Yo-kai Watch Blaster: peloton du chat rouge

Pour ceux qui, comme moi ne connaissent pas Yo-Kai Watch, sachez que c’est une licence cross média regroupant jeux vidéo, anime et manga. La trame de base parle d’un jeune garçon, Nathan qui, un jour, tombe sur une machine a capsule spéciale qui lui fait rencontrer Whisper, un Yo-Kai à l’apparence de fantome. Celui-ci lui confie un Yo-Kai watch, lui permettant d’identifier et de traquer des Yo-Kai maléfiques. Alors que les fans attendaient plutôt un Yo-Kai Watch 3 en Occident, c’est un spin-off que nous avons à faire sur nos 3DS européennes. Issu d’un mini-jeu de Yo-Kai Watch 2, le multijoueur se transforme en jeu à part entière. Yo-kai Watch Blasters , sorti il y a 3 ans au Japon arrive donc dans nos contrées sous deux versions, à la Pokemon, avec le Peloton du chat rouge et l’Escadron du chien blanc. Que vaut donc ce Spin off?

There’s something strange in your neighborhood

Au lancement du jeu, vous aurez droit à une cinématique en Français aux allures de J-pop limite gênante pour avoir ensuite la possibilité de lier les deux versions entre elles ou de faire valoir votre expérience sur Yo-Kai Watch 2 en prenant en compte votre sauvegarde. Cela vous permettra d’obtenir des Yo-Kai de rang S. Pour ceux n’ayant jamais fait un jeu Yo-Kai Watch, une petite introduction de Whisper vous présente la Terr’heure, la map et votre terrain de jeu pour les prochaines heures. Vous dirigerez une équipe de Yo-Kai Watch Blaster, chargés de lutter contre les Yo-Kai maléfiques plus ou moins puissant qui rodent sur la carte. Pour vous situer l’affaire, vous êtes à la jonction entre Ghostbuster et Pokemon. La référence à Ghostbuster est d’ailleurs clairement affirmée. En effet, votre aventure débute dans votre QG, une sorte de caserne sur plusieurs étages avec une barre de pompier vous menant jusqu’au garage où se trouve votre Yo-Kaimobile à sirène. Cette dernière étant conduite par Whisper le fantôme.

A l’aventure, compagnons!

Vous contrôlez donc une équipe de Yo-Kai Watch Blaster que l’on pourrait qualifier de looser sans trop se sentir coupable. Ils fuient devant l’ennemi, logent dans un QG en ruine et sont surnomés les Yo-Kai fond de tiroir. Pour remédier à cela, un coach est envoyé par l’association des Yo-Kai pour les reprendre en main. Il va donc reprendre avec eux les bases de ce qu’est un Yo-Kai Blaster, ce qui vous donne un premier chapitre de tutoriel. Durant ce chapitre, vous apprendrez à connaitre les quatre classes possibles pour les Yo-Kai, à savoir la classe offensive de combattant, la classe défensive de Tank, le guérisseur et le ranger. Vous devrez, pour remplir vos missions, réunir une équipe de 4 Yo-Kai en combinant comme vous le souhaitez ces quatre classes selon votre stratégie, en combinant cela aux spécificités des 8 tribus de Yo-Kai. Afin de monter votre équipe, vous pourrez vous liés d’amitié avec des Yo-Kai que vous aurez battus sur le terrain grâce à un petit jeu. En effet, si le Yo-Kai éliminé se relève, vous avez quelque secondes pour appuyer sur A pour lancer le jeu. Il apparaît alors un cercle avec des cœurs et un curseur tournant autour de ce cercle. Vous devez appuyer sur le bouton dans le bon timing pour accumuler suffisamment de cœurs dans un temps limité. Si vous réussissez, vous obtenez le badge du Yo-Kai, d’où le côté « attrapez les tous » dont je parlais en introduction. A vous alors de créer votre équipe adaptée à la mission, sachant que vous ne contrôlez qu’un des personnages à la fois , les trois autres agissant seuls mais vous pouvez switcher entre le personnages.

Développez votre QG

Toutes les missions se lancent à partir du HUB, à savoir votre caserne. Celle-ci se compose de plusieurs étages peuplés par des personnages haut en couleurs. Vous aurez ainsi un étage réservé au magasin et à la salle de sport. Cet étage vous permettra d’acheter objet et équipement pour préparer votre mission, quant à la salle de sport, elle vous permettra de monter vos personnages en niveaux grâce aux orbes Oni gagnées lors des missions. Le salon vous permettra de changer votre équipe en choisissant parmi les Yo-Kai dont vous possédez les badges. Enfin le centre de commandement vous permet de consulter les missions disponibles, séparées en trois catégories. Les missions de l’histoire principale, les missions de patrouille ou les combats de Big Boss. Chaque mission comporte des objectifs à compléter comme éliminer tous les ennemis, terminer avec toute son équipe, sauver un Yo-Kai en détresse ou encore battre un boss. Choisissez votre mission, consultez les détails et préparez votre équipe. Puis lancez la mission et c’est parti. Vous aurez la possibilité d’améliorer votre QG au cours de l’aventure en remplissant différentes conditions et objectifs.

Une fois la mission lancée, vous arrivez sur la carte avec votre objectif à accomplir et un temps limité pour le faire (généralement 10 fois plus long que ce qui vous sera nécessaire). Côté gameplay, c’est réduit au strict nécessaire. Une attaque normale et rapide (le bouton A) une attaque spéciale (bouton X) et une esquive (bouton Y). Le jeu ne présente tellement aucune difficulté que cela se résume souvent à bourriner le bouton A et, parfois, contre les boss, sortir de sa zone d’attaque pour revenir bourriner.Notez aussi la possibilité de courir avec B. Ajoutez à cela 2 objets utilisables en combat et la possibilité de switcher entre les personnages et vous avez assimilé la majorité du gameplay du jeu. Si jamais un de vos camarades décidait de rester dans la zone d’attaque du boss (et cela arrive souvent) et se retrouvait KO, vous avez la possibilité de le ramener à la vie en appuyant sur B près de lui. Cela vous demande de rester immobile à ses côtés et vous expose donc aux attaques. Si vous ne vous dépéchez pas et que sa barre d’élévation se vide, il disparaitra. Comme Nathan, vous disposez du Yo-Kai Pad avec de nombreuses applications pour sauvegarder, suivre ses statistiques, consulter votre collection de médailles, etc…

Un aspect multijoueur prometteur?

Le dernier aspect du jeu dont je n’ai pas parlé va de paire avec le sous sol du QG qui constitue le mode multijoueur, surement le plus intéressant sur le papier. Vous pouvez chercher trois autres joueurs pour faire les missions en coop, ce qui rend le jeu encore plus simple qu’il ne l’était déjà ou bien affronter des équipes rencontrées par street pass dans une arène. Malheureusement, le jeu n’étant pas officiellement sorti, difficile de tester ce mode street pass en France. Je passerais rapidement sur les effets sonores qui sont pour moi mal dosés, limite abrutissant. Le doublage français des cinématiques est plutôt correct, mais les deux mots répétés en boucle par chaque personnage lors du reste du jeu, à la mode Pokemon répétant son nom toutes les 4 secondes est très rapidement agaçant. Les missions se bouclant en quelques minutes, souvent moins de 5, et l’extrême facilité du soft le destine aux fans du genre ou au plus jeunes. Le jeu se boucle en quelques heures pour la trame principale, ne reste alors que la collectionnite aiguë pour vous pousser à continuer l’aventure.

Pour conclure, ce Yo-Kai Watch Blaster: Le Peloton du Chat Rouge possède une ambiance sympathique, enjouée et colorée parfaitement adaptée au plus jeune et aux fans de Yo-Kai, mais sa trop courte durée de vie et sa simplicité extrême ne satisfera probablement pas le joueur lambda.

Pseudo :

Joueur depuis la NES et ayant possédé toutes les consoles sauf la regrettée Dreamcast, jouant a tous les styles de jeux et chasseurs de trophées compulsif

Playstation Archangejulien

Succés XBox JusticiaOmnibus

A propos de ce test

Jeu fourni par : Nintendo

Testé sur : Nintendo 3DS

Bons points

Bons Points Coloré

Bons Points Doublage français de cinématiques

Mauvais points

Mauvais Points Trop court

Mauvais Points Trop simple

Mauvais Points L'ambiance sonore hors cinématique

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.