Dirt Rally 2.0

Commencée sur PlayStation première de nom sous le nom de Colin McRae Rally, la série a su outrepasser son statut d’outsider à côté d’un V-Rally qui était le leader de l’époque. Aujourd’hui référence des simulations de rally, nous allons arpenter de l’asphalte dans cette suite du volet sorti en 2015 et voir ce que le jeu vaut. Est ce que son statut de leader est toujours d’actualité, ou alors ce retour 4 ans plus tard va t-il se terminer comme V-Rally et son retour dans le 4ème opus sorti l’année dernière? C’est ce à quoi nous allons tenter de répondre dans les lignes qui suivent.

Dis moi qui tu es, et je te dirais qui je suis.

La première étape du jeu va être de créer votre pilote, l’idée peut paraître saugrenue puisque d’ordinaire dans les jeux de courses, on ne vous le propose pas. Ne vous attendez pas à quelque chose de très folichon non plus hein, vos choix seront restreints au strict minimum: vous pourrez décider d’être un homme ou une femme et on vous proposera de nommer votre pilote, de lui choisir une nationalité, son apparence et son numéro. Certes les options sont plutôt limitées, mais l’idée est là de vous laisser le choix, c’est un petit plus à souligner.

Ensuite nous arrivons sur le menu de base d’où vous pourrez lancer toutes les activités. La première chose qui surprend, c’est qu’il n’y a pas de campagne à proprement parler, c’est la catégorie épreuves qui fera office de mode « histoire ». Bien entendu dans un tel jeu pas d’histoire à suivre, mais des épreuves à remporter afin de vous hisser en haut du classement. Outre des épreuves dites historiques qui vous permettront de revivre des moments mythiques des courses de rally, vous retrouverez les bien connus modes personnalisé et contre la montre.

Dans le premier (mode personnalisé) vous pourrez créer ou rejoindre une partie créée, et le premier point qui fâche, c’est que vous n’aurez pas la possibilité de jouer à deux en écran splitté, ce qui est bien dommage, car c’est bien l’un des seuls modes qui manque à ce Dirt Rally 2.0. Vous pourrez toutefois vous exercer contre d’autres joueurs en ligne, ou contre l’IA si vous le faites en local. Le second (mode contre la montre) quant à lui vous propose de terminer une étape le plus rapidement possible et de confronter votre score à vos adversaires (amis en ligne ou communauté).

A coté de cela vous aurez votre mode garage, dans lequel vous pourrez faire des essais sur routes des véhicules que vous possédez ou en acheter d’autres et choisir de modifier l’apparence de la peinture de vos véhicules. Le mode staff, lui, vous permettra de recruter de nouveau membres dans votre équipe, et d’améliorer les compétences de celle-ci moyennant finances. Vous gagnerez ces dernières en faisant des épreuves et en gagnerez plus ou moins selon votre place.

Des étapes en veux tu en voilà.

Rentrons maintenant dans le vif du sujet, je vais principalement traiter du mode épreuve puisque c’est dans ce mode que vous devriez passer 90% de votre temps lorsque vous jouerez à Dirt Rally 2.0. Dans ce mode vous aurez plusieurs types d’épreuves appelées carrières ainsi que des défis quotidiens et hebdomadaires.

Le mode Carrière Rally se décompose en 6 parties, chacune étant composée de 4 étapes pendant lesquelles il va vous falloir briller si vous souhaitez être bien placé au classement. Ces étapes se déroulent sur des circuits ouverts, entendez par là que vous devrez partir d’un point A et rallier un point B dans le meilleur temps possible. Comme toutes les simulations, lors de ces étapes vous aurez des checkpoints réguliers pour vous dire où vous en êtes par rapport à vos adversaires, le leader de la course étant schématisé sur cette barre de checkpoint lui aussi pour vous indiquer si vous êtes devant lui ou pas. Les dégâts et réparations que vous devrez faire entre chaque étapes (selon votre conduite) vous prendrons un certain temps et il vous faudra parfois faire des choix afin de ne pas partir avec des secondes de pénalité. Il n’y a que lorsque vous débuterez une des parties que vous pourrez intégralement réparer votre véhicule sans subir de pénalités de temps.

Le mode Carrière Rallycross lui vous mettra en face de 3 parties, scindées, elles, en 6 courses. Ce mode vous fera concourir sur des circuits fermées, durant lesquels vous devrez vous qualifier tour à tour pour accéder à la demi finale, puis à la finale. Dans ce mode là vous aurez vos adversaires présents physiquement sur la piste et parfois il vous faudra faire grincer un peu la tôle afin de vous frayer un chemin vers la victoire. Comme pour la Carrière Rally, les dégâts et réparations que vous subirez seront à faire entre chaque manche de qualification.

Les différents défis quant à eux vous demanderont parfois de devoir acheter un véhicule adapté au défi en question, tous ne seront donc pas accessibles tant que vous n’aurez pas un petit pécule afin de vous acheter de nouvelles montures.

Qui veux aller loin, ménage sa monture.

Les qualités indéniables du soft sont avant tout la beauté du jeu, les divers paysages que vous aurez à parcourir sont remarquablement bien modélisés, les effets de lumières et de pluie (pour ne citer qu’eux) sont de toute beauté. Petit plus, les personnages présents sur le bord de la route donnent vraiment l’impression que vous êtes sur un vrai circuit de rally (là ou pêchait d’ailleurs V-Rally 4 entre autre). Le comportement des voitures est réellement bien rendu, chaque véhicule se comportant à sa sauce. En parlant de comportement, on remarque aussi une vraie différence selon le type de revêtement sur lequel on roule et aussi selon la météo avec laquelle vous aurez à jongler.

D’ailleurs en parlant de comportement de véhicule, sachez que si vous l’endommagez trop, la course sera terminée pour vous, pas de possibilité de continuer une fois le véhicule HS. La gestion des dégâts étant poussée à l’extrême, il m’est même arrivée une fois de rouler sur la jante, mon pneu avant s’étant éclaté en rentrant dans un mur. On ressent bien la différence aussi dans la manière de conduire le véhicule dans ce cas précis. Les équipes de Codemasters ont bien fait le travail à ce niveau là, tout comme pour votre copilote qui est d’une aide précieuse. Les indications qu’il va vous fournir tout le long de votre course (dans le mode Rally seulement) sont à écouter de façon très attentive, car elles sont vraiment très précises par moments afin de vous guider au mieux.

Au final donc, ce Dirt Rally 2.0 est une très bonne mouture, Codemasters a su conserver son leadership dans le domaine des simulations de rally. Le jeu est frais, prenant et même si comme moi vous n’êtes pas un super joueur de jeu de courses, vous devriez arriver à prendre du plaisir à y jouer. Les différents modes présents, et les défis vous donneront de longues heures de jeu afin de devenir le meilleur, la seule chose que je reproche au jeu, et je vais me répéter car c’est quelque chose que j’aurais aimé voir dans ce Dirt Rally, c’est son manque de jeu avec écran splitté. C’est dommage car un mode deux joueurs en local aurait pu être un vrai plus pour tout ceux qui aiment défier un de leur pote, ou leur femme à la maison.

Pseudo :

Gamer depuis ma tendre enfance, ma première console : La Game Boy Fat. Depuis je n'en suis jamais sorti et je collectionne toutes les consoles que je trouve. Principalement Fan de RPG, j'aime aussi les jeux de plateforme à l'ancienne.

Steam stephtoonz

Playstation stephtoonz

A propos de ce test

Jeu fourni par : Codemasters

Testé sur : Playstation 4

Bons points

Bons Points La variété des modes de jeux...

Bons Points La variété des pistes

Bons Points Le soin apporté au comportement des voitures

Bons Points Accessible aux férus comme aux nouveaux venus

Bons Points La qualité visuelle du jeu

Mauvais points

Mauvais Points ...mais pas de mode 2 joueurs en écran splitté.

Mauvais Points L'IA qui vous fonce dedans en rallycross

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.