Spyro Reignited Trilogy

S’il je ne devais retenir que 3 jeux de la génération PS1, je n’y arriverais probablement pas. Mais bon, admettons que je me force, il en ressortirait très probablement Spyro, Crash et Medievil (et Tekken 3, et Tombi et les Legacy of Kain et Final Fantasy VII et….). Bref, vous imaginez aisément ma joie de les revoir tous les trois sur les consoles actuelles. Surtout vu la qualité du remastered de Crash Bandicoot, cela donnait bon espoir pour celui de Spyro. Sauf quand on pensait que les droits appartenaient à Activision… Et vu ce qu’ils avaient fait de la licence, on pouvait s’inquiéter de cette annonce. L’inquiétude fut levée assez vite lors du premier trailer d’annonce! En voyant qu’ils avaient repris le design original et pas l’horreur qu’ils avaient créé avec Skylanders, l’espoir était revenu. Que vaut donc cette trilogie remasterisée de Spyro?

Les graphismes ont été totalement refaits pour cette trilogie

Des Graphismes splendides mais une technique à la rue.

Nous parlions du design de Spyro, nous allons donc rester dans l’aspect graphique et technique pour aborder surement le meilleur et le pire point de Spyro Reignited Trilogy. Graphiquement donc, je disais que les petits gars de chez Toys for Bob ont fait du bon boulot. Notre petit dragon violet revient plus fringuant que jamais avec des graphismes refais complètement à neuf. Le travail effectué sur les décors est remarquable et ajoute une dimension nouvelle au plaisir de jeu initial. Notre petit reptile n’est pas le seul à avoir bénéficié d’un soin particulier, en effet les dragons du premier opus ou les bébés dragon du troisième sont tous uniques niveau Design. Malheureusement, ce prodigieux travail sur les graphismes n’a d’égal que la déception sur la technique. En effet, la caméra est une horreur et n’a subi absolument aucune amélioration quant au jeu de base. Elle est souvent à la ramasse, entraînant des soucis dans les combats, dans la précision des sauts ou tout bonnement dans les déplacements. A l’heure actuelle, ce n’est vraiment pas au niveau de ce que l’on peut attendre. De même, j’ai testé le jeu sur PS4 pro, et les baisses de framerates sont légion. A quasiment chaque charge, chaque fois que l’on tourne la camera autour de Spyro, le framerate tombe drastiquement. La musique à quant à elle été totalement remasterisée et, bon à noter, le jeu vous laisse le choix entre musique actuelle et musique originale.

Chaque Dragon est unique

Spyro, petit mais costaud

Sachez tout d’abord que seul le premier jeu est présent sur le BluRay, les deux autres doivent être téléchargés pour environ 60Go. Coté histoire, dans le premier opus, vous incarnez donc Spyro, jeune dragon qui doit libérer tous les dragons qui ont été emprisonnés dans du Cristal par le vil Gnasty Gnork. Pour cela vous devrez parcourir les mondes en allant de portail en portail pour libérer vos camarades, ramasser des gemmes et récupérer les œufs de dragons volés. Pour cela, vous devrez traverser les portails dimensionnels pour accéder aux différents monde puis compléter le niveau en planant de plateformes en plateformes ou en chargeant vos ennemis. En effet Spyro possède deux armes pour mener à bien sa mission: cracher des flammes et charger l’ennemi. Cela servira aussi à détruire les jarres pour récupérer les gemmes. Vous serez accompagnés de Spark, votre libellule qui sert, en plus de ramasser les gemmes vous entourant, de barre de vie à trois niveaux. Pour la recharger, vous devrez abattre de pauvres créatures innocentes afin de les transformer en papillon que Spark avalera goulûment pour récupérer un niveau.

Richard vous vendra des améliorations ou des passes droits…

Dans Spyro 2, il n’y a plus de dragons enfermés dans le cristal, mais Ripto a pris le pouvoir sur le monde par la force. Il faudra donc aider le professeur, chasseur et leurs amis à évincer ce dictateur du pouvoir avant de prendre les vacances auxquelles vous aspiriez. Dans cet opus, de nombreuses nouveautés ont été intégrées et des modifications apportées. Si, pour moi, certaines sont une régression, comme le fait que le nombre de gemme affichées est le cumul de ce que vous possédez et non pas celles récupérées dans le niveau, ce qui rend moins facile le suivi de progression, Spyro peut, dans cet opus, améliorer ses capacités auprès de Richard (oui, il a été renommé Richard). En effet, dans Spyro 2, les gemmes ont une utilité, elles vous permettent d’acheter des capacités comme le pouvoir de nager sous l’eau, de grimper aux échelles ou bien d’acheter l’accès à des mondes ou des parties de mondes. De plus, les ennemis ne donnent plus de Gemmes, mais des boules lumineuses permettant l’accès à des pouvoirs améliorés dans le niveau comme la supercharge ou le vol permanent. Cela rends la progression plus hachée, vous obligeant à revenir dans les niveaux pour les compléter à 100%, comme les jeux Légo.

…Avant de se lancer dans l’esclavagisme!!!!

Enfin dans Spyro 3, vous repartez avec toutes vos capacités acquises dans Spyro 2, à savoir la nage sous l’eau, la possibilité de grimper les escaliers etc. auxquelles s’ajoutent la possibilité d’utiliser des véhicules comme le skateboard. On retrouve aussi les améliorations dans les niveaux en éliminant un nombre donné d’ennemis et la présence de Richard. La différence, c’est que celui-ci s’est maintenant mis à l’esclavagisme et vous propose d’acheter la liberté de personnages à utiliser dans les niveaux, comme notre amie la Kangourou. Ces personnages aux capacités spéciales vous permettront d’atteindre des lieux inaccessibles à Spyro, toujours dans la quête du 100%. Une fois encore vous pouvez faire le parallèle avec les jeux Légo pour les plus jeunes d’entre vous.

20 ans plus tard, mes soucis sont toujours les mêmes…

Aucune difficulté mais un plaisir certain.

Coté durée de vie, les trois jeux sont assez simple et même la quête du 100% ne devrait pas vous demander de gros efforts. Comptez environ 6 à 7h pour le 100% de chaque jeu. On appréciera donc le petit prix de la compilation pour trois jeux et une durée de vie totale d’une vingtaine d’heure pour la boucler.

Piquez toute la thune de Gnasty sans remords !!!!!!!

Même si la nostalgie de retrouver un des jeux de mon enfance (enfin trois en réalité) est bien présente et que je ne boude pas mon bonheur, la déception est quand même immense face à la technique de Spyro Reignited Trilogy. Le jeu misant énormément sur la précision et le timing, les soucis de caméra et de chutes de framerates sont des défauts vraiment handicapants pour le plaisir de jeu. Ils n’en restent pas moins trois jeux de qualité et agréables à parcourir.

Pseudo :

Joueur depuis la NES et ayant possédé toutes les consoles sauf la regrettée Dreamcast, jouant a tous les styles de jeux et chasseurs de trophées compulsif

Playstation Archangejulien

Succés XBox JusticiaOmnibus

A propos de ce test

Jeu fourni par : Activision

Testé sur : Playstation 4 Pro Xbox One

Bons points

Bons Points Un remaster de l'amour graphiquement

Bons Points La nostalgie

Bons Points Doublage entièrement en français

Bons Points Trois jeux à petit prix

Mauvais points

Mauvais Points Les chutes de framerates constantes

Mauvais Points La caméra capricieuse

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.