénario : ils ont un point commun ! La liberté ! On pourrait presque voir Frontier comme un jeu sans fin tellement les parties ne se ressemblent pas.

Petit bonus (encore) : le jeu dispose d’une possibilité d’accélérer le jeu aussi bien dans les combats qu’hors combat.

Une frontière graphique et sonore

On aura 2 écoles entre les puristes de jeux à l’ancienne et les pro résolutions HD4K1080etj’enpasseetdesmeilleures. D’un point de vue graphisme, il conserve le charme de l’original avec un regain de couleur et de netteté. Voyez ça comme une restauration d’une toile ancienne avec les techniques actuelles. On peut s’apercevoir du résultat avec le bestiaire qui est mieux travaillé que les personnages.  Certains y verront une touche subtile de Shin Megami Tensei. 

Bien qu’il soit un remastered avec des rajouts notoires comme un nouveau personnage jouable et certains bande-son, c’est assez conforme à l’original.. en même temps, à l’époque, ils n’avaient pas assez de places dans les cartouches de jeux. Ils ont juste dépoussiéré et rajouté un travail déjà effectué dans le temps mais mis aux oubliettes. 

Frontier est vraiment déstabilisant mais cette manière de jouer relancera l'estime perdue qu'on a des J-RPG. Le niveau de défi est assez ardu au début et une fois la mécanique c'est sensiblement plus aisé. Si vous n'avez pas peur des défis et si vous pensiez avoir tout vu en matière de J-RPG, SaGa vous surprendra et, telle une fontaine de jouvence, vous retrouverez votre jeunesse d'antan.

Yakudark

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Vous pouvez partager nos articles

Bons points

Bons Points 8 personnages pour 8 scénarios

Bons Points Difficulté bien dosée

Bons Points EN HD avec rajouts d'options

Mauvais points

Mauvais Points Trop grande liberté qui peut en dérouter plus d'un

Mauvais Points Assez répétitif

Mauvais Points Pas de traduction pour les anglophobes

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.