The Falconeer: Warrior Edition

Sorti en octobre 2020 à l’occasion de l’arrivée de la nouvelle génération de console de Microsoft, The Falconeer a déjà fait son petit bout de chemin sur PC, Xbox One et Xbox Series. Il élargi désormais son panel avec sa sortie sur Playstation 4, Playstation 5 et Nintendo Switch. Inspiré des shooters d’antan comme Panzer Dragoon, le jeu sent bon la nostalgie et un peu la naphtaline. Avant de commencer, faucon vous rappelle qu’il est développé par une seule personne et jetons nous à présent dans le grand bain.

Une narration décousue

Première chose qui perturbe quand on lance le jeu, c’est que l’on peut choisir n’importe quel chapitre de l’histoire sauf l’épilogue. Choix plutôt étonnant puisque du coup vous pouvez jouer l’histoire dans n’importe quel sens. L’impression est confirmée lorsque vous vous lancez dans le jeu, l’histoire est complètement décousue, se met en place très lentement et ne réussi jamais vraiment à entraîner le joueur. Vous changez de personnage à chaque chapitre, en conservant cependant l’expérience acquise dans les autres actes, et aucun lien entre le personnage et le faucon n’est établi, pas plus qu’entre le joueur et le personnage.

Choisissez votre background

C’est quand même extrêmement dommageable, surtout quand on voit tout le soin qui avait été apporté au Lore du jeu, vraiment fourni et développé. Dans un monde submergé, vous jouez un fauconnier pour l’une des factions peuplant la planète: Imperium, Ordre Mancien, Communauté de libre commerce de Sancir, temples anciens, navires pirates, dirigeables militaires. Sous couvert d’intrigue politique, on s’attendait donc a des missions principales et secondaires dans la lignée, mais non. Le soufflé retombe aussi vite, principalement dû à ce manque de cohérence et de fil conducteur. Les missions annexes sont bateau (livrer un colis, traquer une cible, attaquer une forteresse) et l’ennui se fait vite sentir.

"C'est beau mais c'est loin"

Si le jeu tourne en 4k 60fps, il n’est pas pour autant une vitrine technologique de la nouvelle génération. Il possède cependant une direction artistique certes épurée, mais chaleureuse et cohérente. Cela fonctionne plutôt bien et on a souvent envie d’utiliser le mode photo intégré. Les effets d’orages ou les reflets lumineux sont très bien reproduits et la vision est agréable.

La forteresse cachée

Oui mais voila, au bout de quelques heures de jeu (ou même bien plus vite) on se rend bien compte que cet open world est complètement vide. Certes le jeu vous encourage à l’exploration via ses forteresses et temples disséminés sur la map, mais il vous en dissuade tout autant par le vide qui le compose. Ajoutez à cela que le faucon ne donne pas vraiment d’impression de vitesse et vous allez vite regretter les incessants et trop longs voyages. Le jeu le sait d’ailleurs très bien puisqu’il vous propose très souvent de lui-même de vous téléporter. Un comble.

Où était le Condor quand Ouestfold est tombé?

Au delà de vos quêtes Fedex, les missions principales seront composées essentiellement de combat aérien. Et là, force est de constater que le jeu s’en tire plutôt pas mal. Le gameplay est simple: vous  pouvez monter et descendre avec le joystick gauche, cela vous permettra de recharger la jauge d’énergie et augmenter la vitesse de sa monture (un peu comme dans Skyward Sword HD), l’opportunité de freiner avec la gâchette gauche, accélérer ou « do a barrel roll » avec L1. On utilisera R2 pour tirer, carré pour verrouiller un ennemi et le rond pour locker. Vous pouvez également demander à votre soutient aérien d’attaquer un adversaire ou de vous couvrir en utilisant les flèches directionnelles.

Il faut bien garder en tête que The Falconeer est un petit jeu développé par une seule personne et il en souffre surement. Coincé entre un Lore intéressant et une histoire décousue, entre une DA sublime et un vide intersidéral, il est vraiment à l’image d’un soufflé, attirant de prime abord mais très vite l’ennui se fait sentir.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Vous pouvez partager nos articles

Bons points

Bons Points Le lore développé

Bons Points La DA et le visuel

Mauvais points

Mauvais Points La navigation

Mauvais Points Le monde ouvert vide

Mauvais Points La narration décousue

Mauvais Points

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.