Partagez :

Monnaie courante pour le studio italien, c’est, une nouvelle fois, autour d’une star de sport mécanique que se construit le nouveau jeu de Milestone.

Alors que dernièrement c’était en hommage au célèbre sportif français, Sebastien Loeb, que le jeu s’était développé, c’est au tour de Valentino Rossi de se voir dédier un jeu. Valentino Rossi The Game est, en effet, le dernier jeu de moto GP que les développeurs ont publié.

A vos pilotes, prêts, partez !

Comme dans pratiquement tous les MotoGP, vous débuterez en créant votre pilote. Si vous avez la possibilité de choisir votre casque, vos bottes, vos gants ainsi que votre numéro, cette possibilité de création n’offre rien de transcendant puisque les possibilités sont pauvres et vraiment limitées. De surcroît, en ce qui concerne votre combinaison, celle-ci est totalement prédéfinie en fonction de l’écurie.

Après avoir créé votre pilote, en tant que jeune pilote de la VR Riders Academy, vous allez pouvoir commencer votre carrière de pilote et atteindre des sommets. Pour vous accompagner tout au long de votre parcours, vous serez accompagné d’un mentor d’exception qui ne sera autre que Valentino Rossi lui-même. Vos premières courses de Moto 3 vous permettront de signer votre premier contrat.

Tout au long de votre parcours et de votre progression, le célèbre pilote italien vous encouragera et vous invitera à participer à différentes courses, dont certaines totalement inédites.

C’est en effet l’un des points forts de ce jeu : la diversité des courses proposées. De nouveaux types de courses ont fait leur apparition, permettant alors de diversifier les possibilités et de sortir un peu des sentiers battus, c’est-à-dire, des simples courses de MotoGP. Valentino Rossi The Game vous permet alors de participer à des courses de flat track, de rallye, de drift ou bien encore de R1M. Mais qu’est-ce que sont ces courses ?Screenshot-Original (1)

Le flat track vous offre la possibilité de fouler la piste privée du pilote italien puisque celle-ci a été modélisée spécialement pour l’occasion. Ce mode de jeu offre alors trois types d’épreuves : les courses classiques, l’americana et le relais. Si la première prend la forme d’une course simple comme nous avons coutume de le connaître, la deuxième n’est autre qu’une succession de courses à élimination. Le relais est, comme son nom l’indique, une course de relais pendant laquelle vous alternez entre deux pilotes.

Cependant il ne faut pas s’y méprendre, les performances et le gameplay sont bien moins ravissants que le programme. La prise en main, elle, est compliquée et très variable en fonction de la moto et du paramétrage de vos commandes. Vous vous retrouverez alors très vite face à une moto qui chasse rapidement et donc à un virage pris en glissade.

Cette complexité dans la manipulation nous a longuement laissé dubitatifs concernant ce mode. Bien que l’idée soit intéressante et la proposition alléchante, la complexité de la manipulation rend le jeu désagréable.

Si le drift et le rallye sont deux modes de jeu souvent connus des joueurs, ils ne font pas l’objet d’une très grande réussite des développeurs. Tandis que le rallye nous laisse retrouver des sensations de WRC, seule la piste de Monza et ses environs est disponible dans ce mode, replongeant ainsi le jeu dans une certaine redondance. Le drift nous a, de prime abord, laissé particulièrement perplexe. La voiture semblait chasser très facilement et pour n’importe quelle raison, même en ligne droite. Ce n’est qu’une fois les paramètres changés et les aides supprimées que le drift nous a démontré tout son intérêt. De part ces modifications, vous pourrez alors intégralement contrôler votre véhicule et drifter comme vous le voulez.

vr46_misano_flat_track_03Mais c’est principalement grâce au R1M que le jeu de Milestone parvient à se démarquer de ses concurrents. Ce mode n’est autre que la représentation des entraînements des vrais coureurs. Vous vous trouvez alors sur un circuit sur terre sur lequel sont déposés des obstacles qu’il vous faudra éviter. Si l’idée est excellente, l’unicité du circuit pratiquable nous laisse véritablement sur notre faim. En effet, le seul circuit mis à disposition pour ce mode est Misano, rendant alors le mode un peu rébarbatif bien que la R1M soit facile à prendre en main et qu’elle offre une nouvelle perspective de jeu.

Le mode solo vous offrira la possibilité de rembobiner votre action en pleine course, si la trajectoire prise ne vous convient pas, à l’instar de ce qu’il était possible de faire dans Forza Motosport 6 par exemple. Des aides vous sont également à disposition durant les courses ainsi que dans le paramétrage pour les personnes qui n’y connaissent pas grand chose en moto.

Peu de liberté, peu de réalisme et des têtes brulées pour IA

Si ces différents modes de jeu tendent à diversifier les possibilités proposées par le jeu de Milestone, ceux-ci ne sont pas libres d’accès malheureusement et ne viennent que casser la répétitivité du mode carrière en étant inscrits dans le calendrier de manière prédéfinie. Autrement dit, vous aurez accès à ces modes que lorsque vous avancerez dans votre carrière. Toutefois ces courses ne sont pas dépourvues d’intérêt puisqu’elles permettent au pilote d’acquérir des points d’expérience et donc de progresser dans une diversité de domaines tels que le freinage, l’accélération ou bien encore la condition physique.

Le réalisme et les comportements des IA sont l’un des points noirs du jeu. Si ceux-ci ont été améliorés d’un point de vue rapidité, leur comportement n’a toutefois rien de réaliste. Pas très malins voire parfois complètement tête-brûlée, les IA engendrent un grand nombre de collisions lorsque nous nous trouvons sur leur trajectoire. Ils n’ont, en effet, aucun problème pour vous foncer dessus si vous vous trouvez sur leur chemin. Si ce côté assez stupide de l’IA rend le jeu parfois désagréable, il est important de noter que le mode Réaliste offre enfin un peu de défis aux joueurs. C’est en effet par ce mode que vous pouvez trouver une véritable résistance de la part des IA. Ceux-ci sont bien plus compétitifs et se montrent parfois très difficiles à battre, notamment lorsque l’on est un pilote de bas niveau.

MotoGp_Mugello_0000_Layer 7 copyNous ne pouvons vous cacher que les graphismes et les sons offrent peu de réalisme au jeu. Alors que les motos ont un son très désagréable ne ressemblant aucunement à un véritable son de moto, s’approchant plus de la tondeuse à gazon, les graphismes laissent eux-aussi à désirer. Pas satisfaisant graphiquement, le jeu propose des couleurs arcades, avec des textures mal faites et peu réalistes à l’instar de l’herbe située sur le bas-côté ou bien encore des combinaisons qui paraissent plus en latex qu’en cuir.

Une ode au pilote italien

Bien que l’éponymie ne laissait paraître aucun doute sur l’importance du pilote italien dans le jeu, celui-ci se montre malgré tout comme un véritable hommage au champion.

Vous avez en effet la possibilité de jouer ses courses en prenant sa place ou en vous mesurant à lui pour tenter de battre ses chronos. L’intégralité de ses tenues et de ses bécanes sont également disponibles et jouables, même ses 125cm3 datant de 1996. Vous pouvez également fouler ses terrains d’entraînement modalisés in-game et revivre les courses les plus marquantes de son histoire.

amici_di_vale_0007 copyQu’il n’en déplaise à ses détracteurs, le pilote vous accompagne dans l’intégralité de votre parcours, de telle manière qu’il ne peut être différencié du personnage du jeu. Tout est en lien avec lui, ne laissant aucunement place à un jeu de moto de simple arcade.

Un bel hommage mais un jeu peu transcendant

Véritable hommage au pilote, Valentino Rossi The Game est très bien dans son rôle et devrait ravir les fans. Malgré la diversité du contenu et l’évolution du pilote offrant une véritable durée de vie au jeu, le gameplay laisse parfois perplexe avec une prise en main difficile pour certains modes et des IA peu réalistes, le tout implanté sur fond de graphismes de piètre qualité.

Jeu fourni par l'éditeur, testé sur Xbox One.

NOTRE AVIS

12
20

BONS POINTS

  • Le système d'évolution du pilote
  • Contenu
  • Hommage à Valentino Rossi

MAUVAIS POINTS

  • Le rallye sur circuits
  • Carrière très linéaire
  • L'IA

Vidéos liées

Images liées

VOS AVIS

Il n'y a pas de commentaires pour le moment. Soyez le premier à participer !

DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX