Judgment

Sega avait autrefois un nom faisant référence à des consoles de jeux, ennemi juré de Nintendo, puis ils ont évolué avec violence via l’arrivé de Sony dans le marché pour trouver une forme d’équilibre entre leurs productions internes et celles de leurs partenaires. 

Une d’entre elles sort néanmoins du lot depuis quelques années grâce à une notoriété sans cesse grandissante. Je parle bien sûr de la licence Yakuza. Le seul effet bloquant en France était sa non-traduction. Vous imaginez bien que l’annonce de Judgment doublé en français a fait l’effet d’une petite bombe au sein de cette communauté…

Dur dur d’être un Avocat

Takayuki Yagami est un jeune avocat fraîchement diplômé et qui en veut ! A tel point qu’il accepte de défendre avec conviction un homme suspecté d’être un tueur en série. Par sa verve et son travail il arrive à faire acquitter son client, et ce dans un système judiciaire se targuant de condamner les accusés avec un taux de 99.9% (dans le jeu) ! 

La performance du jeune avocat a tout de suite fait le tour de la région et de nombreuses personnes ont harcelé son cabinet pour qu’il les représente. Malheureusement, “L’innocent”, à peine libéré a tué sa petite amie et brûlé l’appartement, jetant l’opprobre sur Yagami.

Humilié et ne croyant plus au rôle pertinent d’avocat Yagami quitte le barreau japonais et s’engage dans une nouvelle voie. 3 ans après l’acquittement Yagami est devenu détective privé dans le célèbre et chaud quartier Kamurocho, le même que celui des Yakuza (mais en 2018). Il est accompagné d’un ancien Yakuza au sang chaud nommé Kaito qui l’assiste à sa manière.

Le jeu commence par une filature d’un collègue détective affublé du statut de mauvais payeur. Immédiatement on retrouve la patte du studio, dans la modélisation très propre des visages, très expressifs et détaillés. Mais également dans l’ambiance à base d’overdose de néons et autres lumières dans les grands axes, contrebalançant avec la crasse et l’obscurité des ruelles.

Cette première mission permet de prendre en main les nouvelles fonctionnalités de Judgment, car même si les Yakuzas sont toujours très présents (les études de Yagami ont été payés par une famille “branche” du clan Tojo (dominant dans Kamurocho)), il n’est pas question ici de retrouver son honneur ou récupérer son clan. Judgment se présente comme un Ace Attorney boosté au film de Bruce Lee (ou Jet Li pour les plus jeunes). Yagami, à l’inverse de notre Dragon de Dojima, est un féru de technologies et avec l’aide de Kaito et d’autres personnages secondaires, il s’en servira autant que possible.

Le James Bond du détective

On parle ici d’un drone espion, d’un hackeur pouvant, via mots clés repérer la position d’une personne dans le quartier grâce à ses commentaires (ou ceux d’autres personnes) sur un réseau social par exemple. Dans Judgment la partie enquête peut se composer d’analyses de vidéos surveillance, de scènes de crimes et d’intégration de témoin/accusé. Chaque sous activité de l’enquête se base sur un mini-jeu simple à comprendre et gratifiant via le système de récompense en point de compétences si vous posez les bonnes questions.

Vous aurez aussi la possibilité de vous infiltrer dans des bâtiments à la recherche d’indices via le crochetage de serrure ou de loquet de porte, ou par déguisement. La première enquête d’ailleurs permet de bien se familiariser avec tout ça via une évolution organique  du gameplay. C’est fluide et naturel et les aides permettent de faire une piqûre de rappel. 

Si le début du jeu est assez dirigé, le jeu vous permet d’avoir des moments de flottements, par exemple parce que vous attendez un appel, et ces moments permettent de voir à quel point Judgment est complet et bourré de petites activités (parfois subtilement cachées). Tout le monde connait déjà la salle d’arcade de SEGA ou l’on peut jouer à des grands classiques mais également à un équivalent d’House of the Dead assez sympa, mais Judgment permet de se faire des amis, via des interactions parfois simple (avoir 10 pts de fidélité sur votre carte) ou de leur rendre service (comme aider une étudiante à renseigner un étranger en anglais). Ces amitiés vous permettront de recevoir de l’aide durant les combats (via des actions Ex spécifiques) ou simplement monter votre jauge Ex lorsque vous les croisez dans la rue !

Parfois des missions d’amitiés se déclencheront pour leur rendre un service. Plus votre amitié augmente avec des personnes différentes plus votre réputation dans le quartier sera grande. Ces derniers vous offriront également des cadeaux.

Moi je défends mes clients à coups de pieds dans la gueule

Yagami, en tant que détective ne se limite pas à un simple détective, sa colère se traduit bien souvent par obtenir ce qu’il veut à coup de vélo ou de tout ce qui lui passe par la main ! Comme dans les Yakuza, les bagarres de rues et les Boss sont toujours présents. Le système est juste simplifié sur plusieurs points. Le premier est que notre héros ne maitrise « que deux » styles de combats, soit la Grue et le Tigre. De plus, il n’y a qu’une ressource unique pour s’octroyer de nouvelles techniques qui se gagne de nombreuses manières. Via l’avancé dans l’histoire principale, en combat, via les actions d’amitiés ou simplement en réussissant des activités dans l’application KamuroGO.

Cette appli est assez originale (pour sa mise en forme plutôt que de son contenu, classique dans un Yakuza) car elle permet de promouvoir le quartier en attribuant des récompenses si vous goûtez tous les plats d’un restaurant par exemple, ou en jouant aux bornes d’arcades. Les complétistes seront ravis et  les autres trouveront un point central pour vérifier ce qu’ils ont déjà fait.

Les combats, contrairement aux yakuzas sont également plus simples (surtout les combats de rue) mais augmenteront en difficulté de manière progressive. Seuls les combats de Boss restent techniques et demanderont un peu d’apprentissage. Cela dit, c’est globalement plus accessible.

Comme dit au départ, Judgment est le premier à bénéficier d’une traduction en français (sous-titres et menus), et pour une première c’est assez réussi. On sent que les doubleurs ont eu le champ libre et le ressentit colle avec les personnages et l’histoire. Avec les voix japonaises, lors de cinématiques on se plait à se croire dans un animé.

Un indispensable

Techniquement parlant Judgment est proche de Yakuza 6 avec ses mêmes points forts et faibles. Le jeu est beau, fluide. Les personnages principaux sont propres et réalistes. Mais il reste quand même une certaine raideur dans les déplacements et toujours ces ennemis qui semblent « désassemblés » lorsqu’ils sont ko, le plus souvent dans des positions improbables.

Mais on lui pardonne aisément ces petits défauts tant le scénario est bien écrit, la psychologie des personnages les rendant attachants et cohérents. Même les habitués des Yakuza retourneront avec plaisir dans ce quartier si familier et toujours aussi attrayant d’activités (une cinquantaine d’heures de jeu pour tout faire). Les autres découvriront une partie sombre et peu connu du Japon et prouve avec toujours autant de brio que cette culture si exotique et lointaine en apparence, nous fascine et nous happe.

Lors de chacun de mes tests de Yakuza, je concluais par le bémol de la barrière de la langue qui empêchait l’accès de ce jeu au plus grand nombre. Je suis très content aujourd’hui de dire que cette fois-ci vous n’avez plus aucune excuse pour ne pas plonger dans Judgment. Cette évolution montre que l’éditeur de ce jeu en France nous a enfin écoutés, et que finalement traduire un jeu complexe comme celui-ci est du domaine du possible. Merci !

Pseudo :

Rôliste, Metalleux et jouant aux jeux vidéos depuis trop longtemps pour le chiffrer, je reste passionné par ce média, particulièrement les RPGs sur lesquels je me suis bâti une solide expérience. Chez moi pas de préférence. Ce sont les jeux qui font la console et pas l'inverse !

Playstation Lucian_Blight

Succés XBox Lucian Blight

A propos de ce test

Jeu fourni par : SEGA

Testé sur : Playstation 4 Pro

Bons points

Bons Points Personnages toujours aussi travaillés

Bons Points Parent 1 : Ace Attorney ; Parent 2 : Yukuza = Judgment

Bons Points Les enquêtes bien ficelées via des minis-jeux bien pensées

Mauvais points

Mauvais Points Certaines raideurs dans les déplacements des personnages

Mauvais Points Déséquilibre de difficultés entre combats classiques et boss

Mauvais Points Maintenant on veut les patchs Fr pour les yakuzas !

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.