Resident Evil 2 remake

Pour beaucoup, la saga Resident Evil a eu 3 grandes épopées. Les 4 premiers épisodes ont créés la légende, puis la série a périclité, jusqu’à son renouveau avec le septième épisode. Ayant connu la série depuis son commencement sur Playstation en 1996 je suis particulièrement ravi de voir un second remake des premiers épisodes canoniques. Il ne reste plus qu’à voir si celui-ci est d’aussi bonne qualité que le premier remake.

Sale jour pour commencer un boulot

Le jeu démarre de la même façon que l’opus original, vous pouvez sélectionner de jouer Léon S Kennedy, jeune flic en déplacement vers Racoon City pour faire son premier jour et Claire Redfield, sœur de Chris Redfield, et à sa recherche. Comme dans l’original chaque personnage a sa propre histoire, parfois qui se mêlent, les développeurs ont décidés de changer certaines choses afin de fournir une histoire plus complète, mais on retrouve la trame de l’original ainsi que les petites subtilités comme le fait que Claire ai un lance grenades et Léon son fusil à pompe ainsi que les personnages secondaires qui vont avec.

Mes souvenirs de l’œuvre originale n’étant pas parfaitement clair, je trouve que Capcom a trouvé un excellent équilibre entre le fan service et les clins d’œil entre la rigidité du gameplay et de la construction d’un survival-horror de l’époque avec la modernité actuel. La vue TPS (à la Resident Evil 4) est bien évidemment du meilleur attrait possible, rendant le jeu plus vivant et plus angoissant qu’avec les caméras fixes et les décors en pré-calculé. Le personnage est rigide aussi mais pas trop, cela lui donne un petit côté vintage fort agréable, même s’il gagne en mouvement comme le fait de pouvoir mettre une grenade dans bouche d’un zombie qui essaye de le mordre (pour tirer dessus après !)

Immédiatement on remarque le grand soin apporté par les développeurs de laisser des repères aux anciens joueurs malgré le gap graphique incroyable (si on a fait l’original). Vingt ans séparent les deux tout de même! Par affinités, ce sera Claire le personnage de ce test qui débarque dans une station-service proche de Racoon avec sa moto. Immédiatement elle constate que la station est bizarre, notamment par le fait des cris provenant du bâtiment.

Techniquement au top… mais pas tout le temps

Resident Evil 2 remake est techniquement au top, la 4K HDR (et 60fps) sur Xbox One X est un réel plaisir. Les créatures comme le licker sont bien plus flippantes et la localisation des dégâts, notamment sur les zombies est assez jouissive. Seul la visage de Claire est parfois étrange, elle apparaît même déformée dans certaines scènes (celui du parking du commissariat par exemple). En dehors de ces petits points, rien à signaler c’est de l’excellent travail, cela donne un écrin de très bonne qualité pour ce remake.

Question gameplay, on retrouve encore un des nombreux mécanismes du jeu d’origine avec un inventaire limité (qui peut s’agrandir en trouvant des sacoches), la combinaison de ressources pour créer les fameux mélanges de plantes, ou des munitions (plus récent). Les améliorations d’armes sont aussi de la partie, certaines d’entres elles étant vraiment utile (comme la crosse du lance grenades).

L’autre point typique de l’époque est le principe des constants allers et retours que vous devrez faire pour déverrouiller toutes les pièces du commissariat (principal lieu de cet épisode) via les clés pique, carreau cœur et trèfle ou encore les énigmes à résoudre un peu partout. Je pensais que cela serait vite rébarbatif, mais au final on se prend au jeu.

On se prend au jeu encore plus avec la deuxième partie de l’exploration du commissariat (après le premier boss), qui ajoute un facteur de stress (je n’en dirais pas plus pour ceux qui n’ont pas fait l’original). On se prend à se cacher, à prévoir ses déplacements en silence et a pester de voir que, comme par hasard tout le nettoyage réalisé n’a servi à rien ! Stressant mais plaisant. On regrettera juste le fait que le lore indirect (via les documents) ne soit pas plus poussé.

On ne mords pas les gens… même s’ils le demandent !

Enfin coté histoire, ce remake subit de plein fouet l’époque de l’écriture du scénario de par sa simplicité et ses rebondissements un peu capillo-tracté (même si vous n’avez jamais fait cet épisode). Pour les habitués, vous n’aurez pas grand-chose à apprendre et vous trouverez la dernière partie un peu… rapide. Heureusement le plaisir de (re)jouer à cette version « up-to-date » compense cette faiblesse et les amateurs de scoring et de re-jouabilité apprécierons le challenge proposé en refaisant le jeu plusieurs fois et avec ce qui est prévu via des DLCs gratuits.

Bien sur cette re-jouabilité est directement lié à votre lassitude et si à l’époque on n’hésitait pas à rejouer plusieurs fois pour le finir en moins de 3h, pour débloquer le lance-roquettes (comme pour le premier d’ailleurs), aujourd’hui cela est plus compliqué car qui dit new game + dit de voir autre chose.

Un dernier point que j’estime important à mettre en avant est la difficulté du jeu. En mode normal, vous aurez des sauvegardes automatiques et la possibilité de sauvegarder vos parties sur les désormais célèbres machines à écrire sans avoir de ruban. En « Hardcore » vous retrouverez la difficulté d’époque, avec des ennemis robustes et l’impossibilité de sauvegarder si vous n’avez pas de ruban. Agréable pour les vieux routards ayant poncé l’original.

En résumé, Resident Evil 2 Remake/Remaster (en vérité je ne sais pas trop comment le nommer vu qu’il est un peu des deux) propose une relecture un peu timide mais très agréable d’un ancien ténor du survival-horror de l’époque dans un écrin moderne et très bien réalisé. Si vous êtes fan (depuis longtemps ou non) il est juste incontournable.

Pour les autres, il laissera un petit goût d’ancien et de presque primitif par rapport aux jeux actuels mais agréable et plaisant au travers d’une durée de vie honnête (comptez 10-15h pour le finir la première fois en normal). Le temps des autres parties dépendra uniquement de votre objectif (finir le jeu sans ouvrir le coffre de stockage, moins de 14000 pas, etc…), qui passera à conséquente si vous souhaitez tout faire). Bref vous l’aurez compris, il est une valeur sûre.

Pseudo :

Rôliste, Metalleux et jouant aux jeux vidéos depuis trop longtemps pour le chiffrer, je reste passionné par ce média, particulièrement les RPGs sur lesquels je me suis bâti une solide expérience. Chez moi pas de préférence. Ce sont les jeux qui font la console et pas l'inverse !

Playstation Lucian_Blight

Succés XBox Lucian Blight

A propos de ce test

Jeu fourni par : Capcom

Testé sur : Xbox One X

Bons points

Bons Points Un plaisir de retrouver Léon et Claire dans leur première histoire

Bons Points Techniquement irréprochable, à une exception près

Bons Points Très bon équilibre dans le gameplay entre ancien et nouveau

Mauvais points

Mauvais Points Histoire pas assez revisitée

Mauvais Points Saloperie de zombies qui consomme presque un chargeur ! (oui ce n’est pas un défaut)

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.