Sparc

On se lance aujourd’hui dans le test de Sparc sur PSVR. Alors Sparc, qu’est ce que c’est? Bonne question. Si on devait décrire le jeu de CCP North America, on pourrait dire qu’il se trouve à la croisée du jeu de tennis et du jeu de shoot. Cela donne un mélange un peu étonnant sur la papier, mais vous allez voir, une fois le concept expliqué, cela sera surement plus clair. Sachez que ce jeu est clairement orienté multijoueurs et très surement pensé pour l’e-sport.

Vous êtes prévenu bleusaille, on va se bouger.

Je disais donc, Sparc se présente comme un mix entre du tennis et du jeu de tir. Ou bien encore assimilable au jeux de palet présents dans certaines salles d’arcade. En effet, le principe du jeu est simple. Vous disposez de gants magnétiques vous permettant d’attraper une boule d’énergie. Pour marquer des points, vous allez devoir lancer cette boule d’énergie dans la zone de touche adverse, symbolisée par un cercle autour de l’adversaire. Si votre boule d’énergie touche cette zone derrière l’adversaire, cela vous rapporte un point. Ces point accumulés sont validés si vous touchez l’adversaire. Cependant, celui-ci vous lancera sa propre boule d’énergie en même temps. A savoir que vous ne pouvez renvoyer la boule d’énergie adverse qu’avec votre bouclier, ce dernier étant disponible uniquement quand vous avez votre boule d’énergie dans les gants. Cela semble un peu compliqué à expliquer et pourtant on s’y fait très vite.

Il va falloir apprendre à maîtriser les rebonds.

Pour vous aider dans cette tache, je vous conseille fortement de passer par le didacticiel. De même, il est fortement conseillé de se lancer dans les défis avant de partir à l’assaut du multijoueur, ces derniers vous permettant de vous améliorer dans vos skills de lancement de la balle, ainsi que dans les déviations au bouclier qui sont très sensibles. De même, gérer à la fois sa balle et celle de l’adversaire est un peu déroutant au démarrage, mais grisant une fois maîtrisé. Sachez aussi que le jeu est jouable uniquement avec les PS move et qu’il est donc possible d’alterner les lancers main gauche ou main droite, un plus pour les gauchers souvent oubliés des jeux de sport.

Peu de contenu et aucun mode solo

Comme je le disais, ce jeu est clairement orienté multijoueur, pour la simple et bonne raison qu’il est impossible d’affronter l’IA. Une fois l’entrainement et le mode défi passés, il n’y aura plus aucun mode solo et vous n’aurez d’autre choix que d’aller vous frotter au reste du monde dans les 3 modes multijoueurs. La possibilité de discuter avec votre adversaire permettra de palier un peu à la grande redondance du jeu (comme tout jeu de sport me direz vous) et de faire fi du peu de contenu.

Si l’on arrive à comprendre le contexte et les mécaniques de jeu assez rapidement pour pouvoir s’amuser en moins d’une heure, comptez beaucoup plus de temps pour maîtriser un gameplay exigeant et plus stratégique qu’il n’y parait au premier abord. Il n’est pas impossible que les premiers affrontements en ligne se soldent par la panique totale tant le niveau de certains joueurs est affolant. De même, des réactions humaines sont un peu déroutantes lorsque l’on sort à peine du tutoriel. Concernant les graphismes, pas grand chose à dire de ce côté, ils sont simples et épurés, mais propre pour autant.

Je ris de me voir si belle dans ce miroir

Enfin, comme tout jeu orienté multi et eSport, vous aurez la possibilité de customiser votre avatar. Alors je vous préviens tout de suite, la personnalisation se limite aux accessoires. Une fois choisi le sexe de votre avatar et sa coiffure, vous pourrez personnaliser son viseur, entre les lunettes de soleil et le PSVR en passant par un viseur version Cyclope des Xmen. Vous pourrez opter pour un masque allant de celui de graffeur au masque de chirurgien et la personnalisation de vos gants et vêtements. Comptez une dizaine de choix de personnalisation pour chaque élément environ.

Pour un premier jeu de sport sur le PSVR et en introduction à de l’eSport (outre Riggs), ce Sparc est un jeu plutôt encourageant et plaisant si l’on met de côté la faiblesse de son contenu et l’impossibilité de jouer contre l’IA. On prends aisément la bête en main afin de pouvoir jouer rapidement, mais l’intérêt est dans la progression et l’amélioration de chaque match.

Pseudo :

Joueur depuis la NES et ayant possédé toutes les consoles sauf la regrettée Dreamcast, jouant a tous les styles de jeux et chasseurs de trophées compulsif

Playstation Archangejulien

Succés XBox JusticiaOmnibus

A propos de ce test

Jeu fourni par : Sony

Testé sur : Playstation 4 Pro PS4 VR

Bons points

Bons Points Une prise en main rapide

Bons Points une marge de progression gratifiante

Bons Points Rapidement fun

Mauvais points

Mauvais Points Peu de contenu

Mauvais Points Pas de match contre l'IA

Mauvais Points PS move obligatoire

Mauvais Points

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.